CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Eddie Cantor
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Grande Otelo



Date et Lieu de naissance : 18 août 1915 (Uberlândia, Minas Gerais, Brésil)
Date et Lieu de décès : 26 novembre 1993 (Paris, France)
Nom Réel : Sebastião Bernardes de Souza Prata

ACTEUR
Image
1961 Um candango na belacap – de Roberto Farias avec Ankito, Marina Marcel, Vera Regina & Milton Carneiro
Image
1966 Les amants de la mer (arrastão) de Antoine d’Ormesson avec Pierre Barouh & Duda Cavalcanti
Image
1969 Macunaíma – de Joaquim Pedro de Andrade avec Paulo José, Jardel Filho, Dina Sfat & Milton Gonçalves
Image
1981 Fitzcarraldo – de Werner Herzog avec Klaus Kinski, Claudia Cardinale, José Lewgoy & Paul Hittscher

Sebastião Bernardes de Souza Prata voit le jour le 18 août 1915 à Uberlandia, au nord du Brésil. Au début des années trente, il commence sa carrière sur les scènes de Rio de Janeiro et de São Paulo. Polyvalent, il joue dans des revues, des spectacles musicaux ou des pièces de théâtre. En raison de sa couleur de peau et de sa petite taille, ses amis comédiens le surnomment le petit Othello. Lui, par contradiction, décide de devenir le plus grand, il s’appellera désormais Grande Otelo (le grand Othello). Il doit cependant sa renommée au cinéma. En 1936, il y fait sa première apparition dans «Noites cariocas / Noches carioca» de Enrique Cadícamo. Il enchaîne ensuite les comédie familiales à succès comme: «Futebol em família» (1939) et «Laranja-da-China» (1940). En 1942, l’acteur rencontre Orson Welles qui débute un documentaire sur le Brésil, qui ne sera jamais terminé, mais les deux artistes resteront amis. Les images de ce film ne seront pas perdues et serviront pour les extérieurs de «It’s all true» sorti en 1993.

Dans les années cinquante, Grande Otelo devient une immense vedette dans son pays. Il forme un duo burlesque avec Oscarito pour les studios Atlântida dans des «Cahnchadas» (comédies musicales brésiliennes). Il passe du comique au drame avec aisance et connaît toujours le même succès. Son interprétation dans «Nous sommes aussi frères» (1949), un des premières œuvres cinématographiques qui aborde vraiment le problème du racisme, est magistrale. Parmi ses autres films, sortis ou tournés à l’étranger, nous pouvons également citer: «Rio Zona Norte» (1956) de Nelson Pereira dos Santos, «Samba» (1963) de Rafael Gil, «Les amants de la mer» (1966) de Antoine d’Ormesson, «Une rose pour tous» (1967) de Franco Rossi, «Otalia de Bahia» (1973) de Marcel Camus et «Lucio Flavio» (1977) de Hector Babenco. En 1969, pour son rôle dans «Macunaíma» de Joaquim Pedro de Andrade, adapté du roman de Mário de Andrade, il gagne un prix d’interprétation au festival du cinéma de Brasilia.

En 1981, l’acteur apparaît aux côtés du Klaus Kinski et Claudia Cardinale dans «Fitzcarraldo», une production internationale réalisée par Werner Herzog. Par la suite, Grande Otelo tourne sans relâche pour le cinéma mais aussi pour la télévision, ce qui accroît considérablement sa popularité. Il apparait notamment dans des «telenovelas»: «Sinhá Moça» (1986), «Mandala» (1987), «República» (1989), «Escolinha do Professor Raimundo» (1990), etc. Son dernier grand rôle au cinéma, il le tourne en 1987 sous la direction de Neslon Pereira dos Santos. Il est Jubiabá, le prêtre de couleur dans «Bahia de tous les saints». Le film raconte l’histoire de Balduíno: un jeune garçon qui incarne les rêves et les peines des pauvres notamment noirs dans le Nord-Est du Brésil. Ce drame qui mêle avec talent l’ironie, la tendresse et la sensualité, est tiré de l’œuvre de Jorge Amado. On y croise aussi des acteurs français: Raymond Pellegrin, Catherine Rouvel et Julien Guiomar,

En 1990, l’artiste reçoit pour l’ensemble de sa carrière un vibrant hommage de son pays à l’occasion du festival du cinéma de Gramada. Grande Otelo est désormais un homme riche et célèbre. Il est reconnu par l’ensemble de la profession. En 1993 «le festival des trois continents» de Nantes l’invite même pour une rétrospective de ses films. Mais en escale à Paris, il meurt d’une crise cardiaque foudroyante. C\'était le 26 novembre 1993. Il avait soixante-dix-huit ans.

© Philippe PELLETIER

copyright
1936Noites cariocas / Noches carioca – de Enrique Cadícamo avec Henriqueta Romanita
1937João ninguém – de Mesquitinha avec Dea Selva
1938Onde estás felicidade ? – de Mesquitinha avec Alma Flora
1939Futebol em família – de Ruy Costa avec Maria Vidal
1940Pega ladrão – de Ruy Costa avec Heloísa Helena
Laranja-da-China – de Ruy Costa avec Nair Alves
Céu azul – de Ruy Costa avec Jaime Costa
1941A sedução do garimpo – de Luiz de Barros avec Maria Abbate
1942Astros em desfile – de José Carlos Burle avec José Pontes de Medeiros
Caminho do céu – de Milton Rodrigues avec Rosina Pagã
1943Samba em berlim – de Luiz de Barros avec Laura Suarez
Tristezas não pagam dívidas – de José Carlos Burle & Ruy Costa avec Linda Batista
Le gosse Sebestiao ( moleque tião ) de José Carlos Burle avec Carlos Barbosa
1944Berlim na batucada – de Luiz de Barros avec Solange França
Romance proibido – de Adhemar Gonzaga avec Nilza Magrassi
1945Não adianta chorar – de Watson Macedo avec Oscarito
O gol da Vitória – de José Carlos Burle avec Grace Moema
1946Segura esta Mulher – de Watson Macedo avec Bob Nelson
Fantasma por acaso – de Moacyr Fenelon avec Mara Rúbia
1947Luz dos meus olhos – de José Carlos Burle avec Cacilda Becker
Este mundo é um pandeiro – de Watson Macedo avec Joel de Almeida
E o mundo se diverte – de Watson Macedo avec Eliana
1948Terra violenta – de Edmond F. Bernoudy & Paulo Machado avec Anselmo Duarte
É com este que eu vou – de José Carlos Burle avec Carmem Brown
O caçula do barulho – de Riccardo Freda avec Gianna Maria Canale
1949Nous sommes aussi frères ( também somos irmãos ) de José Carlos Burle avec Leonora Augusta
Carnaval no fogo – de Watson Macedo avec Adelaide Chiozzo
1950Não é nada disso – de Watson Macedo & José Carlos Burle avec Yara Isabel
Aviso aos navegantes – de Watson Macedo avec Anselmo Duarte
1951Três vagabundos – de José Carlos Burle avec José Lewgoy
Carnaval Atlântida – de Carlos Manga & José Carlos Burle avec Renato Restier
1952Barnabé tu és meu – de José Carlos Burle avec Fada Santoro
Amei um bicheiro – de Jorge Ileli & Paulo Wanderley avec Cyl Farney
1953A dupla do barulho – de Carlos Manga avec Edith Morel
Matar ou correr – de Carlos Manga avec John Herbert
1954Malandros em quarta dimensão – de Luiz de Barros avec Nora Ney
Le diable noir / Conchita, Reine de l’Amazone / Macumba jungle brûlante ( Conchita und der ingenieur / Conchita, virgen del Amazon ) de Hans Hinrich & Franz Eichhorn avec Charlott Daudert
1955Nem sansão nem Dalila – de Carlos Manga avec Wilson Grey
Depois eu conto – de Watson Macedo & José Carlos Burle avec Humberto Catalano
1956De pernas pro ar – de Victor Lima avec Renata Fronzi
Rio Zona Norte – de Nelson Pereira dos Santos avec Mozart Cintra
1957Pé na tábua – de Victor Lima avec Ankito
Metido a Bacana – de J.B. Tanko avec Nelly Martins
Com jeito vai – de J.B. Tanko avec Fred Villar
A baronesa transviada – de Watson Macedo avec Dercy Gonçalves
1958E o bicho não deu – de J.B. Tanko avec Carlos Imperial
É de chuá – de Victor Lima avec Zezé Macedo
Os três Cangaceiros – de Victor Lima avec Neide Aparecida
1959Mujeres de fuego / Mulher de fogo – de Tito Davison & Oswaldo Louzada avec José Baviera
Pistoleiro Bossa Nova – de Victor Lima avec Consuelo Leandro
Mulheres à vista – de J.B. Tanko avec Zé Trindade
Garota enxuta – de J.B. Tanko avec Nelly Martins
Entrei de gaiato – de J.B. Tanko avec Roberto Duval
1960Vai que é mole – de J.B. Tanko avec Anilza Leoni
O homem que roubou a copa do mundo – de Victor Lima avec Angela Bonatti
O dono da bola – de J.B. Tanko avec Ronald Golias
1961Um candango na belacap – de Roberto Farias avec Marina Marcel
Os cosmonautas – de Victor Lima avec Brigitte Blair
1962L’attaque du train postal ( o assalto ao trem pagador / tião Medonho ) de Roberto Farias avec Eliezer Gomes
1963Quero essa mulher assim mesmo – de Billy Davis & Ronaldo Lupo avec Carlos Duval
Samba – de Rafael Gil avec Sara Montiel
1964Crônica da Cidade Amada – de Carlos Hugo Christensen avec Eliezer Gomes
1965Em ritmo jovem – de Mozael Silveira avec Denise Berreto
1966Les amants de la mer ( arrastão ) de Antoine d’Ormesson avec Pierre Barouh
1967Massacre no supermercado – de J.B. Tanko avec Antonia Marzullo
Une rose pour tous ( una rosa per tutti ) de Franco Rossi avec Claudia Cardinale
Enfim sós...Com o outro – de Wilson Silva avec Vera Regina
1968Os marginais – de Moises Kendler & Carlos Alberto Prates Correia avec Emmanuel Cavalcanti
A doce mulher amada – de Ruy Santos avec Irene Stefânia
Alibi ( l’alibi ) de Vittorio Gassman, Adolfo Celi & Luciano Lucignani avec Tina Aumont
1969Macunaíma – de Joaquim Pedro de Andrade avec Paulo José
    Trophée Candango du meilleur acteur au festival du cinéma brésilien de Brazilia, Brésil

Les héritiers ( os herdeiros ) de Carlos Diegues avec Jean-Pierre Léaud
Se meu dólar falasse – de Carlos Coimbra avec Zilda Cardoso
1970Não aperta, aparício – de Pereira Dias avec José Mendes
A família do Barulho – de Júlio Bressane avec Maria Gladys
O donzelo – de Stefan Wohl avec Leila Diniz
1971O barão Otelo no barato dos milhões – de Miguel Borges avec Milton Moares
Cassy Jones, o magnífico sedutor – de Luís Sérgio Person avec Sandra Bréa
DO Sebastião Prata, ou bem dizendo, Grande Otelo – de Ronaldo Foster & Murilo Salles
    Seulement apparition
1972O rei do Baralho – de Júlio Bressane avec Marta Anderson
O negrinho do pastoreio – de Antonio Augusto Fagundes avec Breno Mello
1973A estrela sobe – de Bruno Barreto avec Marie Claude
Otalia de Bahia / Bahia ( os pastores da noite ) de Marcel Camus avec Mira Fonseca
1974O flagrante – de Regildano Farias avec Rodolfo Arena
Deixa, amorzinho... Deixa – de Saul Lachtermacher avec Sandra Barsotti
1975As aventuras de um detetive português – de Stefan Wohl avec Nelson Dantas
DO Assim era a Atlântida – de Carlos Manga avec Norma Bengell
    Seulement apparition
Tem alguém na minha cama – de Pedro Camargo, Francisco Pinto Jr. & Luis Antônio Piá avec Leila Cravo
1976Ladrão de Bagdá – de Victor Lima avec Wilson Grey
Lucio Flavio ( Lúcio Flávio, o passageiro da agonia ) de Hector Babenco avec Ivan Cândido
1977Ladrões de cinema – de Fernando Campos avec Lutero Luiz
A força do xangó – de Ibere Cavalcanti avec Ivone Lara
A noiva da cidade – de Alex Viany avec Léa Garcia
1978A noite dos duros – de Adiano Stuart avec Marco Nanini
As aventuras de Robinson Crusoé – de Mozael Silveira avec Costinha
Agonia – de Júlio Bressane avec Sandra Pêra
1979Asa branca / Asa branca – Um sonho Brasileiro – de Djalma Limonge Batista & Berengar Pfahl avec Rita Cadillac
1981Fitzcarraldo – de Werner Herzog avec Klaus Kinski
1982O homem do Pau-Brasil – de Joaquim Pedro de Andrade avec Cristina Aché
Parahyba, mulher-macho – de Tizuka Yamasaki avec Tânia Alves
1983Quilombo – de Carlos Diegues avec Zezé Motta
1985Nem tudo é verdade – de Rogério Sganzerla avec Arrigo Barnabé
1986Bahia de tous les saints ( Jubiabá ) de Neslon Pereira dos Santos avec Charles Baiano
Exu-Pia, coração de macunaíma – de Paulo Veríssimo avec Cacá Carvalho
1987Brasa adormecida – de Djalma Limonge Batista avec Edson Celulari
Natal da portela – de Paulo Cesar Saraceni avec Almir Guineto
1988Jardim de Alah – de David Neves avec Françoise Forton
DO A linguagem de Orson Welles – de Rogério Sganzerla avec John Huston
    Seulement apparition
1990Boca de ouro – de Walter Avancini avec Luma de Oliveira
1992 DO It’s all true – de Bill Krohn & Myron Meisel avec José Sobrinho
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Trophée Oscarito au festival du cinéma de Gramado, Brésil ( 1990 )
Fiche créée le 19 janvier 2007 | Modifiée le 19 décembre 2009 | Cette fiche a été vue 6828 fois
PREVIOUSOssi Oswalda || Grande Otelo || Peter O’TooleNEXT