CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jacques Hilling
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Greta Garbo



Date et Lieu de naissance : 18 septembre 1905 (Stockholm, Suède)
Date et Lieu de décès : 15 avril 1990 (New York, New York, USA)
Nom Réel : Greta Lovisa Gustafson

ACTRICE
Image
1927 La chair et le diable (flesh and the devil) de Clarence Brown avec John Gilbert, Lars Hanson & Barbara Kent
Image
1930 Anna Christie – de Clarence Brown avec Charles Bickford, Marie Dressler, George F. Marion & Lee Plelps
Image
1935 Anna Karénine (Anna Karenina) de Clarence Brown avec Fredric March & Freddie Bartholomew
Image
1939 Ninotchka – de Ernst Lubitsch avec Melvyn Douglas, Ina Claire, Bela Lugosi & Felix Bressart

Greta Garbo, de son vrai nom Greta Lovisa Gustafsson, naît à Stockholm, en Suède, le 18 septembre 1905. Alors qu’elle travaille comme vendeuse dans un grand magasin, elle débute à l’écran dans un film publicitaire en 1920, mais obtient son premier véritable rôle dans «Pierre le vagabond» (1922), une comédie burlesque réalisée par Erik A. Petschler. Elle entre, en septembre 1922, à l’Académie Royale d’Art dramatique de Stockholm et y étudie sous la direction de Gustaf Molander.

Greta Garbo est ensuite révélée au public grâce à «La légende de Gösta Berling» (1924) de Mauritz Stiller, son pygmalion. Après «La rue sans joie» (1925) de Georg Wilhelm Pabst, tourné en Allemagne, la jeune actrice part pour Hollywood, engagée par la M.G.M.. Son premier film américain, «Le torrent» (1925), un mélodrame flamboyant, adapté du roman de Vicente Blasco Ibáñez, en fait une star. Son prestige s’accroît d’année en année et elle ne tarde pas à devenir une des icônes de son époque et une des actrices les plus mythiques de l’histoire du cinéma. Elle est alors l’interprète de, entre autres, «La tentatrice» (1926) de Fred Niblo, «La chair et le diable» (1927) de Clarence Brown, «La divine» (1928) de Victor Sjöström, «La belle ténébreuse» (1928) de Niblo, «Intrigues» (1928) de Brown, «Le baiser» (1929) de Jacques Feyder, …

Greta Garbo réussit son passage au parlant avec «Anna Christie» (1930) qu’elle tourne en double version anglaise et allemande. Sa voix profonde ne contredit pas le mythe et renforce son pouvoir de séduction sur le public. Elle poursuit ensuite sa carrière avec, notamment: «La courtisane» (1931), de Robert Z. Leonard, «Mata Hari» (1931) de George Fitzmaurice, «Grand Hôtel» (1932) de Edmund Goulding, «La reine Christine» (1933) de Rouben Mamoulian, «Le voile des illusions» (1934) de Richard Boleslawski, «Anna Karénine» (1935) de Clarence Brown et «Le roman de Marguerite Gautier» (1936) de George Cukor.

En 1938, Garbo fait partie de la liste des vedettes considérées comme des «poisons du box-office» établie par des exploitants de salles américains. En effet, alors que sa popularité est toujours très importante en Europe, sa cote commerciale est en baisse aux U.S.A. Pour y remédier, la M.G.M. lui offre «Ninotchka» (1939), réalisé par Ernst Lubitsch et lancé sous le slogan «Garbo rit», qui révèle le côté plus léger de sa personnalité et remporte un grand succès. Afin qu’elle puisse consolider l’impression favorable laissée par ce film, la firme essaie ensuite de transformer l’image de la star pour qu’elle s’accorde d’avantage aux goûts du public américain. Malheureusement, «La femme aux deux visages» (1941), la comédie réalisée dans ce but par Cukor, n’est pas une réussite. Après ce faux-pas, l’actrice prend ses distances avec le monde du cinéma.

Cette retraite s’avère au fil des ans définitive, aucun des projets de la faire revenir à l’écran n’aboutissant. Celle qu’on avait surnommée «la Divine» décède le 15 avril 1990 à New York. Son corps repose désormais au cimetière Skogskyrkogården, dans la capitale suédoise, mais son souvenir n’est pas prêt de s’éteindre.

© Marlène PILAETE

copyright
1920Herr och fru Stockholm / Herrskapet Stockholm ute pa inköp – de Ragnar Ring avec Ragnar Widestedt
Le chevalier errant ( en lyckoriddare ) de John W. Brunius avec Gösta Ekman
1921 CM Konsum Stockholm promo – de Ragnar Ring avec Lars Hanson
1922Pierre le vagabond ( luffarpetter ) de Erik A. Petschler avec Helmer Larsson
1923La légende de Gösta Berling ( Gösta Berlings saga ) de Mauritz Stiller avec Lars Hanson
1925La rue sans joie ( die freudlose gasse ) de Georg Wilhelm Pabst avec Werner Krauss
Le torrent ( the torrent / Ibáñez’ Torrent ) de Monta Bell avec Ricardo Cortez
1926La tentatrice ( the temptress ) de Fred Niblo avec Antonio Moreno
1927La chair et le diable ( flesh and the devil ) de Clarence Brown avec John Gilbert
Anna Karénine ( Anna Karenina / love ) de Edmund Goulding avec George Fawcett
La divine / La femme divine ( the divine woman ) de Victor Sjöström avec Lowell Sherman
1928La belle ténébreuse ( the mysterious lady ) de Fred Niblo avec Conrad Nagel
Intrigues ( a woman of affairs ) de Clarence Brown avec Lewis Stone
1929A man’s man – de James Cruze avec Josephine Dunn
    Seulement apparition
Terre de volupté ( wild orchids ) de Sidney Franklin avec Nils Asther
Le droit d’aimer ( the single standard ) de John S. Robertson avec Johnny Mack Brown
Le baiser ( the kiss ) de Jacques Feyder avec Lew Ayres
1930Romance – de Clarence Brown avec Elliott Nugent
Anna Christie – de Clarence Brown avec Charles Bickford
Anna Christie – de Jacques Feyder avec Theo Shall
    Version allemande de « Anna Christie »
1931L’inspiratrice ( inspiration ) de Clarence Brown avec Robert Montgomery
La courtisane ( Susan Lenox : Her fall and rise / the rise of Helga / rising of fame ) de Robert Z. Leonard avec Clark Gable
Mata Hari – de George Fitzmaurice avec Ramon Novarro
1932Grand Hôtel ( Grand Hotel ) de Edmund Goulding avec John Barrymore
Comme tu me veux ( as you desire me ) de George Fitzmaurice avec Erich von Stroheim
1933La reine Christine ( queen Christina ) de Rouben Mamoulian avec Ian Keith
1934Le voile des illusions ( the painted veil ) de Richard Boleslawski avec George Brent
1935Anna Karénine ( Anna Karenina ) de Clarence Brown avec Fredric March
    Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA
1936Le roman de Marguerite Gautier ( Camille ) de George Cukor avec Robert Taylor
    Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA
1937Marie Walewska ( conquest ) de Clarence Brown avec Charles Boyer
1939Ninotchka – de Ernst Lubitsch avec Melvyn Douglas
1941La femme aux deux visages ( two-faced woman ) de George Cukor avec Roland Young
1944 DA Garabatos Greta Garbo – de Enrique Diban
    Seulement voix
AUTRES PRIX :
      
    Oscar d’Honneur aux Academy Awards, USA ( 1955 )
Fiche créée le 12 octobre 2005 | Modifiée le 14 mai 2016 | Cette fiche a été vue 29641 fois
PREVIOUSHenri Garat || Greta Garbo || Luis García BerlangaNEXT