CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Una O’Connor
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gretl Schörg



Date et Lieu de naissance : 17 janvier 1914 (Vienne, Empire Austro-Hongrois)
Date et Lieu de décès : 4 janvier 2006 (Vienne, Autriche)
Nom Réel : Margarethe Schörg

ACTRICE

C’est à Vienne, capitale de l’Empire Austro-hongrois que la petite Margarethe Schörg voit le jour le 17 janvier 1914. À vingt-trois ans, alors qu’elle exerce le métier de sténodactylo, elle se présente à un concours de beauté où elle est élue «Reine du Danube». Son joli minois éveille alors l’intérêt des agents artistiques de la capitale autrichienne. Une attention d’autant plus grande, que la belle jeune femme sait aussi chanter. Elle l’a prouvé sur différentes scènes de cabarets viennois.

Engagée par le producteur Rolf Döring, Gretl Schörg part en tournée avec les comédies musicales «Le pays du sourire» et «La Dubarry». L’insuccès de ces production la ramène à Vienne où elle exerce alors le métier de mannequin pour des maisons de haute couture. Dans la seconde moitié des années trente, elle signe un nouveau contrat avec la prestigieuse Kabs-Revue pour être l’interprète féminine principale de l’opérette «Alles fur’s herz». Le triomphe de cette pièce à travers l’Autriche, l’Allemagne, la Hongrie et la Suisse en fait une vedette. Elle enchaîne avec «Das vierte gebot», «Am Jüngsten tag» et «Liebelei». En 1940, à Berlin, elle devient une star de la scène du Metropol en jouant plus de mille fois «Hochzeitsnacht im Paradies», aux côtés de Johannes Heesters. D’autres triomphes suivent: «Weisses rössl», «Gasparone», «Wienerblut» et «Der bettelstudent».

Pendant la seconde guerre mondiale, Gretl Schörg fait ses début au cinéma dans «Kollege kommt gleich» (1943) aux côtés de Carola Höhn et Albert Matterstock. En 1944, elle apparaît dans des rôles chantants dans trois productions: «Der mann, dem man den namen stahl» de Wolfgang Staudte, «Herr Sanders lebt gefährlich» de Robert A. Stemmle et «Intimitäten» de Paul Martin.

Après le conflit, Gretl Schörg a trente ans. Elle s’impose enfin en vedette de cinéma de premier plan dans deux douzaines de comédies musicales ou romantiques. Elle retrouve son ami Johannes Heesters dans «Hochzeitsnacht im paradies» (1953) de Géza von Bolváry, «Hab’ ich nur deine liebe» (1953) de Eduard von Borsody et «Bel Ami» (1954) de Louis Daquin. Elle tourne aussi auprès de Paul Hubschmid dans «Valse céleste» (1947), Adrian Hoven dans «Saison à Salzbourg» (1951), Romy Schneider dans «Mam’zelle Cri-Cri» (1955) et Willy Birgel dans «Hippodrome» (1959).

En 1961, après sa participation au film de Franz Antel «L’Auberge du Cheval Noir», Gretl Schörg ralentit sa carrière cinématographique pour se consacrer principalement à la scène et à la télévision. En 1972, après un petit rôle dans «Meine tochter, deine tochter», elle se retire progressivement de toute activité professionnelle pour des raisons de santé. Elle ne fera par la suite que deux apparitions remarquées dans les célèbres séries télévisées: «Der kommissar», en 1973, et dans «Inspecteur Derrick», en 1977. En 2004, elle sort de sa retraite pour recevoir la prestigieuse Croix d’Honneur Autrichienne des Arts et des Sciences, récompensant sa prolifique carrière d’actrice et de chanteuse.

Gretl Schörg décède le 4 janvier 2006, dans un hôpital de Vienne en Autriche, des suites d’une longue maladie, peu de temps avant son quatre-vingt-douzième anniversaire.

© Philippe PELLETIER - Remerciements à Marlène PILAETE

copyright
1943Kollege kommt gleich – de Karl Anton avec Albert Matterstock
Monsieur Sanders vit dangereusement ( herr Sanders lebt gefährlich ) de Robert A. Stemmle avec Harald Paulsen
1944Der mann, dem man den namen stahl – de Wolfgang Staudte avec Axel von Ambesser
Intimitäten – de Paul Martin avec Viktor de Kowa
1947Valse céleste ( der himmlische walzer ) de Géza von Cziffra avec Paul Hubschmid
1949Märchen vom glück / Traum vom glück / Küss’ mich, Casanova – de Arthur De Glahs avec O.W. Fischer
Eine nacht im Separee – de Hans Deppe avec Paul Hörbiger
1950Hochzeitsnacht im paradies – de Géza von Bolváry avec Johannes Heesters
Dieser mann gehört mir – de Paul Verhoeven avec Gustav Fröhlich
Verlobte leute / Das dementi / Viel-weiberei – de Karl Anton avec Günther Lüders
La fiancée de la Forêt Noire / La fille de la Forêt Noire ( schwarzwaldmädel ) de Hans Deppe avec Rudolf Prack
Gruß und Kuß aus der Wachau – de Fritz Schulz avec Rolf Wanka
1951Weh dem, der liebt ! – de Alexander von Slatinay avec Wolf Albach-Retty
Der blaue stern des Südens – de Wolfgang Liebeneiner avec Gustav Knuth
Saison à Salzbourg ( saison in Salzburg ) de Ernst Marischka avec Adrian Hoven
1952Lavendel ( ein ehe ohne moral / der kavalier im kleiderschrank / Lavendel, eine ganz unmoralische geschichte ) de Arthur Maria Rabenalt avec Fritz Imhoff
Die fiakermilli – de Arthur Maria Rabenalt avec Karl Schönböck
1953Der feldherrenhügel – de Ernst Marsichka avec Hans Holt
Sur la ponte des pieds ( Heimlich, still und leise ) de Hans Deppe avec Hans Nielsen
Chanson immortelle ( hab’ ich nur deine liebe ) de Eduard von Borsody avec Johannes Heesters
1954La mouche espagnole ( die spanische fliege ) de Carl Boese avec Paul Henckels
Bel Ami ( Bel-Ami der frauenheld von Paris ) de Louis Daquin avec Johannes Heesters
1955Mam’zelle Cri-Cri / Parade de printemps ( die deutschmeister ) de Ernst Marischka avec Romy Schneider
Seine tochter ist der Peter – de Gustav Fröhlich avec Sabine Eggerth
1956K. und k. Feldmarschall – de E.W. Emo avec Mady Rahl
Auf wiedersehen am bodensee – de Hans Albin avec Beppo Brem
1958Meine 99 bräute – de Alfred Vohrer avec Horst Frank
Hippodrome ( geliebte bestie / meine heimat ist täglich woanders / das mädchen im tigerfell / männer müssen so sein ) de Arthur Maria Rabenalt avec Willy Birgel
1959Jacqueline – de Wolfgang Liebeneiner avec Götz George
1961L’Auberge du Cheval Noir ( im schwarzen Rößl ) de Franz Antel avec Hans von Borsody
1962Vor jungfrauen wird gewarnt – de Otto Ambros avec Gunther Philipp
Straße der verheißung – de Imo Moszkowicz avec Amedeo Nazzari
1966Ganovenehre – de Wolfgang Staudte avec Karin Baal
1967Wiener schnitzel – de Otto Ambros, Paul Löwinger & Hans Herbert avec Heinz Conrads
1968Donnerwetter ! Donnerwetter ! Bonifatius Kiesewetter – de Helmut Weiss avec Paul Dahlke
1969Unsere pauker gehen in die luft – de Harald Vock avec Georg Thomolla
1970Immer die verflixten weiber – de Toni Stubhan avec Mady Rahl
1971Die tollen tanten schlagen zu – de Franz Josef Gottlieb avec Jacques Herlin
L’amour n’est qu’une parole / Enquête sur le vice ( liebe ist nur ein wort ) de Alfred Vohrer avec Judy Winter
1972Kinderarzt Dr. Fröhlich – de Kurt Nachmann avec Roy Black
Meine tochter, deine tochter – de Werner Jacobs avec Chris Roberts
Fiche créée le 15 janvier 2006 | Modifiée le 24 juin 2017 | Cette fiche a été vue 4741 fois
PREVIOUSDietmar Schönherr || Gretl Schörg || Max SchreckNEXT