CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Rudolf Klein-Rogge
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Gustav Diessl



Date et Lieu de naissance : 30 décembre 1899 (Vienne, Empire Austro-Hongrois)
Date et Lieu de décès : 20 mars 1948 (Vienne, Autriche)
Nom Réel : Gustav Karl Balthasar Diessl

ACTEUR

Fils d’un philologue, Gustav Karl Balthasar Diessl naît le 30 décembre 1899, à Vienne, capitale de l’Empire Austro-Hongrois. Très tôt attiré par le monde artistique, le jeune Gustav entreprend des études de peinture et de sculpture, dans la célèbre Ecole des Arts Décoratifs de Vienne, la Kunstgewerbeschule. Dès 1916, il débute au théâtre, en tant qu’acteur. Mais, enrôlé dans l’armée des Alpins, il doit abandonner les planches, pour combattre lors de la Première Guerre Mondiale. Il y connaîtra un an de captivité.

La guerre terminée, il entame une formation de décorateur de théâtre, mais préfère vite se consacrer à l’interprétation, comme il le fit avant la guerre. En 1921, il décroche un engagement au «Neue Wiener Bühne» de Vienne. C’est cette même année qu’il débutera sur les écrans, dans un film de Carl Froelich, «Im Banne der Kralle», sur la recommandation du cinéaste Georg Wilhelm Pabst. Pour ce dernier et Gustav Diessl, c’est le début d’une grande amitié et d’une longue coopération cinématographique, puisque le cinéaste le fera tourner dans sept de ses films. C’est d’ailleurs Pabst qui le révèle, avec «Crise» (1928), où Diessl tient le rôle d’un avocat délaissant sa femme, interprétée par Brigitte Helm. Pabst lui offre ensuite le rôle de Jack l’Eventreur dans «Loulou» (1928), chef-d’œuvre sublimé par Louise Brooks. En 1929, il tourne dans «L’enfer blanc du Piz Palü», film de montagne réalisé par Arnold Fanck et Georg Wilhelm Pabst. Les qualités athlétiques et les performances physiques de Gustav Diessl font merveille, de même que celles de Leni Riefenstahl, future réalisatrice officielle du Troisième Reich. C’est dans un film d’inspiration antimilitariste qu’il s’illustrera un an après, «Quatre de l’infanterie».

Dès le début des années trente, Gustav Diessl gagne en popularité et devient une figure connue du cinéma allemand. Grand, de belle prestance, son physique typiquement germanique faisant sensation auprès des spectatrices, il se spécialise dès lors dans des rôles d’hommes forts, mais fragilisés, complexes, mystérieux et souvent taciturnes. Son jeu sobre et puissant, son profil tourmenté, inspirent les cinéastes. Il incarne notamment Morhange dans «L’Atlantide» (1932) et le truand Kent, repenti et sauvé par l’amour, dans «Le testament du Dr Mabuse» (1933) de Fritz Lang. Il retrouve ensuite Arnold Fanck et Leni Riefenstahl pour «S.O.S Iceberg» (1933). Il a pour partenaires Henny Porten, Lil Dagover, ou Brigitte Helm, et apparaît dans des drames sentimentaux, ainsi que dans d’autres films de montagne, comme «Un de la montagne» ou «Le démon de l’Himalaya», en 1934. En 1937, Gustav partage l’affiche de «Starke Herzen», film de propagande anti-communiste, avec la célèbre soprano et actrice Maria Cebotari, qu’il épouse en 1938. Il avait auparavant vécu plusieurs années avec Camilla Horn. Gustav Diessl est alors l’un des acteurs les plus en vogue, incarnant le prototype du bel Allemand viril et sportif, tant prisé à l’époque.

Au début des années quarante, Gustav Diessl apparaît aussi dans plusieurs productions italiennes comme «Alerte aux blancs» (1940) avec Isa Miranda, ou «Calafuria» (1943) avec Doris Duranti. En 1945, il fait partie de la prestigieuse distribution de «Kolberg» de Veit Harlan, dernier film nazi. C’est après avoir tourné dans «Le procès» de Pabst que Gustav Diessl décède, le 20 mars 1948, dans sa ville natale de Vienne, après deux attaques cardiaques. Ironie du sort, son épouse, Maria Cebotari, décède un peu plus d’un an après, d’un cancer. Leurs corps reposent au cimetière du Döblinger Friedhof, à Vienne.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1921Sous le charme de la griffe ( im banne der kralle ) de Carl Froelich avec Claire Lotto
1923Vineta, la cité perdue ( Vineta. Die versunkene stadt ) de Werner Funck avec Evi Eva
La vengeance des pharaons ( die rache der pharaonen ) de Hans Teyer avec Suzy Vernon
1924Sanin ( Ssanin ) de Friedrich Feher & Boris Nevolin avec Inez Allegri
1928Le processus de la sensation ( sensations-Prozeß ) de Friedrich Feher avec Magda Sonja
Le cadavre vivant ( zhivoj trup / das ehegesetz / der lebende leichnam / zakonnij brak ) de Fédor Ozep avec Julia Serda
Crise ( abwege / begierde / crisis / desire ) de Georg Wilhelm Pabst avec Brigitte Helm
Das gesetz der schwarzen berge – de Romano Mengen avec Hertha von Walther
Loulou / La boite de Pandore ( die büchse der Pandora / Lulu ) de Georg Wilhelm Pabst avec Louise Brooks
Le mariage ( die ehe ) de Eberhard Frowein avec Lil Dagover
1929L’amour d’une mère ( mutterliebe ) de Georg Jacoby avec Henny Porten
Prisonniers de la montagne / L’enfer blanc de Piz-Palü ( die weiße Hölle von Piz Palü ) de Arnold Fanck & Georg Wilhelm Pabst avec Leni Riefenstahl
Femmes perdues ( frauen am abgrund ) de Georg Jacoby avec André Roanne
Die drei um Edith – de Erich Waschneck avec Paul Hörbiger
L’éternelle idole / L’homme qui n’aime pas ( der mann, der nicht liebt ) de Guido Brignone avec Carla Barthell
1930Moral um Mitternacht – de Marc Sorkin avec Camilla Horn
Vedettes ( die große sehnsucht ) de Steve Sekely avec Liane Haid
Leutnant warst du einst bei deinen husaren – de Manfred Noa avec Mady Christians
La folle aventure ( hans in allen gassen ) de Carl Froelich avec Betty Amann
Quatre de l’infanterie ( Westfront 1918 / vier von der infanterie ) de Georg Wilhelm Pabst avec Fritz Kampers
1931La maison jaune / La maison jaune de Rio ( das gelbe haus des King-Fu ) de Karl Grune avec Charlotte Susa
Les hommes derrière les barreaux ( menschen hinter gittern ) de Paul Féjos avec Dita Parlo
Les nuits de Port Said – de Leo Mittler avec Renée Héribel
1932L’Atlantide ( die herrin von Atlantis ) de Georg Wilhelm Pabst avec Vladimir Sokoloff
The mistress of Atlantis / The lost Atlantis – de Georg Wilhelm Pabst avec John Stuart
    Version anglaise de « die herrin von Atlantis»
Votre correspondant ne répond pas ( teilnehmer antwortet nicht ) de Rudolf Katscher & Marc Sorkin avec Carl de Vogt
Gilgi découvre la vie / Gilgi, jeune fille moderne ( eine von uns / Gilgi eine von uns ) de Johannes Meyer avec Brigitte Helm
Die herrgottsgrenadiere / Der goldene gletscher / Goldfieber – de August Kern avec Maria Murmann
1933 S.O.S. iceberg ( S.O.S. eisberg ) de Arnold Franck & Tay Garnett avec Rod La Rocque
Romance d’une nuit ( roman einer nacht / die schöne unbekannte ) de Carl Boese avec Fritz Odemar
Le testament du docteur Mabuse ( das testament des Dr. Mabuse / das tagebuch des Dr. Mabuse ) de Fritz Lang avec Rudolf Klein-Rogge
1934Un de la montagne / La majesté blanche ( weiße majestät / das schicksal eines verfemten ) de August Kern & Anton Kutter avec Hertha Thiele
Un de la montagne – de Serge de Poligny avec Léon Bélières
    Version française de « Weiße majestät »
Le démon de l’Himalaya ( der dämon des Himalaya ) de Andrew Marton avec Erika Dannhoff
Tout pour une femme ( alles um eine frau / kameraden ) de Alfred Abel avec Paul Hartmann
1935Una donna fra due mondi – de Goffredo Alessandrini avec Isa Miranda
Die liebe des maharadscha / Die weisse frau des maharadscha – de Arthur Maria Rabenalt avec Attila Hörbiger
    Version allemande de « Una donna fra due mondi »
1936Moscou Shanghai ( der weg nach Shanghai / Moskau Shanghai ) de Paul Wegener avec Pola Negri
Schatten der vergangenheit – de Werner Hochbaum avec Luise Ullrich
Die weissen teufel / Die weisse kompanie – de Alfred Abel & August Kern avec Carsta Löck
1937Starke herzen / Starke herzen im sturm – de Herbert Maisch avec Elisabeth Flickenschildt
Le tigre du Bengale ( der tiger von Eschnapur ) de Richard Eichberg avec La Jana
Le tombeau hindou ( das indische grabmal ) de Richard Eichberg avec Theo Lingen
1938Marajo / Lutte sans merci ( Kautschuk / die grüne hölle ) de Eduard von Borsody avec Vera von Langen
Fortsetzung folgt – de Paul Martin avec Hans Junkermann
1939Je refuse son témoignage ( ich verweigere die Aussage ) de Otto Linnekogel avec Olga Tschechowa
L’empereur vert ( der grüne kaiser ) de Paul Mundorf avec Hilde Hildebrand
On a volé un homme ( ich bin Sebastian Ott ) de Willi Forst & Viktor Becker avec Trude Marlen
1940L’étoile de Rio ( stern vo Rio ) de Karl Anton avec Harald Paulsen
Cœur meurtri / Le cœur errant / Cœur sans maison ( herz ohne heimat ) de Otto Linnekogel avec Curd Jürgens
La déesse blanche / Alerte aux blancs ( senza cielo ) de Alfredo Guarini avec Isa Miranda
1941Menschen im sturm – de Fritz Peter Buch avec Hannelore Schroth
Clarissa – de Gerhardt Lamprecht avec Sybille Schmitz
Le grand homme de Venise / Le bourreau de Venise ( il bravo di Venezia ) de Carlo Campogalliani avec Valentina Cortese
Les comédiens ( komödianten ) de Georg Wilhelm Pabst avec Käthe Dorsch
1942La pécheresse ( la donna del peccato ) de Harry Hasso avec Viveca Lindfors
La danza del fuoco – de Giorgio Simonelli avec Paola Barbara
Nuages sur la mer ( nebbia sul mare ) de Hans Hinrich & Marcello Pagliero avec Carlo Duse
1943Calafuria – de Flavio Calzavara avec Doris Duranti
Nora – de Harald Braun avec Carl Kuhlmann
Maria Malibran – de Guido Brignone avec Maria Ceborati
1944La citadelle des héros ( Kolberg / 30. Januar 1945 ) de Veit Harlan avec Kristina Söderbaum
Un regard en arrière ( ein blick zurück / am vorabend ) de Gerhardt Menzel avec Curd Jürgens
1945Appel à la conscience ( ruf an das gewissen ) de Karl Anton avec Karl Ludwig Diehl
1948Le procès ( der prozeß ) de Georg Wilhelm Pabst avec Ewald Balser
Fiche créée le 12 juin 2009 | Modifiée le 20 juin 2016 | Cette fiche a été vue 4496 fois
PREVIOUSKarl Ludwig Diehl || Gustav Diessl || William DieterleNEXT