CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Mickey Rooney
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Hannelore Schroth



Date et Lieu de naissance : 10 janvier 1922 (Berlin, Allemagne)
Date et Lieu de décès : 7 juillet 1987 (Munich (Allemagne)
Nom Réel : Hannelore Emilie Käthe Grethe Schroth

ACTRICE

Fille des acteurs Heinrich Schroth et Käthe Haack, Hannelore Emilie Käthe Grethe Schroth voit le jour le 10 janvier 1922, à Charlottenburg, quartier chic de Berlin (Allemagne). Cette enfant de la balle débute très tôt aux côtés de sa mère dans «Das schon lieber Lebertran» (1931) sous la direction de l’un des plus grands réalisateurs allemand : Marcel Ophüls.

En 1939, Hannelore Schroth décroche son premier rôle important dans «Kitty und die weltonferenz» de Helmut Käutner. Tout au long de la seconde guerre mondiale, elle apparaît dans plusieurs productions dont le seul but est le divertissement du public germanique. Nous pouvons citer: «Friedrich Schiller» (1940) avec Heinrich George, «Menschen im sturm» (1941) avec Gustav Diessl, «Sieben jahre glück» (1942) avec Wolf Albach-Retty, «Ein frau für tage» (1943) avec Carl Raddatz (qui est aussi son époux), et «Sous les ponts» (1945) toujours avec Raddatz et Gustav Knuth. Pendant ces années noires, le théâtre devient de plus en plus indispensable dans la vie d’Hannelore.

Après le conflit, l’industrie cinématographique étant stoppée, Hannelore Schroth se produit avec succès sur les scènes des théâtres de Düsseldorf, Munich et Hambourg. Elle réapparaît sur les écrans dès 1948, le plus souvent dans des comédies familiales ou sentimentales. Comment pourrait-on oublier son sourire et sa gaieté ? Elle excelle dans ce genre de productions qui lui offrent une énorme popularité et lui permettent de partager l’affiche avec toute la fine fleur du cinéma allemand. Les films les plus marquants de cette époque sont : «La maison chantante» (1948) avec Hans Moser, «Quelle boniche !» (1949) avec Hilde Hildebrand, «Derby» (1949) avec Willy Fritsch, «Der fürst von Pappenheim» (1952) aux côtés de sa mère et de Viktor de Kowa, «La fille du régiment» (1953) avec le français Michel Auclair et «Quand la chair succombe» (1956) avec Hans Albers.

Dans les années soixante, le charme désuet de ses films n’attire hélas plus les foules. Hannelore Schroth se tourne donc vers la télévision, alors en pleine expansion. Rapidement, elle reconquiert le cœur de son public et devient une véritable star du petit écran. Jusqu’à la fin de sa carrière, elle ne cessera d’apparaître dans des films ou des séries télévisées. En 1971, elle incarne notamment Madame Petrell dans le célèbre feuilleton germano-suédois «Emil i Lönneberga – Michel in der suppenschüssel», puis on la retrouve au générique de plusieurs épisodes des séries «Tatort» et «Derrick».

Pour le grand écran, Hannelore revient sporadiquement devant les caméras pour des rôles secondaires. On la remarque notamment dans «Liebling der götter» (1960) avec Ruth Leuwerik et Peter van Eyck et aux côtés de Mel Ferrer dans «Zwischengleis» (1978). En 1980, l’Académie du Cinéma Germanique l’honore d’un prix couronnant l’ensemble de sa carrière de comédienne. Dans les années quatre-vingt, elle apparaît encore dans deux films de Richard Blank et reste très active à la télévision.

Hannelore Schroth meurt le 7 juillet 1987, à Munich, capitale bavaroise, entourée de son second mari, le plongeur professionnel Hans Hass, et de leur fils Hans.

© Philippe PELLETIER

copyright
1931Dann schon lieber Lebertran – de Max Ophüls avec Käthe Haack
1938Spiel im sommerwind – de Roger von Norman avec Walter Steinbeck
1939Kitty la manucure / Kitty et le congrès mondial ( Kitty und die weltkonferenz ) de Helmut Käutner avec Fritz Odemar
Der gouverneur – de Victor Tourjansky avec Willy Birgel
Lilas Blancs / La jeune fille au lilas ( weißer flieder ) de Arthur Maria Rabenalt avec Hans Holt
1940Die räuber – de Herbert Maisch avec Heinrich George
Friedrich Schiller ( Friedrich Schiller – Der triumph eines genies ) de Herbert Maisch avec Horst Caspar
1941Kleine mädchen : Große sorgen – de Boleslaw Barlog avec Hans Brausewetter
Menschen im sturm – de Fritz Peter Buch avec Gustav Diessl
1942Sept ans de félicité ( sieben jahre glück ) de Ernst Marischka avec Wolf Albach-Retty
Histoires d’amour ( liebesgeschichten ) de Victor Tourjansky avec Willy Fritsch
1943Die schwache stunde – de Vladimir Slavínský avec Walter Janssen
Sophienlund – de Heinz Rühmann avec Fritz Wagner
1944Eine frau für drei tage – de Fritz Kirchhoff avec Carl Raddatz
Seinerzeit zu meiner zeit – de Boleslaw Barlog avec Paul Klinger
1945Sous les ponts ( unter den brücken ) de Helmut Käutner avec Gustav Knuth
1948La maison chantante ( das singende haus ) de Franz Antel avec Hans Moser
Bonjour, vous oubliez votre femme ( hallo : Sie haben ihre frau vergessen ) de Kurt E. Walter avec Beppo Brem
1949Derby – de Roger von Norman avec Willy Fritsch
Ma mère et moi ( Lambert fühlt sich bedroht / das haus im nebel ) de Géza von Cziffra avec Curd Jürgens
Quelle boniche ! ( kätchen für alles ) de Ákos Ráthonyi avec Hubert von Meyerinck
1950Taxi-Kitty – de Kurt Hoffmann avec Karl Schönböck
La belle Galathée / Le modèle récalcitrant ( die wunderschöne Galathee ) de Rolf Meyer avec Viktor de Kowa
1951Unschuld in tausend nöten / Mädchen aus dem regenbogen / Mädel aus der konfektion – de Carl Boese avec Oskar Sima
Kommen sie am ersten – de Erich Engel avec Gunther Lüders
Mademoiselle Bimbi / Une fille impossible ( das unmögliche mädchen / fräulein Bimbi ) de Ákos Ráthonyi avec Paul Kemp
1952Le prince de Pappenheim ( der fürst von Pappenheim ) de Hans Deppe avec Georg Thomolla
DA Tobias Knopp, abenteuer eines junggesellen – de Wolfgang Liebeneiner
    Seulement voix
1953La fille du régiment ( die tochter der kompanie ) de Géza von Bolváry avec Michel Auclair
1956Le capitaine de Köpenick ( der hauptmann von Köpenick ) de Helmut Käutner avec Martin Held
Quand la chair succombe / Je n’ai plus que toi ( vor sonnenuntergang ) de Gottfried Reinhardt avec Hans Albers
Geliebte Corinna – de Eduard von Borsody avec Valéry Inkijinoff
Lili Marlène ( wie einst Lili Marleen ) de Paul Verhoeven avec Wolfgang Preiss
1957La petite amie de mon mari ( die freundin meines mannes ) de Axel von Ambesser avec Hans Söhnker
Voyage en Italie, amour inclus ( italienreise – Liebe inbegriffen ) de Wolfgang Becker avec Paul Hubschmid
1958L’homme qui ne pouvait pas dire non ( der mann, der nicht nein sagen konnte ) de Kurt Früh avec Heinz Rühmann
1959Alle lieben Peter – de Wolfgang Becker avec Peter Kraus
1960Elle n’a pas hurlé avec les loups ( liebling der götter ) de Gottfried Reinhardt avec Peter van Eyck
Himmel, amor und zwirn – de Ulrich Erfurth avec Hartmut Reck
1962Allotria in zell am see – de Franz Marischka avec Adrian Hoven
1963Hambourg, quartier interdit ( polizeirevier Davidswache / polizeirevier Davidswache St. Pauli ) de Jürgen Roland avec Wolfgang Kieling
1970Das loch zur welt – de Rainer Ott avec Günther Neutze
Emil i lönneberga / Nya hyss av Emil i lönneberga / Immer dieser Michel 1. – Michel in der suppenschüssel – de Olle Hellbom avec Jan Ohlsson
1971Wir hau’n den hauswirt in die pfanne – de Franz Josef Gottlieb avec Fritz Tillmann
1972Emil och griseknoen – de Olle Hellbom avec Allan Edwall
1976Bomber und Paganini – de Nikos Perakis avec Mario Adorf
1978Entre les rails ( zwischengleis ) de Wolfgang Staudte avec Mel Ferrer
1979Lucky star – de Hans-Jürgen Tögel avec Günther Maria Halmer
1983Friedliche tage – de Richard Blank avec Beppo Brem
1986Herz mit löffel – de Richard Blank avec Adelheid Arndt
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1980 )
Fiche créée le 27 juin 2005 | Modifiée le 20 juin 2015 | Cette fiche a été vue 6100 fois
PREVIOUSWerner Schroeter || Hannelore Schroth || Heinrich SchrothNEXT