CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Frances Farmer
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Hilde Krüger



Date et Lieu de naissance : 11 septembre 1912 (Cologne, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 8 mai 1991 (Lichtenfels, Allemagne)
Nom Réel : Katerina Matilde Krüger

ACTRICE

Nous n’avons que peu d’informations sur la naissance et la jeunesse de Hilde Krüger. Elle serait née Katerina Matilde Krüger le 11 septembre 1912 à Cologne, chef-lieu de district de la province rhénane de l’Empire Allemand. En 1934, elle prend le nom de Hilde Krüger quand elle fait ses premières tentatives pour travailler dans le cinéma. À cette époque, elle n’est pas vraiment belle, mais cette grande jeune fille blonde aux formes voluptueuses et au bustier généreux, n’a pas beaucoup d’efforts à faire pour signer ses premiers contrats. Elle tourne dans quelques courts-métrages et joue des rôles secondaires dans «Un printemps en Hollande» (1934) de Ralph Arthur Roberts, «Elle et les trois» (1934) de Victor Janson, «Stradivarius» (1935) de Géza von Bolváry ou «Incognito» (1936) de Richard Schneider-Edenkoben.

Parfaite représentation de la femme allemande, l’ambitieuse Hilde Krüger est remarquée par Joseph Goebbels et devient rapidement l’une de ses proches, on dit même que son nom complète le déjà bien rempli carnet des conquêtes du ministre de la propagande du Troisième Reich. En 1937, elle décroche un rôle important auprès de Karl Ludwig Diehl et Karin Hardt dans «L’homme ne peut pas dire non» de Mario Camerini puis un autre l’année suivante, dans «La femme venue des tropiques» avec, outre Hilde Körber, Otto Wernicke et Albert Florath. Mais, en 1938, Hilde Krüger épouse un homme d’affaires aux origines juives, ce qui lui vaut une rupture avec Goebbels et, dans la foulée, une mise à l’écart de l’industrie cinématographique. Elle part à Londres où elle vit quelques mois, puis décide de se rendre en Amérique pour poursuivre sa carrière. Elle débarque à New York puis prend un train à destination d’Hollywood alors que la Seconde Guerre Mondiale vient d’éclater en Europe.

Mais l’actrice ne maîtrise pas bien la langue anglaise et, malgré sa photogénie et son talent, aucun rôle ne lui est proposé et son visa de résidente lui est refusé. Hilde Krüger rencontre l’industriel allemand von Gontard qui a des sociétés à Saint-Louis dans le Missouri. Après une courte romance, elle part au Mexique pour essayer d’obtenir un nouveau visa et pour divorcer de son mari juif afin qu’elle puisse épouser l’industriel allemand de Saint-Louis. Il faut souligner qu’elle est étroitement surveillée par l’OSS, le Bureau des services stratégiques américain pour avoir été la maîtresse de Goebbels. Au Mexique, elle est recrutée par les services de renseignements allemands (Abwehr) et côtoie un cercle de personnalités proches du pouvoir. En 1941, elle rencontre Ramón Beteta Quintana sous-secrétaire des finances et membre du conseil d’administration de la Banque du Mexique. Beteta ne résiste pas aux charmes de la magnifique blonde et ils deviennent amants. Grâce à Beteta, Hilde participe à des réunions des hautes sphères du pouvoir mexicain. Des bruits circulent que la campagne présidentielle de Manuel Ávila Camacho, conduite par Beteta, aurait été financée par l’Allemagne en échange de métaux et de pétrole.

En février 1944, les activités de l’Abwehr diminuent brusquement, Hilde Krüger décide alors de reprendre sa carrière d’actrice. L’actrice apparaît dans une poignée de films dont «Celui qui est mort par amour» (1945) avec Julián Soler. Après la guerre, de retour en Europe, Hilde doit répondre aux accusations d’espionnage, elle est finalement blanchie par manque de preuves. Elle disparaît alors de toute vie publique. Elle meurt le 8 mai 1991, à Lichtenfels en Allemagne.

© Pascal DONALD

copyright
1934Un printemps en Hollande ( spiel mit dem feuer ) de Ralph Arthur Roberts avec Paul Hörbiger
Peter, Paul und Nanette – de Erich Engels avec Hans Junkermann
Elle et les trois ( sie und die drei ) de Victor Janson avec Hans Söhnker
Nur nicht weich werden, Suzanne ! / Nur nicht weich werden, Susanne! : Eine groteske aus vergangener zeit – de Arzén von Cserépy avec Veit Harlan
CM Abschieds-symphonie – de Carl Behr avec Theo Lingen
CM Frau Eva wird mondain ! – de Phil Jutzi avec Ralph Arthur Roberts
CM Halb und halb – de Phil Jutzi avec Werner Finck
1935Bluff ( lärm um weidenmann / viel lärm um nichts ) de J.A. Hübler-Kahla avec Viktor de Kowa
Stradivarius ( Stradivari ) de Géza von Bolváry avec Gustav Fröhlich
Un voyage en mer, ça c‘est joyeux ( eine seefahrt, die ist lustig ) de Alwin Elling avec Paul Henckels
CM Eine braut in eile gesucht – de Günther Rennert avec Karl Harbacher
1936Das hermännchen / Nee, nee, was es nich’ alles gibt – de Heinz Paul avec Hans Salcher
Incognito ( inkognito ) de Richard Schneider-Edenkoben avec Hans Leibelt
CM Rosen und liebe – de Eduard von Borsody avec Hugo Schrader
1937L’homme ne peut pas dire non ( der mann der nicht nein sagen kann / mein schönster tag ) de Mario Camerini avec Karl Ludwig Diehl
1938Les étoiles brillent / Vedettes follies ( es leuchten die sterne ) de Hans H. Zerlett avec Paul Verhoeven
La femme venue des tropiques ( eine frau kommt in die tropen ) de Harald Paulsen avec Otto Wernicke
Drunter und drüber – de Hubert Marischka avec Johannes Riemann
1939Rheinische brauthfahrt / Im rebeloch rumort’s – de Alois Johannes Lippl avec Friedrich Ettel
1942Casa de mujeres – de Gabriel Soria avec José Baviera
1944Adulterio – de José Díaz Morales avec Julio Villarreal
Bartolo toca la flauta – de Miguel Contreras Torres avec Freddy Fernández
1945Celui qui est mort par amour ( el que murió de amor ) de Miguel Morayta avec Julián Soler
Fiche créée le 21 septembre 2012 | Modifiée le 8 juin 2015 | Cette fiche a été vue 2810 fois
PREVIOUSHardy Kruger || Hilde Krüger || Stanley KubrickNEXT