CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Marthe Mercadier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Hurd Hatfield



Date et Lieu de naissance : 7 décembre 1918 (New York, New York, USA)
Date et Lieu de décès : 25 décembre 1998 (Rathcormac, Irlande)
Nom Réel : William Rukard Hurd Hatfield

ACTEUR
Image
1945 Le portrait de Dorian Gray (the picture of Dorian Gray) de Albert Lewin avec George Sanders
Image
1961 Le roi des rois (king of kings) de Nicholas Ray avec Jeffrey Hunter, Viveca Lindfors & Rita Gam
Image
1965 Harlow – de Alex Segal avec Carol Lynley, Ginger Rogers, Efrem Zimbalist Jr. & Barry Sullivan
Image
1984 Le roi David (king David) de Bruce Beresford avec Richard Gere, Edward Woodward & Alice Krige

William Rukard Hurd Hatfield voit le jour à New York (New York) le 7 décembre 1918. Après des études studieuses à l’Université de Columbia de cette même ville, le jeune homme se rend dans le Devonshire, en Angleterre, pour y étudier l’art dramatique à l’école de Michael Chekhov. Au début des années quarante, il entame sa carrière artistique sur les scènes londoniennes. La qualité de son jeu l’amène tout naturellement sur les planches de Broadway où il se produit dans «Twelfth night» (1941) de William Shakespeare, mis en scène par son mentor Michael Chekhov et dans «The strings, my Lord, are false» (1942), une pièce de Paul Vincent Carroll, dirigée par Elia Kazan.

Le jeune homme est très vite remarqué par un talent scout de la Metro Goldwyn Mayer qui lui signe un contrat. Hurd Hatfield débute en 1944 dans «Le fils du dragon» aux côtés de Katharine Hepburn. Doté d’une allure aristocratique et d’une très grande beauté, il est choisi par l’excentrique réalisateur Henry Lewin, pour l’adaptation du chef-d’œuvre de Oscar Wilde «Le portrait de Dorian Gray». L’histoire d’un homme qui mène une vie libre, guidée par la seule recherche du plaisir sans aucune barrière morale. Les traces de ses excès et de ses crimes s’inscrivent sur son portrait jusqu’à le défigurer, alors que son visage reste intact et innocent. Le film est un succès critique et public. Ce premier grand rôle fait de Hurd le jeune premier le plus en vue de la capitale du cinéma. L’année suivante, Jean Renoir le dirige dans «Le journal d’une femme de chambre» avec Paulette Goddard, puis en 1947 pour Victor Fleming, il incarne le Père Pasquerel dans «Jeanne d’Arc» avec Ingrid Bergman dans le rôle titre.

Sa carrière est lancée, mais Hurd décide de ne pas renouveler son contrat avec la MGM. Il choisit la liberté et privilégie le théâtre qui demeure sa véritable passion. Parmi ses prestations scéniques, nous pouvons citer: «Venus observed» (1952) de Christopher Fry et dirigé par Laurence Olivier, «Camino real» (1953) de Tennessee Williams, «Anastasia» (1954-1955) de Marcelle Maurette, «The lovers» (1956) de Leslie Stevens et «Beaucoup de bruit pour rien» (1959) de Shakespeare, mis en scène par John Gielgud. Ces prestations successives l’éloigne de Hollywood. Boudé par les grandes productions hollywoodiennes, Hurd apparaît malgré tout dans quelques films et productions télévisées, mais reste cantonné dans des rôles secondaires. En 1957, il donne notamment la réplique à Paul Newman dans «Le gaucher».

Les années suivantes, Hurd Hatfield apparaît régulièrement sur les écrans. Il prouve son talent dans quelques rôles remarquables, parmi lesquels : Ponce Pilate dans «Le roi des rois» (1961) de Nicholas Ray, Arias dans «Le Cid» (1961) de Anthony Mann, Terence Hunley dans «L’étrangleur de Boston» (1968) de Richard Fleischer et le Baron Von Richthofen dans «Le baron rouge» (1971) de Roger Corman.

Au début des années soixante-dix, Hurd Hatfield s’intalle dans le sud irlandais. Pour Bruce Beresford, il effectue ses trois dernières apparitions au cinéma, dans «Le roi David» (1984) avec Richard Gere, dans «Crimes du cœur» (1985) avec Jessica Lange et dans «Son alibi» (1989) avec Tom Selleck. Hurd abandonne définitivement le monde artistique en 1993. Il se retire dans son manoir de Rathcormac, près de Cork en Irlande, où il meurt le 25 décembre 1998, seul et presque oublié de tous.

© Philippe PELLETIER

copyright
1944Les fils du dragon ( dragon seed ) de Harold S. Bucquet & Jack Conway avec Katharine Hepburn
1945Le portrait de Dorian Gray ( the picture of Dorian Gray ) de Albert Lewin avec Donna Reed
1946Le journal d’une femme de chambre ( the diary of a chambermaid ) de Jean Renoir avec Paulette Goddard
L’insoupçonnable Grandisson / Le crime était presque parfait ( the unsuspected ) de Michael Curtiz avec Constance Bennett
Le commencement où la fin / Au carrefour du siècle ( the beginning or the end ) de Norman avec Audrey Totter
1947Jeanne d’Arc ( Joan of Arc ) de Victor Fleming avec Ingrid Bergman
1948The checkered coat – de Edward L. Cahn avec Tom Conway
1949Destination murder – de Edward L. Cahn avec Albert Dekker
Le mystère du quartier chinois ( Chinatown at midnight ) de Seymour Friedman avec Tom Powers
1950Tarzan et la belle esclave ( Tarzan and the slave girl ) de Lee Sholem avec Lex Barker
1957Le gaucher ( the left handed gun ) de Arthur Penn avec Paul Newman
1960Heroes de blanco / Hombres y mujeres de blanco – de Enrique Carreras avec Mercedes Carreras
1961Le roi des rois ( king of kings ) de Nicholas Ray avec Jeffrey Hunter
Le Cid ( el Cid ) de Anthony Mann avec Charlton Heston
1964The double-barrelled detective story – de Adolfas Mekas avec Jeff Siggins
1965Harlow – de Alex Segal avec Ginger Rogers
Mickey one – de Arthur Penn avec Warren Beatty
1968L’étrangleur de Boston ( the Boston strangler ) de Richard Fleischer avec Henry Fonda
1971Le baron rouge ( the red baron / Von Richtofen and Brown ) de Roger Corman avec John Phillip Law
1984Le roi David ( king David ) de Bruce Beresford avec Richard Gere
1985Waiting to act – de John Putch avec Helen Hunt
Crimes du cœur ( crimes of the heart ) de Bruce Beresford avec Diane Keaton
1989Son alibi ( her alibi ) de Bruce Beresford avec Tom Selleck
1993 DO Jean Renoir – de David Thompson avec Françoise Arnoul
    Seulement apparition
1998 DO From Russia to Hollywood : The 100-year odyssey of Chekhov and Shdanoff – de Frederick Keeve avec Gregory Peck
    Seulement apparition
Fiche créée le 12 octobre 2005 | Modifiée le 14 février 2016 | Cette fiche a été vue 7623 fois
PREVIOUSBob Hastings || Hurd Hatfield || Heidemarie HatheyerNEXT