CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Miriam Colon
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Ilse Werner



Date et Lieu de naissance : 11 juillet 1921 (Batavia, Indonésie)
Date et Lieu de décès : 8 août 2005 (Lübeck, Allemagne)
Nom Réel : Ilse Charlotte Still

ACTRICE
Image
1940 Jenny Lind, le rossignol suédois (die schwedische nachtigall) de Peter Paul Bauer avec Joachim Gottschalk
Image
1944 La paloma (große freiheit Nr. 7) de Helmut Käutner avec Hans Albers, Hans Söhnker & Günther Lüders
Image
1951 Reine d’une nuit (königin einer nacht) de Kurt Hoffmann avec Hans Holt, Georg Thomalla & Käthe Haack
Image
1953 L’amoureuse aventure (der vogelhändler) de Arthur Maria Rabenalt avec Wolf Albach-Retty

Fille d’un négociant exportateur hollandais et d’une mère allemande, Ilse Charlotte Still naît le 11 juillet 1921, à Batavia (aujourd’hui Jakarta), en Indonésie. En 1931, la famille Still s’installe à Frankfort, puis cinq ans plus tard, à Vienne (Autriche). La jeune fille suit une formation artistique au Max-Rinhardt-Seminar et adopte le pseudonyme de Ilse Werner, nom de jeune fille de sa mère. En 1937, elle débute au Josefstadt Theater avec la pièce «Glück».

En 1938, Ilse Werner fait ses premiers pas au cinéma, sous la direction de Géza von Bolváry dans «Sourire de Vienne», une charmante comédie avec Theo Lingen et Hans Moser. Le succès du film incite la UFA à la prendre sous contrat, mais de nationalité hollandaise, elle doit demander une autorisation spéciale des autorités culturelles royales des Pays-Bas pour tourner en Allemagne. Elle l’obtient et s’installe définitivement à Berlin. Puisqu’elle correspond à l’idéal féminin propagé par les nationaux socialistes, elle devient l’une des actrices les plus aimées du public, avec des rôles de jeunes filles gaies et enjouées, notamment dans «Mademoiselle» (1939) de Erich Waschneck et «Bel ami» (1939) de Willi Forst.

En 1940, Ilse Werner accède au statut tant convoité de Star des Studio de Babelsberg avec son interprétation de Inge Wagner dans «L’épreuve du temps», une comédie musicale de Eduard von Borsody. Ilse y est amoureuse de l’officier de la Luftwaffe interprété par Carl Raddatz. Le film, grâce au talent d’actrice et de chanteuse de Ilse, est un immense succès. Le public la surnomme alors «La femme qui siffle». La propagande nazie utilise sa grande popularité pour soutenir le moral des troupes. Ainsi, elle donne de nombreuses tournées de spectacles musicaux à travers le Reich et sera vue dans plusieurs productions cinématographiques, parmi lesquelles: «U-Boote westwärts» (1940) de Günther Rittau, «Hochzeit auf dem Bärenhof » (1941) de Carl Froelich avec Heinrich George, «Les aventures fantastiques du Baron Munchhausen» (1942) de Joseph von Báky et «La Paloma» (1944) de Helmut Käutner. À la fin de la seconde guerre mondiale, sa participation à la propagande nazie lui vaut, par les alliés, une interdiction provisoire d’exercer son métier.

En 1948, Ilse Werner épouse le journaliste américain John de Forest et s’installe aux Etats-Unis. L’année suivante, à la demande de Georg Wilhelm Pabst, elle fait son retour devant les caméras dans «Profondeurs mystérieuses». Elle tourne encore dans huit films, mais ne retrouvera jamais la célébrité des années UFA. En 1953, elle divorce de John de Forest. Un an plus tard, elle épouse Josef Niessen alors le chef d’orchestre de radiodiffusion bavaroise et abandonne sa carrière artistique.

Dans les années soixante, Ilse Werner se produit dans plusieurs jeux et séries télévisées. En 1967, elle dirige son propre show à la télévision: «La femme qui siffle». En 1970, elle triomphe à nouveau sur scène avec la version allemande de «Le roi et moi». En 1981, son autobiographie : «Une vie a siffler» est un best-seller. Elle termine sa carrière en remportant un prix d’interprétation par l’Académie du Cinéma Germanique pour son rôle de la vieille chanteuse dans «Die Hallo-Sisters» (1991) de Ottokar Runze. Ilse Werner meurt discretement le 8 août 2005, dans sa chambre d’une maison de retraite de Lübeck.

© Philippe PELLETIER

copyright
1938Das leben kann so schön sein – de Rolf Hansen avec Rudi Godden
Sourire de Vienne ( die unruhigen mädchen / finale ) de Géza von Bolváry avec Hans Moser
Frau Sixta – de Gustav Ucicky avec Gustav Fröhlich
1939Mademoiselle ( fräulein ) de Erich Waschneck avec Erik Frey
Trois pères pour Anna ( drei väter um Anna / Anna und die drei väter ) de Carl Boese avec Hans Stüwe
Eveil / Sa première aventure ( ihr erstes erlebnis ) de Joseph von Báky avec Johannes Riemann
Bel Ami ( Bel Ami, der liebling schöner frauen ) de Willi Forst avec Hilde Hildebrand
1940Bal masqué ( bal paré / münchner g’schichten ) de Karl Ritter avec Paul Hartmann
L’épreuve du temps ( wunschkonzert ) de Eduard von Borsody avec Paul Hörbiger
U-Boote westwärts – de Günther Rittau avec Herbert Wilk
Jenny Lind, le rossignol suédois ( die schwedische nachtigall ) de Peter Paul Bauer avec Joachim Gottschalk
1941Der weg ins freie – de Rolf Hansen avec Zarah Leander
Hochzeit auf dem Bärenhof – de Carl Froelich avec Heinrich George
1942Vive la musique ! ( wir machen musik ) de Helmut Käutner avec Viktor de Kowa
Les aventures du baron Münchhausen ( Münchhausen / baron Münchhausen ) de Joseph von Báky avec Hans Albers
1944La paloma ( große freiheit Nr. 7 ) de Helmut Käutner avec Hans Söhnker
Ein toller tag – de O.F. Schuh avec Kurt Meisel
1945Dites la vérité ( sag’die wahrheit ) de Helmut Weiss avec Heinz Rühmann
L’étrange mademoiselle Sylvia ( das seltsame fräulein Sylvia ) de Paul Martin avec Paul Hubschmid
1946Leckerbissen – de Werner Malbran avec Curd Jürgens
1949Profondeurs mystérieuses ( geheimnisvolle tiefe ) de Georg Wilhelm Pabst avec Hermann Thimig
1950Gestörte hochzeitsnacht / Gute natch, Mary – de Helmut Weiss avec Rudolf Vogel
Epilogue, le mystère de l’Orplid ( epilog / der geheimnis der Orplid ) de Helmut Käutner avec Peter van Eyck
1951Reine d’une nuit ( königin einer nacht / faschingsprinzessin ) de Kurt Hoffmann avec Hans Holt
Mutter sein dagegen sehr – de Victor Tourjansky avec Paul Klinger
1953L’amoureuse aventure / L’oiseleur ( der vogelhändler ) de Arthur Maria Rabenalt avec Wolf Albach-Retty
1954Annette de Tharau ( Ännchen von Tharau / so schlägt ein Mutterherz ) de Wolfgang Schleif avec Heinz Engelmann
Le roman d’un jongleur ( griff nach den sternen ) de Carl-Heinz Schroth avec Paul Bildt
1955Die herrin vom Sölderhof – de Jürgen von Alten avec Viktor Staal
1989 DO In meinem herzen, schatz… – de Hans-Christoph Blumenberg avec Ulrich Tukur
    seulement apparition
1990Die Hallo-Sisters – de Ottokar Runze avec Harald Juhnke
    Prix d’Or du cinéma d’interprétation féminine aux prix du cinéma germanique, Allemagne
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1991 )
Fiche créée le 9 août 2005 | Modifiée le 3 juillet 2016 | Cette fiche a été vue 7237 fois
PREVIOUSWilliam A. Wellman || Ilse Werner || Oskar WernerNEXT