CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jocelyn Brando
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Imperio Argentina



Date et Lieu de naissance : 26 décembre 1910 (Buenos Aires, Argentine)
Date et Lieu de décès : 22 août 2003 (Benalmádena, Espagne)
Nom Réel : Magdalena Nile del Río

ACTRICE
Image
1938 Nuits d’Andalousie (Carmen la de Triana) de Florián Rey avec Rafael Rivelles & Manuel Luna
Image
1941 Tosca (la Tosca) de Carl Koch avec Michel Simon, Rossano Brazzi, Adriano Rimoldi & Massimo Girotti
Image
1946 La perle de Cadiz (los Majos de Cádiz) de Benito Perojo avec Mario Gabarrón & Enrique San Miguel
Image
1948 La cigale (la cigarra) de Florián Rey avec Miguel Ligero, María Esther Gamas & Tony Leblanc

Magdalena Nile del Río naît le 26 décembre 1910, (certaines sources donnent 1906), en Argentine où ses parents, des artistes espagnols, sont en tournée. Le père Antonio Nile est un guitariste de renom, la mère Rosario del Río est danseuse. Véritable enfant de la balle, Magdalena monte sur les planches à sept ans, sous le nom de Petit Imperio, en référence à la célèbre danseuse et chanteuse espagnole de cabaret Pastora Imperio, qui la chaperonne. Elle n’a pas vingt ans quand elle présente un spectacle musical au Teatro Romea, de Madrid. Ce serait le prix Nobel espagnol de littérature, Jacinto Benavente qui lui aurait fait prendre son nom définitif de scène. Un an plus tard, elle rencontre son futur mari, Florián Rey, qui la fait tourner dans «La sœur de Saint-Sulpice» (1927) (en 1934, il réalisera une nouvelle version sonore). Imperio Argentina devient très vite une vedette du cinéma muet. Elle travaille pour les studios Paramount à Joinville. À l’avènement du parlant, sa notoriété et son talent sont tels qu’elle peut devenir la partenaire de Carlos Gardel dans «La maison est sérieuse» (1932 ) et «Mélodie des faubourgs» (1933).

En 1932, Imperio Argentina épouse Florián Rey divorcé grâce aux lois récemment promulguées par la Seconde République espagnole et dont elle aura un fils. Elle tourne avec lui plusieurs films dont «Nobleza baturra» (1935) qui retrace la vie de la paysannerie aragonaise. Elle a pour partenaire Juan de Orduña, qui réalisera une nouvelle version trente ans plus tard. La guerre civile surprend Imperio et son mari à Paris. Ils partent alors en tournée à La Havane, Mexico et San Juan de Porto Rico. De retour en Europe en 1938, Florián Rey tourne en Allemagne «Carmen, celle de Triana», puis «La chanson d’Aixa» (1939). Enthousiasmé, Hitler demande à rencontrer l’actrice-chanteuse et tente de la convaincre de devenir une actrice du Troisième Reich. En 1941, séparée de son mari, Imperio joue en Italie dans «La Tosca» auprès de Michel Simon. Elle rentre en Espagne et donne naissance à une fille puis elle reprend le chemin des studios pour tourner encore et toujours des films musicaux en costume. En 1945, José Luis Sáenz de Heredia avec «Bambú» lui offre un beau succès.

Après la seconde guerre mondiale, Imperio Argentina part en Argentine où elle se remarie. Elle revient en 1948 et retrouve Florián Rey pour «La Cigarra» avec Miguel Ligero. Mais les goûts du public ont changé. Imperio va se retirer progressivement du cinéma. Elle se consacre à la chanson. L’Amérique hispanophone lui fait un triomphe. Elle est même au Carnegie Hall à New York, en juin 1952. Par la suite, Imperio Argentina tourne un drame gitan «Le vent brûlant de l’été» (1966) de Mario Camus, avec Antonio Gades. Puis elle va se fixer définitivement près de Málaga pour vivre avec une de ses petites filles, ayant malheureusement perdu ses deux enfants.

À plus de soixante-dix ans, elle joue dans «Tata mía» (1986) aux côtés de Carmen Maura et «El polizón de Ulises» (1987) avec Ana Mariscal (jamais sorti en salle). En 1989 Imperio Argentina est décorée de la Médaille d’Or du Mérite des Beaux Arts, par les souverains d’Espagne eux-mêmes. Elle donne un dernier récital à l’occasion de l’exposition universelle de Séville, en 1992. Elle publie ses mémoires «Malena Clara» en référence à l’un de ses grands succès «Morena Clara» (1936), avant de s’éteindre à Benalmádena, le 22 août 2003, entourée de ses six petits-enfants et huit arrière-petits-enfants.

© Caroline HANOTTE

copyright
1927La sœur de Saint-Sulpice ( hermana San Sulpicio ) de Florián Rey avec Ricardo Núñez
1928Corazones sin rumbo / Herzen ohne Ziel – de Benito Perojo & Gustav Ucicky avec Iván Petrovich
Los claveles de la virgen– de Florián Rey avec José Montenegro
1930L’amour chante ( el amor solfeando / el profesor de mi mujer / el profesor de mi señora ) de Armand Guerra avec Carlos San Martín
¿ Cuándo te suicidas ? – de Manuel Romero avec Fernando Soler
El cliente seductor – de Florián Rey & Richard Blumenthal avec Maurice Chevalier
1931Elle veut faire du cinéma ( cinépolis / cinópolis ) de José María Castellví & Francisco Elías avec Tony d’Algy
Su noche de bodas – de Louis Mercanton & Florián Rey avec Miguel Ligero
Lo mejor es reir – de E.W. Emo & Florián Rey avec Manuel Russell
1932Buenos días – de Florián Rey
La maison sérieuse ( la casa es seria ) de Lucien Jaquelux avec Carlos Gardel
1933Mélodie des faubourgs ( melodía de arrabal ) de Louis J. Gasnier avec Carlos Gardel
1934La hermana San Sulpicio – de Florián Rey avec Juan Calvo
CM Romanza rusa / Ojos negros – de Florián Rey avec Rafael Martínez
El novio de mamá – de Florián Rey avec Enrique Guitart
1935Nobleza baturra – de Florián Rey avec Juan de Orduña
1936Morena Clara – de Florián Rey avec Miguel Ligero
1937La casta Susana – de Florián Rey
    Inachevé
1938Nuits d’Andalousie / Carmen, celle de Triana ( Carmen la de Triana ) de Florián Rey avec Rafael Rivelles
Nuits d’Andalousie ( andalusische nächte ) de Herbert Maisch avec Hans Adalbert Schlettow
    Version allemande de « Carmen la de Triana »
1939La chanson d’Aixa ( la canción de Aixa ) de Florián Rey avec José Prada
1941Tosca ( la Tosca ) de Carl Koch avec Michel Simon
1942Goyescas – de Benito Perojo avec Armando Calvo
1944 DA Garabatos Imperio Argentina – de Enrique Diban
    Seulement apparition & voix
1945Bambú – de José Luis Sáenz de Heredia avec Fernando Fernán Gómez
1946La perle de Cadiz ( los Majos de Cádiz / la maja de los cantares ) de Benito Perojo avec Mario Gabarrón
1947Dolores, la femme errante ( la copla de la Dolores / lo que fue de la Dolores ) de Benito Perojo avec Enrique Diosdado
1948La cigale ( la cigarra ) de Florián Rey avec Miguel Ligero
Café cantante – de Antonio Momplet avec Ricardo Trico
1960Ama Rosa – de León Klimovsky avec Germán Cobos
1966Le vent brûlant de l’été ( con el viento solano ) de Mario Camus avec Antonio Gades
1971Canciones para después de una guerra – de Basilio Martín Patino avec Estrellita Castro
    Seulement apparition
1975Canciones de nuestra vida – de Eduardo Manzanos Brochero avec Alfredo Mayo
    Seulement apparition
1986Tata mía – de José Luis Borau avec Alfredo Landa
1987El polizón de Ulises – de Javier Aguirre avec Ana Mariscal
1995Ton nom empoisonne mes rêves ( tu nombre envenena mis sueños ) de Pilar Miró avec Carmelo Gómez
    Seulement chansons
1996 DO Sombras y luces : cien años de cine español – de Antonio Giménez Rico avec Amparo Rivelles
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Goya d’honneur, Espagne ( 1979 )
Fiche créée le 5 mars 2006 | Modifiée le 16 septembre 2015 | Cette fiche a été vue 8642 fois
PREVIOUSCarlos Arévalo || Imperio Argentina || Victor ArgoNEXT