CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Herbert Marshall
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Irène Tunc



Date et Lieu de naissance : 25 septembre 1934 (Lyon, France)
Date et Lieu de décès : 16 janvier 1972 (Versailles, France)
Nom Réel : Irène Pierrette Louise Tunc

ACTRICE

Irène Tunc voit le jour à Lyon, le 25 septembre 1934. La jolie demoiselle, fille unique de marchands de meubles, après de solides études dans une institution religieuse, devient «Miss Côte d’Azur» en 1953 et «Miss France» en 1954. Mais la jeune fille qui cumule les couronnes et les écharpes tricolores n’est déjà plus tout à fait une débutante! Il y a belle lurette qu’au pays on s’est habitué à voir sa beauté altière et sportive vanter sur les «réclames» le confort des gaines et des maillots, la qualité d’écoute des TSF dernier cri ou la solidité des machines à laver automatiques.

Dès qu’elle fut sacrée Miss, le cinéma s’intéresse à elle. C’est l’Italie qui est la plus rapide et Irène Tunc commence sa carrière d’actrice dans «Operazione notte» (1953) de Giuseppe Bennati et «Camilla» (1954) de Luciano Emmer. Le temps de se rendre compte qu’il ne suffit pas d’être jolie pour être une actrice digne de ce nom, elle réintègre la France, se fixe à Paris, devient mannequin et une des élèves les plus assidues du cours d’art dramatique dispensé par Françoise Rosay. Sa beauté lui ouvre bientôt les portes des plateaux du cinéma national où Irène va de petit rôle en petit rôle sans rien trouver de bien palpitant à se mettre sous le talent. Pire encore, sa distinction naturelle n’inspire pas les chasseurs de starlettes qui lui préfèrent toujours Nadine Tallier, France Anglade ou Véronique Vendell.

En 1958, Irène Tunc rencontre et épouse le réalisateur belge Yvan Govar. Le couple forme un couple uni jusqu’au jour où Irène choisit de reprendre sa liberté et Yvan tente de se suicider pour elle. Plus tard elle épousera un autre cinéaste: Alain Cavalier. Irène connaît enfin sa vraie chance au cinéma; elle tourne nue pour affoler un Jean-Paul Belmondo ensoutané dans «Léon Morin, prêtre» (1961) de Jean-Pierre Melville. Hélas, non seulement sa séquence est coupée mais Emmanuelle Riva profite du film pour livrer au monde une interprétation aussi bouleversante que saisissante. Reste une séquence sublime où les deux actrices sont collègues de bureau, Irène tente de dominer Emmanuelle, celle-ci lui colle une gifle magistrale et a le temps de faire volte face et de quitter la pièce en prenant ses affaires avant qu’Irène ne porte la main à la joue et dise «Ça a claqué!» de son ton à la lenteur inimitable et… parfaite.

Dès lors Irène Tunc prend du galon et tourne pour Claude Lelouch, Jean-Paul Le Chanois, François Truffaut, Alain Resnais, Robert Enrico et bien sûr Alain Cavalier qui lui offre le rôle principal de «Mise à sac» (1967). Irène espère bien qu’il lui confiera encore le rôle de son prochain film «La chamade» (1968), mais Catherine Deneuve est évidemment plus commerciale. Irène se contentera, superbement habillée, de se faire piquer son amant, le belge Roger Van Hool par Catherine. A tout prendre, les choses vont plutôt bien pour le couple Cavalier. Les films du réalisateur fonctionnent et la cote de l’actrice grimpe. Tout va hélas s’arrête de la manière la plus brutale qui soit. Le 16 Janvier 1972, Irène, toujours pressée, s’engouffre dans sa Mini-Cooper rouge, flanquée de son inséparable basset artésien qu’elle adore et se tue sur la route de Versailles quelques minutes plus tard. Irène Tunc n’avait que trente-six ans. Alain Cavalier fut complètement anéanti et vivra le reste de sa vie dans le souvenir obsédant de son amour disparu, l’adorant et la haïssant d’être morte. Il finira par faire de son obsession morbide un film: «Irène» sorti confidentiellement en 2009.

© Céline COLASSIN

copyright
1953Operazione notte – de Giuseppe Bennati avec Andrea Checchi
1954Camilla – de Luciano Emmer avec Gabriele Ferzetti
1955Frou-frou – de Augusto Genina avec Philippe Lemaire
Sophie et le crime – de Pierre Gaspard-Huit avec Peter van Eyck
Bravissimo – de Luigi Filippo D’Amico avec Alberto Sordi
Vous pigez ? – de Pierre Chevalier avec Eddie Constantine
Paris canaille / Paris coquin / La soupe à la grimace / Oh, la-la chéri ! – de Pierre Gaspard- Huit avec Daniel Gélin
Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Jean Marais
1956Les truands – de Carlo Rim avec Noël-Noël
Vacances explosives – de Christian Stengel avec Raymond Bussières
Le colonel est de la revue – de Maurice Labro avec Jean Tissier
1957Lazarella petite canaille ( Lazarella ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Terence Hill
Une parisienne – de Michel Boisrond avec Charles Boyer
La sposa – de Edmond Lozzi avec Carlo Giuffrè
1958L’esclave de l’Orient / Aphrodite, déesse de l’amour ( Afrodite, dea dell’amore ) de Mario Bonnard avec Massimo Serato
À Paris tous les deux ( Paris holiday ) de Gerd Oswald avec Bob Hope
Le chevalier du château maudit ( il cavaliere del castello maledetto ) de Mario Costa avec Pierre Cressoy
1959Katia / Une jeune fille, un seul amour ( Katja, die ungekrönte kaiserin ) de Robert Siodmak avec Curd Jürgens
Nous sommes deux évadés ( noi siamo due evasi ) de Giorgio Simonelli avec Ugo Tognazzi
I genitori in blue-jeans – de Camillo Mastrocinque avec Peppino De Filippo
La comtesse bleue ( la contessa azzura ) de Claudio Gora avec Amedeo Nazzari
1960Les dames ( le signore ) de Turi Vasile avec Enrico Maria Salerno
Cavalcata selvaggia – de Piero Pierotti avec Massimo Girotti
Les conquérants de l’Orient ( il conquistatore dell’Oriente ) de Tanio Boccia avec Rik Battaglia
1961Léon Morin, prêtre – de Jean-Pierre Melville avec Jean-Paul Belmondo
1963Dragées au poivre – de Jacques Baratier avec Guy Bedos
1965Le jardinier d’Argenteuil / Le faussaire d’Argenteuil – de Jean-Paul Le Chanois avec Jean Gabin
1966Les aventuriers – de Robert Enrico avec Lino Ventura
1967Vivre pour vivre – de Claude Lelouch avec Yves Montand
Je t’aime, je t’aime – de Alain Resnais avec Claude Rich
Mise à sac – de Alain Cavalier avec Michel Constantin
1968La chamade – de Alain Cavalier avec Michel Piccoli
1971Les deux anglaises et le continent – de François Truffaut avec Jean-Pierre Léaud
Fiche créée le 16 décembre 2010 | Modifiée le 10 janvier 2016 | Cette fiche a été vue 6455 fois
PREVIOUSForrest Tucker || Irène Tunc || Florence TurnerNEXT