CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gloria DeHaven
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Ismael Merlo



Date et Lieu de naissance : 1er septembre 1918 (Valence, Espagne)
Date et Lieu de décès : 10 septembre 1984 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Ismael Merlo Piquer

ACTEUR
Image
1953 La fille à la cruche (la moza del cántaro) de Florián Rey avec Paquita Rico, Peter Damon & Manuel Kayser
Image
1965 La chasse (la caza) de Carlos Saura avec Alfredo Mayo, José María Prada & Emilio Gutiérrez Caba
Image
1974 La revolución matrimonial – de José Antonio Nieves Conde avec Analia Gadé & José Luis López Vázquez
Image
1976 Les longues vacances de 36 (las largas vacaciones del 36) de Jaime Camino avec Francisco Rabal

Ismael Merlo voit le jour 1er septembre 1918, à Valence où ses parents Abelardo Merlo et Amparo Piquer, sont à l’affiche des théâtres de cette grande capitale régionale espagnole. Leur fils débute dans cette même ville, en 1934, dans une pièce adaptée du «Tour du monde en 80 jours» de Jules Verne. Pendant la Guerre Civile, il fait son service dans l’armée gouvernementale républicaine et reçoit une blessure à un bras. Cela ne l’empêche pas de reprendre très vite sa carrière théâtre dans l’Espagne franquiste et d’en commencer une au cinéma, sous les meilleurs auspices, avec notamment comme partenaire la Garbo espagnole à la carrière internationale, Conchita Montenegro, dans le film à la destinée singulière «Rojo y Negro» (1941) de Carlos Arévalo et dans «Idolos» (1943) de Florián Rey, où il joue un torero très convainquant.

Dans ce début des années quarante Ismael Merlo enchaîne les rôles cinématographiques mais les contraintes des tournages ne conviennent pas à son tempérament. Il fonde alors sa propre compagnie théâtrale à laquelle il va se consacrer presque exclusivement, n’acceptant de retourner au cinéma que pour se procurer quelques fonds complémentaires pour faire vivre sa troupe. On le voit alors dans des tas de rôles très variés (plus d’une cinquantaine) y compris de sales types, même si les personnages interprétés sont parfois secondaires. Il se fait plus mûr mais il garde sa faconde, son énergie communicatrice, et un charme qui n’appartient qu’à lui. Il apparaît parfois en faire-valoir comme dans la «Moza del cántaro» (1953) d’après Lope de Vega où il joue le roi d’Espagne Philippe IV face à la chanteuse actrice Paquita Rico; ou bien comme papa de la jeune Rocío Dúrcal dans «La chica del trébol» (1964). Mais il est aussi de films plus dramatiques, dérangeants et atypiques comme «Trigo limpio» (1961) de Ignacio F. Iquino, «La chasse» (1965) qui rendit célèbre Carlos Saura, avec Alfredo Mayo; «Flor de santidad» (1972) de Adolfo Marsillach, sur la superstition en Galice au XIXème siècle avec Eliana de Santis, pour ne citer que ces quelques titres. L’on peut aussi noter sa présence au côté de Patrick Dewaere dans la coproduction hispano-française réalisé par Didier Haudepin, «Paco l’infaillible» (1979), avec Alfredo Landa dans le rôle-titre de géniteur rémunéré.

Ismael Merlo via l’équivalent espagnol de notre «au théâtre ce soir» est aussi inoubliable dans tous les grands rôles du répertoire tant national qu’étranger et participe à quelques feuilletons dont «Goya» (1985) avec Enric Majó dans le rôle du célèbre peintre. Côté famille, Ismael Merlo fut l’époux de la comédienne Maria Luisa Colomina. Leur fille Maria Luisa Merlo, plus tard actrice et épouse de Carlos Larrañaga, lui donnera deux petits enfants également du métier, Amparo Larrañaga et de Luis Merlo. L’artiste partagera la fin de sa vie professionnelle et privée avec une comédienne de vingt ans sa cadette, Vicky Logos, qui lui donnera un fils, David.

Homme de passion, fumeur invétéré, Ismael Merlo décède d’un infarctus à Madrid, le 10 septembre 1984, alors qu’il n’avait que 66 ans. Il avait quitté quelques heures auparavant le théâtre madrilène Infanta Isabel où il jouait «Diálogo Secreto» de Antonio Buero Vallejo. L’au-revoir d’un immense comédien.

© Caroline HANOTTE

copyright
1941¡Polizón a bordo! – de Florián Rey avec Lina Yegros
1942Rojo y negro – de Carlos Arévalo avec Conchita Montenegro
La rueda de la vida – de Eusebio Fernández Ardavín avec Antoñita Colomé
No te niegues a vivir – de Pedro Pujadas avec Leonor Fábregas
La niña está loca – de Alejandro Ulloa avec Josita Hernán
1943Cristina Guzmán – de Gonzalo Delgrás avec Marta Santaolalla
Ídolos – de Florián Rey avec Mary Lamar
1951Cuento de hadas – de Edgar Neville avec Conchita Montes
1953La fille à la cruche ( la moza del cántaro ) de Florián Rey avec Paquita Rico
1959Llegaron los franceses – de León Klimovsky avec Elisa Montés
Pescando millones – de Manuel Mur Oti avec Diana Maggi
Baïonnette au canon / Assaut colline 408 / Colline 408 ( la fiel infantería ) de Pedro Lazaga avec Analía Gadé
El litri y su sombra – de Rafael Gil avec Licia Calderón
Trío de damas – de Pedro Lazaga avec Laura Valenzuela
1961Ventolera – de Luis Marquina avec Jorge Mistral
Tú y yo somos tres – de Rafael Gil avec Matilde Muñoz Sampedro
Escuela de seductoras – de León Klimovsky avec Susana Campos
Trigo limpio – de Ignacio F. Iquino avec Núria Espert
Racket sous la ville / Les onze gangsters ( la pandilla de los once ) de Pedro Lazaga avec José Isbert
1962Apprendre à mourir ( aprendiendo a morir ) de Pedro Lazaga avec Manuel Benítez El Cordobés
La viudita naviera – de Luis Marquina avec Lina Canalejas
Mentirosa – de Enrique Cahen Salaberry avec Isabel Garcés
Los que no fuimos a la guerra / Cuando estalló la paz – de Julio Diamante avec Julia Caba Alba
Sabían demasiado – de Pedro Lazaga avec Concha Velasco
Llovidos del cielo – de Arturo Ruiz Castillo avec María Arias
1963Esa pícara pelirroja – de José María Elorrieta avec Ethel Rojo
El sol en el espejo – de Antonio Román avec Gracita Morales
La batalla del domingo – de Luis Marquina avec Mary Santpere
Trampa mortal – de Antonio Santillán avec Marta Padován
El precio de un asesino – de Miguel Lluch avec Silvia Solar
1964La chica del trébol / La ragazza meravigliosa – de Sergio Grieco avec Rocío Dúrcal
A canção da saudade – de Henrique Campos avec Florbela Queirós
Le mariage était à midi ( la boda era a las doce ) de Julio Salvador avec Pepe Rubio
Fin de semana – de Pedro Lazaga avec Elvira Quintillá
Los gatos negros – de José Luis Monter avec Soledad Miranda
1965La chasse ( la caza ) de Carlos Saura avec Alfredo Mayo
Jugando a morir – de José H. Gan avec Alicia Hermida
1966Las viudas / El aniversario – de Julio Coll, José María Forqué & Pedro Lazaga avec Julia Gutiérrez Caba
    Segment « El aniversario » de Julio Coll
1972Experiencia prematrimonial – de Pedro Masó avec Ornella Muti
Flor de santidad – de Adolfo Marsillach avec Eliana de Santis
1973Cannibal man : La semaine d’un assassin ( la semana del asesino ) de Eloy de la Iglesia avec Emma Cohen
Las señoritas de mala compañía – de José Antonio Nieves Conde avec Isabel Garcés
La belle-mère ( la madrastra ) de Roberto Gavaldón avec Amparo Rivelles
1974Tormento – de Pedro Olea avec Ana Belén
Una pareja... distinta – de José María Forqué avec Verónica Forqué
La revolución matrimonial – de José Antonio Nieves Conde avec Ketty de la Cámara
Las protegidas – de Francisco Lara Polop avec Angela Molina
1975Furtivos – de José Luis Borau avec Lola Gaos
Los hijos de... – de Luis María Delgado avec María José Cantudo
1976Madrid, Costa Fleming – de José María Forqué avec Luis Peña
Les longues vacances de 36 ( las largas vacaciones del 36 ) de Jaime Camino avec Francisco Rabal
1977Climax – de Francisco Lara Polop avec Javier Escrivá
1979Paco l’infaillible ( Paco el seguro ) de Didier Haudepin avec Patrick Dewaere
La campanada – de Jaime Camino avec Fiorella Faltoyano
1982Las autonosuyas – de Rafael Gil avec Alfredo Landa
1984Entre hermanos – de Manuel Iglesias avec Yolanda Maure
Fiche créée le 10 avril 2014 | Modifiée le 19 février 2015 | Cette fiche a été vue 1857 fois
PREVIOUSMarisa Merlini || Ismael Merlo || Ethel MermanNEXT