CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Renate Müller
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacqueline Audry



Date et Lieu de naissance : 25 septembre 1908 (Orange, France)
Date et Lieu de décès : 19 juin 1977 (Poissy, France)
Nom Réel : Jacqueline Audry

REALISATRICE
Image
1948 Gigi – de Jacqueline Audry avec Danièle Delorme, Gaby Morlay, Yvonne de Bray & Jean Tissier
Image
1951 Olivia – de Jacqueline Audry avec Edwige Feuillère, Simone Simon, Yvonne de Bray & Suzanne Dehelly
Image
1956 Mitsou – de Jacqueline Audry avec Danièle Delorme, François Guérin, Fernand Gravey & Gaby Morlay
Image
1966 Les fruits amers – de Jacqueline Audry avec Emmanuelle Riva, Laurent Terzieff & Roger Coggio

Jacqueline Audry naît le 25 septembre 1908, dans la belle ville méridionale d’Orange aux célèbres monuments romains. Elle a pour grand-oncle Gaston Doumergue qui vient cette année-là d’être nommée ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts et qui sera ultérieurement le treizième président de la République Française. Elle fait ses études secondaires à Paris. C’est à l’occasion d’une figuration pour un film publicitaire qu’elle décide que, si elle doit faire du cinéma, ce sera derrière les caméras. D’abord antiquaire, elle se fait scripte (1933) avant de devenir l’assistante de Max Ophüls pour «Le roman de Werther» (1938) avec Pierre Richard-Willm dans le rôle du héros de Goethe. Elle travaille ensuite pour Marc Sorkin sur les plateaux de «L’esclave blanche» (1939) avec Marcel Dalio en prince Soliman entouré de Odette Talazac, Viviane Romance et Mila Parély; et pour Georg Wilhelm Pabst qui dans «Jeunes filles en détresse» (1939) avec Marcelle Chantal et Micheline Presle, aborde déjà le mal vécu des divorces pour les enfants des parents séparés. Jacqueline Audry assiste ensuite Georges Lacombe avant de se retrouver sur le paquebot Normandie lors du «Paris–New York» (1940) de Yves Mirande et Claude Heymann.

L’invasion de la France par les armées allemandes interrompt l’activité cinématographique de Jacqueline Aubry. Réfugiée en zone libre, elle se rapproche de Jean Delannoy qui filme «L’assassin a peur la nuit» (1942) avec Mireille Balin et Jules Berry. Puis en 1943, dans une France désormais entièrement occupée, Jacqueline tourne avec les jeunes du centre du cinéma de Nice, un court métrage sur «Les chevaux du Vercors», dans ce massif des contreforts alpins.

Après la guerre, encouragée par son mari Pierre Laroche, journaliste et scénariste, notamment avec Jacques Prévert des «Visiteurs du soir» (1943), Jacqueline Audry réalise son premier long métrage, «Les malheurs de Sophie» (1945) d’après la Comtesse de Ségur, avec Marguerite Moreno. Elle poursuit avec «Gigi» (1948), «L’ingénue libertine» (1949), et «Mitsou» (1956), adaptés des œuvres de Colette. Son interprète de prédilection est alors Danièle Delorme accompagnée très efficacement par Gaby Morlay, Franck Villard et Fernand Gravey. La réalisatrice emploie un ton beaucoup moins léger dans «Sombre dimanche» (1948) avec Michèle Alfa et «Huis-clos» (1954) d’après Jean-Paul Sartre, avec Arletty. Elle retrouve la Camargue pour «La caraque blonde» (1952) avec Tilda Thamar. Et elle sait au mieux mettre en valeur les pétillants talents de Edwige Feuillère («Olivia» - 1952), Dany Robin et Odette Laure («L’école des cocottes» - 1956). Elle filme également une troisième adaptation de «La garçonne» (1958), tandis que Andrée Debar remplace France Dhélia et Marie Bell mais précède Marie Trintignant. Enfin en 1959, c’est un film en couleur et plein d’esprit «Le secret du chevalier d’Éon» qui, pour la réalisatrice, était assurément une femme! Durant cette période féconde, Pierre Laroche rédige la plupart des scénarii.

Dans les années soixante, la cinéaste ne tourne que quatre films dont «Les fruits amers / Soledad » (1966) d’après le sombre roman de sa sœur Colette Audry, avec Emmanuelle Riva et Laurent Terzieff. Son dernier film sera une production télévisée franco-polonaise, «Un grand amour de Balzac» avec Beata Tyszkiewicz dans le rôle de la comtesse Hanska. En effet Jacqueline Audry, la seule réalisatrice française de l’immédiat après-guerre, décède d’un accident de la route en région parisienne le 19 juin 1973.

© Caroline HANOTTE

copyright
1938Werther / Le roman de Werther – de Max Ophüls avec Pierre Richard-Willm
    Seulement assistant réalisateur
1939L’esclave blanche – de Marc Sorkin avec Viviane Romance
    Seulement assistant réalisateur
Jeunes filles en détresse – de Georg Wilhelm Pabst avec Marcelle Chantal
    Seulement assistant réalisateur
Les musiciens du ciel – de Georges Lacombe avec Michèle Morgan
    Seulement assistant réalisateur
1940Elles étaient douze femmes – de Georges Lacombe avec Françoise Rosay
    Seulement assistant réalisateur
Paris - New York – de Yves Mirande & Claude Heymann avec Michel Simon
    Seulement assistant réalisateur
1942L’assassin a peur la nuit – de Jean Delannoy avec Mireille Balin
    Seulement assistant réalisateur
1943 DO Les chevaux du Vercors – de Jacqueline Audry
1945Les malheurs de Sophie – de Jacqueline Audry avec Marguerite Moreno
1948Sombre dimanche – de Jacqueline Audry avec Paul Bernard
Gigi – de Jacqueline Audry avec Danièle Delorme
1949L’ingénue libertine / Minne / Minne, l’ingénue libertine – de Jacqueline Audry avec Danièle Delorme
1951Olivia – de Jacqueline Audry avec Edwige Feuillère
1952La caraque blonde – de Jacqueline Audry avec Roger Pigaut
1954Huis clos – de Jacqueline Audry avec Arletty
1956Mitsou – de Jacqueline Audry avec Fernand Gravey
L’école des cocottes – de Jacqueline Audry avec Dany Robin
1957C’est la faute d’Adam – de Jacqueline Audry avec René Lefèvre
La garçonne – de Jacqueline Audry avec Andrée Debar
    + scénario
1958Le secret du chevalier d’Eon – de Jacqueline Audry avec Bernard Blier
1961Cadavres en vacances / Pas si folles les guêpes – de Jacqueline Audry avec Jeanne Fusier-Gir
Les petits matins – de Jacqueline Audry avec Noël-Noël
1965 TV Le bonheur conjugal – de Jacqueline Audry avec Jean Desailly
    Série
1966Les fruits amers / Soledad – de Jacqueline Audry avec Emmanuelle Riva
    + scénario
    Grand Prix du Cinéma Français, France
1969Le lis de la mer – de Jacqueline Audry avec Kiki Caron
1973 TV Une grand amour de Balzac ( wielka milosc Balzaka ) de Wojciech Solarz & Jacqueline Audry avec Pierre Meyrand
    Série
Fiche créée le 29 avril 2007 | Modifiée le 13 juillet 2015 | Cette fiche a été vue 6701 fois
PREVIOUSPascale Audret || Jacqueline Audry || Mischa AuerNEXT