CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Betsy Blair
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacqueline Gauthier



Date et Lieu de naissance : 7 octobre 1921 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 18 septembre 1982 (Paris, France)
Nom Réel : Jacqueline Jeanne Louise Gauthier

ACTRICE
Image
1942 Huit hommes dans un château – de Richard Pottier avec René Dary, Louis Salou & Pierre Palau
Image
1946 Les aventures de Casanova – de Jean Boyer avec Georges Guétary, Jean Tissier & Aimé Clariond
Image
1950 Le clochard milliardaire – de Léopold Gomez avec Henri Guisol, Raymond Pellegrin & Raymond Souplex
Image
1956 La terreur de dames – de Jean Boyer avec Noël-Noël, Yves Robert & Jacqueline Pagnol

Fille d’un employé de banque, Jacqueline Gauthier est née à Paris, le 7 octobre 1921. Enfant, elle rêve de devenir danseuse mais c’est un professeur de français qui convainc sa mère, de la diriger vers le métier de comédienne. Madame Gauthier décide alors présenter sa fille à Louis Jouvet, et si le maître acquiesce, elle soutiendra sa fille. Jouvet lui prédit des rôles à la Arletty ou à la Spinelly et l’incite à poursuivre dans cette voie.

Recalée trois fois au Conservatoire, Jacqueline Gauthier débute malgré tout sur scène en 1938 et devient célèbre l’année suivante lorsqu’elle reprend le rôle créé par Alice Cocéa dans «Histoire de rire» d’Armand Salacrou. Dès lors, elle reste fidèle toute sa vie au théâtre et y mène un brillant parcours. On ne s’étonne pas de retrouver cette pétillante comédienne à l’affiche de plusieurs pièces d’André Roussin: «L’école des dupes» (1949), «La main de César» (1951), «Le mari, la femme et la mort» (1954 et 1956), «La petite hutte» (1958) et «La coquine» (1961). Parmi les autres œuvres qu’elle joue, on peut citer, entre autres, «Dans sa candeur naïve» (1942) de Jacques Deval, au théâtre Daunou; «Félix» (1952/53) d’Henry Bernstein, aux Célestins de Lyon et en tournée; «L’école des cocottes» (1957) de Paul Armont et Arnaud Gerbidon, au théâtre des Arts; «L’effet Glapion» (1959) de Jacques Audiberti, au théâtre La Bruyère; «Quarante carats» (1967) de Barillet et Grédy, au théâtre de La Madeleine; «Occupe-toi d’Amélie» (1969) de Georges Feydeau, à La Madeleine; ou encore «Reviens dormir à l’Elysée» (1980/82) de Jean-Paul Rouland et Claude Olivier, à la Comédie Caumartin et en tournée.

Ayant débuté à l’écran en 1938, Jacqueline Gauthier doit attendre 1942 pour que sa carrière de vedette de cinéma prenne son envol. Elle est alors l’interprète de, notamment, «Huit hommes dans un château» (1942) de Richard Pottier, «Le mort ne reçoit plus» (1943) de Jean Tarride, «La femme fatale» (1945) de Jean Boyer, «Les maris de Léontine» (1947) de René Le Hénaff, «L’extravagante Théodora» (1949) de Henri Lepage, «Coq en pâte» (1950) de Charles-Félix Tavano ou «Ils ont vingt ans» (1950) de René Delacroix. Elle est en outre la partenaire des chanteurs en vogue Charles Trénet dans «Frédérica» (1942) de Jean Boyer, Tino Rossi dans «Sérénade aux nuages» (1945) de André Cayatte et Georges Guétary dans «Les aventures de Casanova» (1946), une nouvelle fois sous la direction de Jean Boyer.

Lassée de l’image légère et fantaisiste dans laquelle l’enferme habituellement le Septième Art, Jacqueline Gauthier délaisse celui-ci après «Elle et moi» (1952). Elle n’y fait qu’un seul retour pour «La terreur des dames» (1956), adapté de «Ce cochon de Morin» de Guy de Maupassant. Ses incursions au petit écran sont la plupart du temps marquées du sceau du théâtre, qu’il s’agisse de téléfilms adaptés de pièces ou de ses six participations à la populaire série de Pierre Sabbagh «Au théâtre ce soir».

Sacrifiant tout à son métier, Jacqueline Gauthier ne c’est jamais mariée et n’a jamais eu d’enfants. La nouvelle de son suicide, le 18 septembre 1982, surprend tous ceux qui voyaient en l’actrice un exemple de rayonnement et de gaieté. Sans doute l’aspect enjoué de son personnage cachait-il un certain mal de vivre…

© Marlène PILAETE & Pascal DONALD

copyright
1938Vacances payées – de Maurice Cammage avec Léon Belières
Louise – de Abel Gance avec Grace Moore
1940Premier rendez-vous – de Henri Decoin avec Danielle Darrieux
1941Ce n’est pas moi – de Jacques de Baroncelli avec Victor Boucher
Signé illisible – de Christian Chamborant avec André Luguet
À vos ordres, madame – de Jean Boyer avec Jean Tissier
1942La femme que j’ai le plus aimée – de Robert Vernay avec Mireille Balin
Le journal tombe à cinq heures – de Georges Lacombe avec Pierre Fresnay
Frédérica – de Jean Boyer avec Charles Trénet
Huit hommes dans un château – de Richard Pottier avec René Dary
1943Au bonheur des dames – de André Cayatte avec Michel Simon
Feu Nicolas – de Jacques Houssin avec Rellys
Le mort ne reçoit plus – de Jean Tarride avec Raymond Aimos
1945Sérénade aux nuages – de André Cayatte avec Tino Rossi
La femme fatale – de Jean Boyer avec Pierre Brasseur
L’assassin n’est pas coupable – de René Delacroix avec Jules Berry
1946Tombé du ciel – de Emil Edwin Reinert avec Claude Dauphin
Les aventures de Casanova – de Jean Boyer avec Georges Guétary
    Film en 2 parties
    1 : Le chevalier de l’aventure
    2 : Les mirages de l’enfer
1947Les maris de Léontine – de René Le Hénaff avec Pierre Jourdan
Une nuit à Tabarin – de Carl Lamac avec Robert Dhéry
1949L’extravagante Théodora / J’te confie ma femme – de Henri Lepage avec Pierre Stéphen
Interdit au public – de Fred Pasquali avec José Noguéro
Eve et le serpent – de Charles-Félix Tavano avec Gaby Morlay
1950Ils ont vingt ans – de René Delacroix avec Francis Blanche
Le clochard milliardaire – de Léopold Gomez avec Raymond Pellegrin
Coq en pâte – de Charles-Félix Tavano avec Maurice Escande
1951La plus belle fille du monde – de Christian Stengel avec Paul Bernard
Elle et moi – de Guy Lefranc avec François Périer
1956La terreur de dames / Ce cochon de Morin – de Jean Boyer avec Noël-Noël
Fiche créée le 5 janvier 2012 | Modifiée le 5 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 3575 fois
PREVIOUSYvonne Gaudeau || Jacqueline Gauthier || Lys GautyNEXT