CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Daniel Sorano
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacqueline Monsigny



Date et Lieu de naissance : 22 mars 1931 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 15 août 2017 (Paris, France)
Nom Réel : Jacqueline Anne Marie Rollet

ACTRICE
Image
1953 Dortoir de grandes – de Henri Decoin avec Jean Marais, Françoise Arnoul & Jeanne Moreau
Image
1954 Escalier de service – de Carlo Rim avec Robert Lamoureux, Danielle Darrieux & Sophie Desmarets
Image
1962 Les veinards – de Jean Girault, Philippe de Broca & Jacques Pinoteau avec Mireille Darc & Darry Cowl
Image
1966 Martin soldat – de Michel Deville avec Robert Hirsch, Véronique Vendell, Walter Rilla & Louis Velle

De son vrai nom Jacqueline Rollet, Jacqueline Monsigny est née le 22 mars 1931 à Paris. Titulaire d’une Licence d’histoire, elle devient mannequin chez Craven. Elle suit les cours de Tania Balachova alors qu’elle vient de donner naissance à son premier fils, le futur auteur dramatique Franck Bertrand, en 1949.

Sur le grand écran, Jacqueline Monsigny apparaît pour la première fois dans le film à sketches «Les sept péchés capitaux» (1951). Elle enchaîne avec un petit rôle dans «Adorables créatures» (1952) de Christian-Jaque. Elle compose l’une des pensionnaires du collège de Mérémont dans «Dortoir des grandes» (1953) auprès de Jean Marais et Françoise Arnoul. Dans un sketch de liaison de «Escalier de service» (1954), elle joue une copine de Jean-Marc Thibault. Après ces rôles au cinéma, elle se consacre au théâtre. En 1953, elle interprète la fille de Robert Arnoux et Madeleine Barbulée dans le vaudeville «Les invités du bon dieu» de Armand Salacrou, dans une mise en scène de Yves Robert. Elle intègre la distribution de «Bel-ami» (1954) de Guy Maupassant avec Franck Villard puis est la partenaire de Jean-Pierre Aumont dans «Il y a longtemps que je t’aime» (1955) de Jacques Deval et de François Périer dans «Le mal d’amour» (1955) de Marcel Achard. À cette époque, elle apparaît dans des dramatiques diffusées en direct à la télévision notamment sous la direction de François Chatel, le père de son fils Thibaut Chatel né en 1959. Pendant deux ans, elle se retire pour se consacrer à l’éducation de ses enfants.

Sur le petit écran, le rôle le plus notable de Jacqueline Monsigny demeure celui d’Isabelle dans «Le capitaine Fracasse» (1961) d’après Théophile Gautier avec Bernard Woringer dans le rôle-titre. Diffusée dans le cadre de l’émission «Le Théâtre de la jeunesse» de Claude Santelli, ce téléfilm préfigure la suite de sa carrière. Elle présente, avec Marcel Fort, un programme destiné à la jeunesse «1,2, 3 en piste!», spectacle de cirque réalisé depuis le parc d’Ermenonville de Jean Richard. Elle participe à de nombreuses émissions de variétés comme «Télé-dimanche» de Raymond Marcillac ou «Passing show» de Jean-Christophe Averty mais aussi à des sketches de «La caméra invisible». En tant que comédienne, elle est la partenaire de Micheline Presle dans «La lettre dans le taxi» (1962) ou Robert Hirsch dans «Kean» (1972). Au cinéma, elle est sollicitée à deux reprises par Jean Girault dans «Les livreurs» (1961) avec Darry Cowl et un sketch des «Veinards» (1962) avec Mireille Darc. Elle obtient des rôles dans «La dame de pique» (1965) de Léonard Keigel avec Dita Parlo et «Martin soldat» (1966) de Michel Deville avec Robert Hirsch. À la fin de la décennie, elle rencontre Edward Meeks au Festival de télévision de Monaco.

Après les évènements de mai 1968 et l’éclatement de l’ORTF, Jacqueline Monsigny se retrouve au chômage et décide de se reconvertir dans l’écriture. Son premier roman «Floris, mon amour» (1970) connait un grand succès en librairie et fait l’objet de trois autres tomes. Dès lors, elle se spécialise dans des fresques romanesques historiques ou des biographies de personnalités. Avec ses fils, elle signe des scénarios pour des séries télévisées d’animation. Sollicitée par Grace Kelly, elle écrit un documentaire-fiction autour du Garden Club de Monaco «Rearranged» (1980) de Robert Dornhelm où la Princesse joue son propre rôle. Avec son mari Edward Meeks épousé en 1972, elle rédige plusieurs livres autour du septième art. Âgée de 86 ans, Jacqueline Monsigny décède le 15 août 2017 à Paris.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1951Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo De Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Viviane Romance
    Segment « La luxure » de Yves Allégret
1952Adorables créatures – de Christian-Jaque avec Daniel Gélin
1953Dortoir de grandes – de Henri Decoin avec Jean Marais
1954Escalier de service – de Carlo Rim avec Robert Lamoureux
1961Les livreurs – de Jean Girault avec Francis Blanche
1962Les veinards – de Jean Girault, Philippe de Broca & Jacques Pinoteau avec Mireille Darc
    Segment « Le manteau de vison » de Jean Girault
1965La dame de pique – de Léonard Keigel avec Philippe Lemaire
1966Martin soldat – de Michel Deville avec Robert Hirsch
2015 DO Grace Kelly, une femme libre – de Bertrand Tessier avec Philippe Labro
    Seulement apparition
Fiche créée le 16 août 2017 | Modifiée le 19 août 2017 | Cette fiche a été vue 357 fois
PREVIOUSMarilyn Monroe || Jacqueline Monsigny || Ricardo MontalbanNEXT