CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Berta Drews
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacques Baumer



Date et Lieu de naissance : 12 avril 1885 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 20 juin 1951 (Montchauvet, France)
Nom Réel : Jacques Henri Nusbaumer

ACTEUR
Image
1936 Courrier Sud – de Pierre Billon avec Pierre Richard-Willm, Charles Vanel, Jany Holt & Pauline Carton
Image
1942 Mademoiselle Béatrice – de Max de Vaucorbeil avec Gaby Morlay, André Luguet & Louise Carletti
Image
1948 Manèges – de Yves Allégret avec Bernard Blier, Simone Signoret, Jane Marken & Franck Villard
Image
1949 Millionnaires d’un jour – de André Hunebelle avec Gaby Morlay, Pierre Brasseur & Léon Bélières

Un visage sévère, un physique banal, mais un talent certain, Jacques Baumer est un acteur français de théâtre et de cinéma méconnu. Jacques Henri Nusbaumer naît à Paris le 12 avril 1885. Il débute sa carrière d’artiste dans des pièces de théâtre, «La souriante Madame Beudet» (1921), de Denys Amiel ou «Dardamelle ou le cocu» (1922) de Émile Mazaud, et des opérettes, «La Maréchale Sans-Gêne» d’après Victorien Sardou et Emile Moreau, au théâtre du Châtelet. Toute sa vie, il reste attaché au théâtre, comme acteur mais aussi comme metteur en scène, pour des auteurs de renom, tels Jean Cocteau, Sacha Guitry ou Marcel Achard. Et c’est tardivement, à 47 ans, qu’il se lance dans le cinéma.

Ni son âge, ni son physique ne le prédisposent à jouer les jeunes premiers. Durant les vingt années de sa carrière à l’écran, Jacques Baumer tourne plus de 40 films, sous la direction de grands réalisateurs, comme Julien Duvivier, Marcel L’Herbier, Marcel Carné, Sacha Guitry ou Maurice Tourneur, et aux côtés d’acteurs reconnus, Raimu, Harry Baur, Jean Gabin, Michel Simon, Bernard Blier, Maurice Chevalier,... Mais, bien que de tempérament affirmé, il reste cantonné dans des seconds rôles et des personnages plutôt ternes, effacés. Au point qu’on a fini par oublier son talent à les incarner avec naturel et conviction et la palette de ses interprétations. Il aborde le cinéma dans un film de Georges Lacombe, inspiré de l’œuvre de Guy de Maupassant, «Ce cochon de Morin» (1932), où sa personnalité s’impose dans le rôle principal du pauvre Morin. Il excelle aussi dans la peau d’êtres hypocrites et obséquieux, tel Chevrier dans «Mollenard» (1937), de Robert Siodmak, drame de la haine conjugale et de la déchéance, avec Harry Baur. Dans «Entente cordiale» (1939), de Marcel L’Herbier, il incarne, auprès de Gaby Morlay et Pierre Richard-Willm, Georges Clemenceau, rôle historique qui aurait pu lui donner une autre dimension, mais qui reste une exception dans sa filmographie.

L’univers judiciaire lui va bien. Jacques Baumer est commissaire dans «Café de Paris» (1938) et dans «Le jour se lève» (1939) de Marcel Carné, inspecteur dans «Derrière la façade» (1939). Il campe avec brio l’inflexible Procureur Rogissart face à Raimu, dans «Les inconnus dans la maison» (1941) de Henri Decoin, ou encore le retors Delbecq, ancien avoué et intendant de la comtesse dans «Le colonel Chabert» (1943), de René Le Hénaff, tiré du roman de Balzac. Le rôle de composition, sans doute le plus difficile qu’il endosse, est celui de Noirtier de Villefort, père du procureur Villefort, dans «Le comte de Monte Cristo» (1942), de Robert Vernay, d’après le chef-d’œuvre de Alexandre Dumas. Noirtier, que Dumas décrit comme «un cadavre avec des yeux vivants», est atteint du syndrome de l’enfermement (locked-in-syndrome). Paralysé dans un fauteuil à roulettes, il ne communique qu’avec le regard.

Dans un registre plus léger, Jacques Baumer s’illustre encore, dans l’un de ses derniers films, en maître d’équitation plein de bon sens, ami de Bernard Blier, dans «Manèges» (1947), de Yves Allégret. Son dernier rôle, très secondaire, il le tient auprès de Martine Carol dans «Caroline chérie» (1950) dirigé par Richard Pottier. Discret dans sa vie comme à l’écran, il décède l’année suivante, encore jeune (66 ans), le 20 juin 1951, à Montchauvet dans les Yvelines. Parisien de sa naissance à sa mort, il repose au cimetière du Père Lachaise.

© Isabelle MICHEL

copyright
1932Ce cochon de Maurin – de Georges Lacombe avec Colette Darfeuil
1933Étienne – de Jean Tarride avec Marthe Régnier
1934La reine des resquilleuses – de Marco de Gastyne avec Max Dearly
1936Courrier Sud – de Pierre Billon avec Jany Holt
La belle équipe – de Julien Duvivier avec Viviane Romance
La porte du large – de Marcel L’herbier avec Marcelle Chantal
L’homme sans cœur – de Léo Joannon avec Marie Glory
La glu – de Jean Choux avec Gilbert Gil
1937Gribouille – de Marc Allégret avec Michèle Morgan
Feu ! – de Jacques de Baroncelli avec Edwige Feuillère
Un déjeuner au soleil – de Marcel Cravenne avec Gaby Morlay
Désiré – de Sacha Guitry avec Arletty
Double crime sur la ligne Maginot – de Félix Gandéra avec Véra Korène
La tragédie impériale – de Marcel L’Herbier avec Jany Holt
Mollenard – de Robert Siodmak avec Gabrielle Dorziat
1938Légions d’honneur – de Maurice Gleize avec Marie Bell
La piste du Sud – de Pierre Billon avec Jean-Louis Barrault
Durand bijoutier – de Jean Stelli avec Blanche Montel
Café de Paris – de Yves Mirande avec Simone Berriau
Accord final – de Ignacy Rosenkranz avec Käthe von Nagy
1939Jour se lève – de Marcel Carné avec Annabella
Derrière la façade / 32, Rue de Montmartre – de Georges Lacombe & Yves Mirande avec Gaby Sylvia
Entente cordiale – de Marcel L’Herbier avec Janine Darcey
1940Paris-New York – de Yves Mirande avec Michel Simon
1941Les inconnus dans la maison – de Henri Decoin avec Raimu
1942Les affaires sont les affaires – de Jean Dréville avec Charles Vanel
L’appel du bled – de Maurice Gleize avec Madeleine Sologne
Le bienfaiteur – de Henri Decoin avec Suzy Prim
Le comte de Monte Cristo – de Robert Vernay avec Pierre Richard-Willm
    Film en 2 parties
    1 : Edmond Dantès
    2 : Le châtiment
Mademoiselle Béatrice – de Max de Vaucorbeil avec Louise Carletti
Le comte de Monte Cristo – de Robert Vernay avec Michèle Alfa
1943Le colonel Chabert – de René Le Hénaff avec Aimé Clariond
Les ailes blanches – de Robert Péguy avec Marcelle Géniat
Mahlia la métisse – de Walter Kapps avec Jean Servais
Coup de tête – de René Le Hénaff avec Gisèle Casadesus
1945Les caves du Majestic – de Richard Pottier avec Denise Grey
1947Le comédien – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
Par la fenêtre – de Gilles Grangier avec André Alerme
1948L’impasse des deux anges – de Maurice Tourneur avec Simone Signoret
Manèges – de Yves Allégret avec Bernard Blier
1949Le furet – de Raymond Leboursier avec Pierre Renoir
Millionnaires d’un jour – de André Hunebelle avec Léon Bélières
Ronde de nuit – de François Campeaux avec Tilda Thamar
1950Ma pomme – de Marc-Gilbert Sauvajon avec Maurice Chevalier
Caroline chérie – de Richard Pottier avec Martine Carol
Fiche créée le 13 mai 2009 | Modifiée le 5 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 4348 fois
PREVIOUSAndré Baugé || Jacques Baumer || Harry BaurNEXT