CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Divine
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacques Denis



Date et Lieu de naissance : 12 mai 1943 (Fès, Maroc)
Date et Lieu de décès : 3 décembre 2015 (Saint-Quentin, France)
Nom Réel : Jacques Robert Denis

ACTEUR
Image
1971 La salamandre – de Alain Tanner avec Bulle Ogier, Jean-Luc Bideau, Véronique Alain & Marcel Vidal
Image
1974 Le troisième cri – de Igaal Niddam avec Myriam Mézières, Leyla Aubert, Christine Fersen & Marcel Robert
Image
1976 La question – de Laurent Heynemann avec Nicole Garcia, Michel Beaune, Jean Benguigui & Roland Blanche
Image
1978 Plurielles – de Jean-Patrick Lebel avec Christine Murillo, Monique Mélinand, Jenny Clève & Guillaume Lebel

Jacques Denis est né le 12 mai 1943 à Fès au Maroc, à l’époque du Protectorat français avant l’indépendance du pays en 1956. Alors qu’il s’engage dans la profession de dessinateur publicitaire, il se passionne pour le théâtre et suit les cours de Tania Balachova. Au sein du théâtre décentralisé, il effectue ses débuts sur scène successivement au Théâtre Populaire de Lorraine à Metz, au Théâtre de Champagne à Reims et à la Comédie de Lorraine à Nancy. Mais Jacques Denis se fait véritablement remarquer en Suisse au Théâtre Populaire Romand à La Chaux-de-Fonds dirigé par Charles Joris ou au Théâtre de Carouge-Atelier de Genève. Sous la direction de Armen Godel, il joue «Le testament du chien» d’Ariano Suassuna avec Jean-Luc Bideau, un rôle qui lui vaut d’être remarqué par le réalisateur Michel Soutter qui le fait débuter dans «James ou pas» (1969) présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Il retrouve Michel Soutter dans une comédie tournée en noir et blanc «Les arpenteurs» (1971) dont il partage l’affiche avec Marie Dubois et Jean-Luc Bideau. Entre-temps, il est sollicité par Alain Tanner pour «La salamandre» (1970) où il forme un tandem avec Jean-Luc Bideau fasciné par une jeune fille accusée de tentative de meurtre incarnée par Bulle Ogier.

Ces débuts remarqués dans le cinéma helvétique lui permettent d’être dirigé par des réalisateurs français. Il compose l’ami de Philippe Noiret dans «L’horloger de Saint-Paul» (1973) de Bertrand Tavernier, apparaît en maquisard dans «Calmos» (1975) de Bertrand Blier ou joue le mari de Dominique Laffin brutalisé par Gérard Depardieu dans «Dites lui que je l’aime» (1977) de Claude Miller. Dans un registre plus léger, il incarne un journaliste dans «Un nuage entre les dents» (1973) de Marco Pico avec Philippe Noiret. En Suisse, Alain Tanner le dirige à nouveau dans «Le milieu du monde» (1974) avec Philippe Léotard ou «Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000» (1976) où il forme un couple avec Miou-Miou.

Pour les cinéphiles, sa prestation la plus remarquée demeure le rôle principal de «La question» (1976) de Laurent Heynemann. Sa composition d’un militant communiste torturé par l’armée française durant la Guerre d’Algérie laisse présager une grande carrière. Mais enfermé dans un cinéma d’auteur à la moindre audience, il n’obtient par la suite que des seconds rôles dans «I comme Icare» (1979) de Henri Verneuil avec Yves Montand ou «Allons z’enfants» (1980) de Yves Boisset. Il a la même exigence à la télévision sous la direction de Michel Polac dans «L’homme sandwich» (1978) ou Jacques Doillon dans «Monsieur Abel» (1982) avec Pierre Dux et Zouc. À l’exception de son interprétation d’un résident anticolonialiste dans «Chocolat» (1987), la carrière se cantonne au petit écran retrouvant pour des compositions anecdotiques Marco Pico. Pour son dernier rôle, il est dirigé par Jacques Fansten pour un second rôle dans le téléfilm de science-fiction «Les zygs, le secret des disparus» (2006).

Délaissé par le cinéma, Jacques Denis intègre la troupe du Nouveau Théâtre de Poche à Genève dont la direction est assurée par Martine Paschoud. Ensemble, ils assurent la mise en scène du «Neveu de Rameau» (1992) de Denis Diderot. En France, il est le partenaire de Denis Lavant et Romane Bohringer dans «Roméo et Juliette» (1995) de Shakespeare mis en scène par Hans Peter Cloos. Jacques Denis décède dans l’anonymat le plus complet le 3 décembre 2015 à Saint-Quentin à l’âge de 72 ans.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1970James ou pas – de Michel Soutter avec Harriet Ariel
1971La salamandre – de Alain Tanner avec Bulle Ogier
1972Les arpenteurs – de Michel Soutter avec Marie Dubois
1973Les vilaines manières – de Simon Edelstein avec Francine Racette
L’horloger de Saint-Paul – de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret
Un nuage entre les dents – de Marco Pico avec Pierre Richard
Le milieu du monde – de Alain Tanner avec Juliet Berto
1974Le troisième cri – de Igaal Niddam avec Myriam Mézières
Pas si méchant que ça – de Claude Goretta avec Marlène Jobert
    Scènes coupées au montage – Non crédité
1975Calmos / Femmes fatales – de Bertrand Blier avec Bernard Blier
1976Jonas qui aura vingt-cinq ans en l’an deux mille – de Alain Tanner avec Miou-Miou
La question – de Laurent Heynemann avec Nicole Garcia
1977Dites-lui que je l’aime – de Claude Miller avec Gérard Depardieu
CM L’arrêt au milieu – de Jean-Pierre Sentier avec Maurice Bénichou
1978Plurielles – de Jean-Patrick Lebel avec Christine Murillo
1979I... comme Icare – de Henri Verneuil avec Yves Montand
Odo Toum, d’autres rythmes – de Costa Haralambis avec Jean-Luc Bideau
La fuite en avant / Le compromis – de Christian Zerbib avec Michel Bouquet
1980Allons z’enfants – de Yves Boisset avec Jean-Pierre Aumont
1984Notre histoire – de Bertrand Blier avec Alain Delon
1985Swing troubadour – de Bruno Bayen avec Bérangère Bonvoisin
1987Chocolat – de Claire Denis avec Isaach de Bankolé
1992La petite apocalypse – de Costa-Gavras avec André Dussollier
1993La cavale des fous – de Marco Pico avec Michel Piccoli
1995Le dernier des pélicans – de Marco Pico avec Christine Murillo
1996Fourbi – de Alain Tanner avec Karin Viard
2002Ce jour-là – de Raoul Ruiz avec Bernard Giraudeau
Fiche créée le 6 décembre 2015 | Modifiée le 29 novembre 2016 | Cette fiche a été vue 1354 fois
PREVIOUSYves Deniaud || Jacques Denis || María DenisNEXT