CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Julián Pastor
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jacques Sernas



Date et Lieu de naissance : 30 juillet 1925 (Kaunas, Lituanie)
Date et Lieu de décès : 3 juillet 2015 (Rome, Italie)
Nom Réel : Jacques Bernard Sernas

ACTEUR
Image
1946 Jeunesse perdue (gioventù perduta) de Pietro Germi avec Carla del Poggio, Massimo Girotti & Nando Bruno
Image
1954 Hélène de Troie (Helen of Troy) de Robert Wise avec Rossana Podesta, Stanley Baker & Brigitte Bardot
Image
1960 La reine des barbares (la regina dei tartari) de Sergio Grieco avec Chelo Alonso, Folco Lulli & Piero Lulli
Image
1964 Dernier avion pour Baalbek (un aereo per Baalbeck) de Hugo Fregonese & Giuliano Camineo

Sa blondeur nordique aurait pu en faire un Siegfried ou un épigone de Jean Marais, mais Jacques Sernas préféra fréquenter l’Italie des péplums et incarner des héros mythologiques, comme Pâris dans «Hélène de Troie» (1954) de Robert Wise, avec Rossana Podesta, des centurions romains dans «Sous le signe de Rome» (1958) de Guido Brignone, ou des Barbares, comme ce Malok qui, dans «La reine des Barbares» (1960) de Sergio Grieco, sauve la sublime Chelo Alonso d’un sort funeste.

Curieuse trajectoire, en vérité, que celle de Jacques Sernas, né à Kaunas, en Lithuanie, le 30 juillet 1925. Dès le départ, c’est un citoyen du monde, puisque son père est d’origine lithuanienne et sa mère d’origine russe, qu’il vit jusqu’à l’âge d’homme à Paris, parle quatre langues et part faire carrière en Italie et à Hollywood. Sans penser encore au cinéma, il entre tout jeune dans la Résistance, fait des études de médecine et pratique la boxe. C’est alors qu’on le remarque et qu’on lui propose de faire de la figuration, puis, à la fin des années 1940, de devenir acteur. Et c’est en France, où il réside, que sa carrière commence, avec un film méconnu de Raymond Lamy, «Miroir» (1946), avec un Gabin alors sur le déclin. La même année, il s’installe en Italie, sa vraie patrie, ce qui ne l’empêche pas, de loin en loin, de figurer encore dans des films français comme «La révoltée» (1947) de Marcel L’Herbier, «Jean de la lune» (1948), la deuxième adaptation au cinéma par Marcel Achard lui-même de sa pièce, où Jacques Sernas campe un des fades amoureux de Danielle Darrieux, ou encore «L’envers du paradis» (1952) de Edmond T. Gréville, avec Erich von Stroheim, où il campe un jeune homme qui, amoureux d’une jeune femme mourante, tue sa maîtresse. Mais, en plus du péplum, c’est le cinéma d’aventures transalpin qui a les faveurs du svelte et capricant Jacques Sernas, qui commence à bondir sur sa monture ou à jouer ce la rapière dans des films souvent pleins d’adrénaline comme «Le faucon rouge» (1949) de Carlo Ludovico Bragaglia, où, dans l’Italie du sud, au temps des Normands, il entreprend de venger son père, «Les chemises rouges» (1952) de Goffredo Alessandrini, avec Raf Vallone en Garibaldi, ou encore «La parole est à l’épée» (1958) de Sergio Grieco, dont l’action se déroule au temps de la guerre des Guelfes et des Gibelins.

Mais Jacques Sernas ne se cantonne pas à ces séries B: il joue pour des réalisateurs aussi prestigieux que Federico Fellini, qui l’engage dans «La dolce vita» (1960), ou Dino Risi, qui le dirige dans «L’inassouvie» (1960). Il figure aussi dans un autre film de son réalisateur de prédilectio, Sergio Grieco, «Les amants du péché» (1953), où il incarne le comte Danielli, ou dans un thriller de Piero Costa, «La barriere della legge» (1954), avec Rossano Brazzi. À la fin de sa carrière, Jacques Sernas se partage entre les superproductions internationales, comme «Les 55 jours de Pékin» (1962) de Nicholas Ray, les parodies de films d’espionnage, comme «Barbouze chérie» (1966) de José Maria Forqué, ou encore les westerns spaghetti, comme «Trois cavaliers pour Fort Yuma» (1967) de Giorgio Ferroni.

Jacques Sernas reste cependant très actif à la télévision, dans des séries comme «Poigne de fer et séduction» (1973), «La sconosciuta» (1982), «Miguel Servet, la sangre y la ceniza» (1989), qui retrace la vie du théologien Michel Servet, brûlé pour hérésie au XVIe siècle, ou encore un téléfilm sur Jean XXIII (2002), où il incarne l’archevêque de Paris. Jacques Sernas s’éteint le 3 juillet 2015 à Rome.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1946 Miroir – de Raymond Lamy avec Jean Gabin
Jeunesse perdue ( gioventù perduta ) de Pietro Germi avec Carla Del Poggio
    Ruban d’Argent du meilleur acteur étranger par le syndicat italien des journalistes de cinéma, Italie
1947La révoltée – de Marcel L’Herbier avec Josette Day
L’idole – de Alexandre Esway avec Yves Montand
1948Le moulin du Pô ( il mulino del Po ) de Alberto Lattuada avec Anna Carena
Jean de la lune – de Marcel Achard avec Danielle Darrieux
Pacte avec le diable ( patto col diavolo ) de Luigi Chiarini avec Isa Miranda
Cocaïne ( una lettera all’alba ) de Giorgio Bianchi avec Lea Padovani
1949Le faucon rouge ( il falco rosso ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Tamara Lees
Le loup de la Sila ( il luppo della Sila ) de Dulio Coletti avec Silvana Mangano
Le ciel est rouge ( il cielo è rosso ) de Claudio Gora avec Marina Berti
1950La salamandre d’or ( golden salamander ) de Ronald Neame avec Anouk Aimée
Les mousquetaires de la mer ( cuori sul mare ) de Giorgio Bianchi avec Sophia Loren
Barbe Bleue – de Christian-Jaque avec Cécile Aubry
Barbe-Bleue ( Blaubart ) de Christian-Jaque avec Hans Albers
    Version allemande de « Barbe-Bleue »
1951Son dernier verdict ( l’ultima sentenza ) de Mario Bonnard avec Eleonora Rossi Drago
Clandestino a Trieste – de Guido Salvini avec Doris Duranti
Les anges du faubourg / Les anges des faubourgs ( gli angeli del quartiere ) de Carlo Borghesio avec Rossana Podesta
Il capitano di Venezia – de Gianni Puccini avec Mariella Lotti
1952Les chemises rouges ( camicie rosse ) de Goffredo Alessandrini avec Anna Magnani
La muette de Portici ( la muta di Portici ) de Giorgio Ansoldi avec Anna-Maria Ferrero
Les enfants ne sont pas à vendre ( i figli non si vendono ) de Mario Bonnard avec Paola Barbara
Des gosses de riches / Vierges en cage / Les mondaines ( fanciulle di lusso ) de Bernard Vorhaus avec Marina Vlady
L’envers du paradis – de Edmond T. Greville avec Erich von Stroheim
Marquée par le destin / Je l’ai toujours aimé ( ti ho sempre amato! ) de Mario Costa avec Myriam Bru
1953Terre étrangère ( terra straniera / miniera tragica ) de Sergio Corbucci avec Mario Vitale
Son altesse a dit non ( sua altezza ha detto no ! ) de Mario Basaglia avec Ugo Tognazzi
Une fille nommée Madeleine ( Maddalena ) de Augusto Genina avec Marta Toren
Lulù – de Fernando Cerchio avec Valentina Cortese
Il grande addio – de Renato Polselli avec Luisa Rossi
Dieci canzoni d’amore da salvare – de Flavio Calzavara avec Brunella Bovo
Les amants du péché ( amanti è il mio peccato ) de Sergio Grieco avec Elisa Cegani
1954Un siècle d’amour ( cento anni d’amore ) de Lionello De Felice avec Maurice Chevalier
La barriera della legge – de Piero Costa avec Rossano Brazzi
L’enfer de Dien Bien Phu ( jump into hell ) de David Butler avec Peter van Eyck
1955Hélène de Troie ( Helen of Troy / Elena di Troia ) de Robert Wise avec Brigitte Bardot
Altair ( Altair, primo amore ) de Leonardo De Mitri avec Antonella Lualdi
1957Aphrodite, déesse de l’amour ( la venere di Cheronea / goddess of love / the Venus of Cheronea ) de Fernando Cerchio & Victor Tourjansky avec Belinda Lee
C’est la faute d’Adam – de Jacqueline Audry avec Dany Robin
1958Un seul survivra ( vite perdute / la legge del mitra ) de Adelchi Bianchi & Roberto Mauri avec Virna Lisi
Les noces vénitiennes ( la prima notte ) de Alberto Cavalcanti avec Martine Carol
Sous le signe de Rome ( nel segno di Roma / sotto il segno di Roma / la regina del deserto ) de Guido Brignone avec Anita Ekberg
La parole est à l’épée ( Pia de Tolomei ) de Sergio Grieco avec Bella Darvi
1959Les nuits de Lucrèce Borgia ( le notti di Lucrezia Borgia ) de Sergio Grieco avec Michèle Mercier
I mondo dei miracoli – de Luigi Capuano avec Vittorio De Sica
Salammbô ( Salambò / the loves of Salammbo ) de Sergio Grieco avec Jeanne Valérie
Culpables – de Arturo Ruiz Castillo avec Fernando Rey
1960La douceur de vivre ( la dolce vita ) de Federico Fellini avec Magali Noël
L’inassouvie / Un amour à Rome ( un amore a Roma ) de Dino Risi avec Elsa Martinelli
La reine des barbares ( la regina dei tartari ) de Sergio Grieco avec Chelo Alonso
Les Horaces et les Curiaces ( Orazi e Curiazi ) de Ferdinando Baldi avec Alan Ladd
1961Maciste contre le fantôme ( Maciste contro il vampiro / Goliath and the island of vampires / the vampires / Goliath and the vampires / Maciste vs. the vampires ) de Giacomo Gentillomo et Sergio Corbucci avec Gordon Scott
Parlez-moi d’amour ( che femmina… e che dollari ! ) de Giorgio Simonelli avec Dalida
La bataille de Corinthe ( il conquistatore di Corinto / the centurion / conqueror of Corinth ) de Mario Costa avec Gianna Maria Canale
Romulus et Remus ( Romolo è Remo ) de Sergio Corbucci avec Steve Reeves
1962Les cinquante-cinq jours de Pékin ( fifty-five days at Peking ) de Nicholas Ray avec Ava Gardner
Le jour le plus court ( il giorno più corto / il giorno più corto commedia umoristica ) de Sergio Corbucci avec Walter Pidgeon
Le fils de Spartacus ( il figlio di Spartacus ) de Sergio Corbucci avec Claudio Gora
1963Les princes rebelles / Le sabre de la vengeance ( i diavoli di Spartivento / curse of the haunted forest / the devils of Spartivento / the fighing legions / weapons of vengeance / weapons of war ) de Leopoldo Savona avec Jany Clair
Dernier avion pour Baalbek ( un aereo per Baalbeck/ FBI operazione Baalbeck ) de Marcello Giannini avec Yoko Tani
1965Guerre secrète ( the dirty game / the dirty agents / la guerra segreta / spione unter sich ) de Terence Young, Carlo Lizzani & Christian-Jaque avec Bourvil
1966Barbouze chérie ( zarabanda bing bing / Baleari operazione oro ) de José María Forqué avec Mireille Darc
    + sujet & scénario
1967Trois cavalier pour Fort Yuma / Les trois cavaliers de Fort Yuma ( per pochi dollari ancora ) de Giorgio Ferroni avec Sophie Daumier
1968American secret service : Cronache di ieri e di oggi – de Enzo Di Gianni avec Franco Franchi
Lingots à gogo / ne combine en or ( Midas run / a run on gold ) de Alf Kjellin avec Fred Astaire
1969L’assaut des jeunes loups ( hornet’s nest ) de Phil Karlson avec Rock Hudson
1973Superfly T.N.T. ( Super Fly T.N.T. ) de Ron O’Neal avec Roscoe Lee Browne
1974E cominciò il viaggio nella vertigine – de Toni de Gregorio avec Michel Piccoli
Les enfants de la rage ( children of rage ) de Arthur Allan Seidelman avec Olga Georges-Picot
1978Le dernier souffle ( l’ultimo sapore dell’aria ) de Ruggero Deodato avec Angela Goodwin
1980La peau ( la pelle ) de Liliana Cavani avec Burt Lancaster
1983L’addition – de Denis Amar avec Victoria Abril
1988L’avare ( l’avaro ) de Tonino Cervi avec Christopher Lee
1989Io, Peter Pan – de Enzo De Caro avec Mariella Valentini
Fuga dalle morte / Luna di sangue – de Enzo Milioni avec Jessica Moore
1990L’Africaine ( l’africana / die rückkehr ) de Margarethe von Trotta avec Stefania Sandrelli
Chaleur étouffante ( caldo soffocante ) de Giovanna Gagliardo avec Christine Boisson
1997Coppia omicida – de Claudio Fragasso avec Laura Morante
1999Amore nello specchio – de Salvatore Maira avec Anna Galiena
Fiche créée le 18 février 2009 | Modifiée le 1 juin 2016 | Cette fiche a été vue 6778 fois
PREVIOUSVéra Sergine || Jacques Sernas || Michel SerraultNEXT