CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Marguerite Renoir
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Bretonnière



Date et Lieu de naissance : 22 octobre 1924 (Tours, France)
Date et Lieu de décès : 13 mars 2001 (Romainville, France)
Nom Réel : Jean Marcel Bretonnière

ACTEUR
Image
1952 Le gantelet vert (the green glove) de Rudolph Maté avec Glenn Ford, Geraldine Brooks & Cedric Hardwicke
Image
1953 Ma petite folie – de Maurice Labro avec Jean Tissier, Geneviève Kervine & Nadine Tallier
Image
1955 Cette sacrée gamine – de Michel Boisrond avec Brigitte Bardot, Françoise Fabian & Michel Serrault
Image
1957 Cinq millions comptant – de André Berthomieu avec Geneviève Kervine, Jane Sourza & Darry Cowl

Jean Bretonnière, fils d’un militaire qui s’est illustré à bord d’aéronefs pendant la Grande Guerre, naît à Tours le 22 octobre 1924. Le jeune homme doté d’un tempérament facétieux, donne ses premières représentations pour distraire des soldats hospitalisés. Pas vraiment motivé par les études et une existence conformiste, il gagne d’abord sa vie comme chasseur dans un cabaret parisien puis, il devient souffleur dans la compagnie théâtrale de Claude Dauphin et fait de la figuration. À la fin des années quarante il est chanteur fantaisiste dans les cabarets. En 1952, grâce à une très belle voix de baryton et sans formation particulière il chante dans l’opérette «Feux d’artifice» avec Suzy Delair et Mary Marquet. Désormais célèbre Jean devient un artiste incontournable des comédies musicales.

Jean Bretonnière débute à la même époque au cinéma. Dans le très pittoresque film de Julien Duvivier où bien des destins se croisent sous «Le ciel de Paris» (1951), c’est lui qui interprète la chanson du même nom. Il est aussi chanteur dans «The green glove / Le gantelet vert» (1952) de Rudolph Maté, avec Glenn Ford en ancien «GI», à la recherche à Paris d’œuvres d’art dérobées par les nazis pendant la guerre, tandis que Jany Holt joue une comtesse très distinguée. Puis Jean devient la vedette principale de plusieurs films musicaux. En 1953, il a pour partenaires sa future épouse Geneviève Kervine et l’inénarrable Jean Tissier, dans «Ma petite folie», un film réalisé par Maurice Labro. En 1954, il est «L’inspecteur connaît la musique» de Jean Josipovici qui dirige aussi Viviane Romance sur une musique de Claude Luter, avec en prime Sidney Bechet. Mais Jean Bretonnière est aussi un excellent comédien au charme irrésistible de jeune premier. En 1955, après bien des péripéties, il épouse «Cette sacrée gamine» l’ingénue mais très affriolante Brigitte Bardot du film dirigé par Michel Boisrond. L’année suivante, il est le séduisant prince de Khamarkhar, arrivé à Aden pour signer un traité avec les Britanniques, alors qu’Albine, alias Dany Robin, jeune comédienne d’une troupe française, perturbe les relations diplomatiques en donnant bien des soucis au gouverneur joué par le fringuant André Luguet: Une charmante adaptation du roman de Pierre Benoît. Jean Bretonnière est encore le héros de cinq films de divertissement, entouré d’excellents seconds rôles comme Noël Roquevert, Mary Marquet, Dora Doll, Raymond Bussières, Albert Préjean, mais aussi côté chansons, Charles Aznavour et Mick Micheyl. Puis au désespoir de ses admiratrices, il abandonne sa carrière cinématographique pour revenir au théâtre aux côtés de sa charmante épouse.

Jean Bretonnière retrouve les caméras, en 1967, pour un téléfilm «L’ami Fritz» (1967) adapté d’Erckmann et Chatrian par Georges Folgoas, avec Dominique Paturel en célibataire endurci et Henri Virlojeux, excellent en vieux Juif marieur. En 1975, il joue le député dans le film de Bertrand Tavernier, «Le juge et l’assassin», avec Philippe Noiret en magistrat et Michel Galabru exceptionnellement dans un contre-emploi d’assassin. Il participe également à un émission «au théâtre ce soir» pour un de ses grands succès «Peau de vache» (1980) de Grédy et Barillet avec Sophie Desmarets. À la mort de Geneviève Kervine, Jean Bretonnière s’éloigne de la scène et vit entouré de ses souvenirs dans sa résidence de Romainville dans la banlieue nord de Paris. Cet artiste complet et particulièrement sympathique, s’éteint dans sa soixante-dix-septième année, le 13 mars 2001.

© Caroline HANOTTE

copyright
1949 CM Chantons les saisons – de Henri Cerutti
1951Sous le ciel de Paris / Sous le ciel de Paris coule la Seine – de Julien Duvivier avec Brigitte Auber
1952Le gantelet vert ( the green glove / the gantelet / the white road ) de Rudolph Maté avec Geraldine Brooks
1953Ma petite folie – de Maurice Labro avec Nadine Tallier
1954L’inspecteur connaît la musique / Blues – de Jean Josipovici avec Viviane Romance
1955Villa Sans Souci / Mes petites amies et moi – de Maurice Labro avec Geneviève Kervine
Cette sacrée gamine – de Michel Boisrond avec Brigitte Bardot
1956C’est arrivé à Aden – de Michel Boisrond avec Dany Robin
Une gosse sensass’ – de Robert Bibal avec Charles Aznavour
Paris Music Hall – de Stany Cordier avec Albert Préjean
1957Cinq millions comptant – de André Berthomieu avec Geneviève Kervine
Quelle sacrée soirée / Nuit blanche et rouge à lèvres – de Robert Vernay avec Mary Marquet
1958Soupe au lait – de Pierre Chevalier avec Paulette Dubost
1975Le juge et l’assassin – de Bertrand Tavernier avec Michel Galabru
Fiche créée le 13 janvier 2007 | Modifiée le 2 février 2017 | Cette fiche a été vue 6189 fois
PREVIOUSRobert Bresson || Jean Bretonnière || Jeremy BrettNEXT