CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jean Chevrier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Cocteau



Date et Lieu de naissance : 5 juillet 1889 (Maisons-Laffitte, France)
Date et Lieu de décès : 11 octobre 1963 (Milly-la-Forêt, France)
Nom Réel : Maurice Eugène Clément Jean Cocteau

REALISATEUR
Image
1945 La belle et la bête – de Jean Cocteau avec Josette Day, Jean Marais, Michel Auclair & Mila Parély
Image
1947 L’aigle à deux têtes – de Jean Cocteau avec Edwige Feuillère, Jean Marais, Jean Debucourt & Silvia Monfort
Image
1949 Orphée – de Jean Cocteau avec Jean Marais, Maria Casares, François Périer & Marie Déa
Image
1950 Les enfants terribles – de Jean-Pierre Melville avec Nicole Stéphane, Edouard Dermithe & Renée Cosima

Jean Cocteau né à Maisons-Laffitte en région parisienne, le 5 juillet 1889. Il est issu d’une famille particulièrement aisée. Dernier d’une fratrie de trois enfants, il a neuf ans quand son père se suicide. Après une scolarité médiocre, il tente à deux reprises de passer son baccalauréat, Jean, sensible et raffiné va promener son originalité dans les salons à la mode du Paris où il côtoie tous les artistes de l’époque. Il publie ses premières œuvres poétiques en 1909. Pendant la première Guerre Mondiale, sa faible constitution ne lui permet pas d’être mobilisé mais il accompagne comme volontaire des convois sanitaires de la Croix Rouge.

À la fin de 1917, Jean Cocteau présente au théâtre du Châtelet à Paris, le ballet «Parade», œuvre pour laquelle interviennent Serge Diaghilev mais aussi Erik Satie et Pablo Picasso. Dans les années vingt et trente, il participe à tous les courants artistiques avant-gardistes. Il écrit des pièces de théâtre à succès comme «Orphée» (1927) ou «Les enfants terribles» (1938). Avide de toutes les découvertes, il multiplie les aventures sentimentales tant féminines que masculines et s’adonne aux «paradis artificiels».

Jean Cocteau tente sa première expérience au cinéma, en 1925, dans un cours métrage original, sorte d’autoportrait cinématographique «Jean Cocteau fait du cinéma». En 1930, il réalise «Le sang d’un poète » avec Pauline Carton et Jean Desbordes. L’artiste juxtapose les scènes avec une logique pas toujours très compréhensible mais l’esthétique des plans et des décors est indéniable. Il retrouve le cinéma, presque dix ans plus tard, en adaptant une pièce à succès de Nicolas Evreinov, «La comédie du bonheur», réalisé par Marcel L’herbier avec Michel Simon et Ramon Novarro. En 1942, c’est le tournage du «Baron fantôme» avec Odette Joyeux. Il est encore acteur en 1943 dans «La Malibran» de Sacha Guitry, aux côtés de Suzy Prim. Mais 1943, c’est surtout l’année du film mythique «L’éternel retour» avec Madeleine Sologne et Jean Marais qui est devenu, cinq ans plus tôt au théâtre, l’interprète fétiche de Jean Cocteau et bien plus encore. Marais le racontera avec beaucoup de tendresse et de retenue dans son livre «Histoires de ma vie» (1975). Mais en attendant Cocteau adapte pour Robert Bresson «Les dames du bois de Boulogne» (1944). Puis c’est «La belle et la bête» (1945). La beauté des décors, les jeux d’ombre, les trucages donnent à ce conte écrit en 1757, une féerie inégalée. Jean Marais est si bien maquillé qu’on ne peut plus désormais voir un félin sans penser à lui! Cocteau continue à s’exprimer sous bien des formes artistiques. Mais il reste fidèle au cinéma. Il réalise toujours des œuvres pleines de charme dont le principal interprète masculin est Jean Marais, «L’aigle à deux têtes» (1947) avec Edwige Feuillère, «Les parents terribles» (1948) avec Josette Day, «Orphée» (1949) avec Maria Casares. Il reste un scénariste recherché et travaille notamment pour «La couronne noire» (1951) de l’Argentin Luis Saslavsky.

En 1953, Cocteau est président du jury au festival de Cannes. En 1955, il est élu à l’Académie Française et à l’Académie Royale de Belgique. Il expose aussi ses œuvres graphiques dans le monde entier. Après une vie extraordinairement active, Jean Cocteau, artiste atypique, parfois dérangeant mais toujours fascinant, décède le 11 octobre 1963, des suites d’une crise cardiaque dans sa maison de Milly-La-Forêt, à une centaine de kilomètres au sud de Paris.

© Caroline HANOTTE

copyright
1925 CM Jean Cocteau fait du cinéma – de Jean Cocteau
    + montage & scénario
1930Le sang d’un poète – de Jean Cocteau avec Enrique Rivero
    + montage & scénario
1940La comédie du bonheur – de Marcel L’Herbier avec Michel Simon
    Seulement scénario
1942Le baron fantôme – de Serge de Poligny avec Odette Joyeux
    Seulement interprétation, dialogues & scénario
1943L’éternel retour – de Jean Delannoy avec Madeleine Sologne
    Seulement scénario & dialogues
La Malibran – de Sacha Guitry avec Suzy Prim
    Seulement interprétation
1944 DO De Jeanne d’Arc à Philippe Pétain – de Sacha Guitry
    Seulement récitant & voix
Les dames du Bois de Boulogne – de Robert Bresson avec Maria Casarès
    Seulement scénario & dialogues
1945La belle et la bête – de Jean Cocteau avec Josette Day
    + voix, sujet, scénario & dialogues
    Prix Louis Delluc, France

Ruy Blas – de Pierre Billon avec Danielle Darrieux
    Seulement scénario
1946 CM La danse à travers les âges – de ? avec Alberto Spadolini
    Seulement costumes & commentaires
1947L’aigle à deux têtes – de Jean Cocteau avec Edwige Feuillère
    + scénario
1948Les parents terribles – de Jean Cocteau avec Yvonne de Bray
    + narration, pièce & scénario
Les noces de sable – de André Zwoboda avec Denise Cardi
    Seulement narration
L’amour ( l’amore ) de Roberto Rossellini & Marcello Pagliero avec Jane Marken
    Seulement sujet, pièce & scénario
CM Aller et retour / Ulysse ou Les mauvaises rencontres – de Alexandre Astruc avec Sylvia Bataille
    Seulement costumes
1949Orphée – de Jean Cocteau avec Marie Déa
    + narration & scénario
CM Désordre – de Jacques Baratier avec Juliette Gréco
    Seulement apparition
DO Jean Cocteau – de Jørgen Ross
    Seulement apparition
DO Ce siècle a cinquante ans – de Roland Tual avec Geneviève Page
    Seulement scénario & apparition
1950Traité de bave et d’éternité – de Isidore Isou avec Marcel Achard
    Seulement apparition
Les enfants terribles – de Jean-Pierre Melville avec Nicole Stéphane
    Seulement narration, nouvelle & scénario
CM Coriolan – de Jean Cocteau avec Jean Marais
1951La couronne noire ( la corona nera ) de Luis Saslavsky avec Maria Félix
    Seulement sujet & scénario
1952Intimate relations – de Charles Frank avec Marian Spencer
    Seulement pièce
CM La villa Santo-Sospir – de Jean Cocteau avec Edouard Dermithe
    + apparition
1953 CM Les têtes interverties – de Alejandro Jodorowsky avec Raymond Devos
    Seulement écriture de l’introduction
1954 CM Pantomimes – de Paul Paviot avec Marcel Marceau
    Seulement scénario & écriture des commentaires
1957 CM Le bel indifférent – de Jacques Demy avec Edith Piaf
    Seulement sujet & scénario
1958 CM Musée Grévin – de Jacques Demy & Jean Masson avec Jean-Louis Barrault
    Seulement apparition
1959Le testament d’Orphée / Le testament d’Orphée, ou ne me demandez pas pourquoi ! – de Jean Cocteau avec Jean Marais
    + interprétation
DO Django Reinhardt – de Paul Paviot avec Stéphane Grappelli
    Seulement scénario & écriture des commentaires
1960La princesse de Clèves – de Jean Delannoy avec Marina Vlady
    Seulement scénario
CM Les gens de lettres – de Henri Champetier & Léonce Peillard avec Marcel Pagnol
    Seulement apparition
1963Thomas l’imposteur – de Georges Franju avec Emmanuelle Riva
    Seulement nouvelle & scénario
Fiche créée le 15 mai 2006 | Modifiée le 12 août 2016 | Cette fiche a été vue 9306 fois
PREVIOUSSteve Cochran || Jean Cocteau || Iron Eyes CodyNEXT