CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Vivian Gibson
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Genet



Date et Lieu de naissance : 19 décembre 1910 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 14 avril 1986 (Paris, France)
Nom Réel : Jean Genet

SCENARISTE

Jean Genet naît à Paris le 19 décembre 1910. Abandonné à la naissance, il est confié à l’assistance publique. Il est élevé par une fermière morvandelle qui lui dispense une certaine affection. Mais fugues et premiers larcins le conduisent en maison de redressement puis à la «colonie pénitentiaire» de Mettray en Indre et Loire, un institut privé conçu en 1840 par Frédéric-Auguste Demetz pour que les jeunes délinquants plutôt que faire de la prison, se régénèrent au contact de la nature, par le travail manuel et la prière. Ces beaux principes fondateurs ont malheureusement été oubliés près d’un siècle plus tard, et Jean Genet, en mal d’amour et de repères, continue à s’enfoncer dans une révolte toujours plus grande. À dix-huit ans, il lui est fortement conseillé de «devancer l’appel» et de s’engager au lieu d’attendre son service militaire. Il sert notamment en Afrique du Nord. Il déserte en 1936 et vagabonde pendant un an à travers l’Europe. De retour à Paris, il mène une vie de délinquant et finit par être incarcéré, sous l’occupation allemande, à la prison de Fresnes en région parisienne. Il y rédige ses premiers écrits où il met en scène des anti-héros le plus souvent homosexuels, marginaux et pervers, proscrits dans une société, de toute façon, irrémédiablement pourrie. S’y bousculent des images de la sexualité la plus débridée mélangées parfois à des évocations du culte marial. Mais Genet bien qu’atypique est déjà un écrivain. Il construit ses phrases et choisit ses mots dans un obsessionnel souci de perfectionnisme. Malgré une diffusion confidentielle des ouvrages, Jean Cocteau découvre leur auteur et réussit à lui obtenir une liberté conditionnelle (1944). Puis, soutenu par toute l’intelligentsia de gauche de l’après-guerre dont Jean-Paul Sartre, Genet est définitivement arraché aux griffes de la justice (1949). Il commence alors une carrière de dramaturge avec la pièce «Les bonnes» que Louis Jouvet monte dès 1947. Bien que peu apprécié du grand public, l’auteur est joué très vite à l’étranger, notamment en Suède avec Maj-Britt Nilsson.

Dans les années soixante dix, lors de conférences aux Etats-Unis, Jean Genet soutient les mouvements extrémistes de la cause des Noirs nord-américains. Il séjourne également au Moyen-Orient et se range du côté de l’Organisation de Libération de la Palestine. Sans véritable domicile, avec pour seul bagage, une valise remplie d’écrits, en mauvaise santé physique et morale (cancer et abus de barbituriques), il poursuit une vie d’errance et de révolte, même s’il est désormais un auteur reconnu («Les bonnes» seront jouées à la Comédie Française). Il décède le 14 avril 1986 d’une mauvaise chute dans les escaliers de sa dernière résidence, un petit hôtel parisien. Il est enterré, selon ses dernières volontés, à Larache au Maroc.

Côté cinéma, Jean Genet réalise en 1950 sa seule œuvre d’une durée de vingt-cinq minutes: «Un chant d’amour», tourné en noir et blanc et sans parole. Deux hommes, enfermés dans deux cellules mitoyennes, se rejoignent par la pensée dans des ébats sexuels filmés. Le film est interdit d’exploitation jusqu’en 1975. L’écrivain rédige encore les dialogues de «Goubbiah» (1956), film de Robert Darène, avec Jean Marais en pêcheur d’éponges dalmate amoureux d’une Gitane. Mais il est surtout à l’origine, par ses écrits, de plusieurs productions cinématographiques dont le dernier film de Rainer Werner Fassbinder «Querelle de Brest» (1978) avec Brad Davis en fascinant matelot assassin et homosexuel, nommé Querelle, qui subjugue son officier interprété par Franco Nero.

© Caroline HANOTTE

copyright
1949 CM Désordre – de Jacques Baratier avec Juliette Gréco
    Seulement apparition
1950 CM Un chant d’amour – de Jean Genet avec André Reybaz
1956Goubbiah, mon amour / Goubbiah – de Robert Darène avec Jean Marais
1963Le balcon ( the balcony ) de Joseph Strick avec Shelley Winters
    Seulement pièce
1965Mademoiselle – de Tony Richardson avec Jeanne Moreau
    Seulement sujet
1966Deathwatch – de Vic Morrow avec Leonard Nimoy
    Seulement pièce
1967Possession du condamné – de Albert-André L’Heureux avec Patrick Hella
1970 CM Genet parle d’Angela Davis – de Carole Roussopoulos avec Angela Davis
    Seulement apparition
Prologue – de Robin Spry avec Elaine Malus
    Seulement apparition
1974Les bonnes ( the maids ) de Christopher Miles avec Glenda Jackson
    Seulement pièce
1975Red Neck County ( poor pretty Eddie ) de Chris Robinson & David Worth avec Slim Pickens
    Seulement pièce « Le balcon »
1981Haute surveillance ( black mirror ) de Pierre-Alain Jolivet avec Françoise Dorner
    + pièce
Querelle de Brest ( Querelle / Querelle – Ein pakt mit dem teufel ) de Rainer Werner Fassbinder avec Brad Davis
    Seulement roman
1989 DO Le sphinx – de Thierry Knauff
    Seulement texte « Quatre heures à Chatila »
Fiche créée le 23 février 2007 | Modifiée le 27 février 2007 | Cette fiche a été vue 6045 fois
PREVIOUSHenri Genès || Jean Genet || Simone GenevoisNEXT