CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Hervé Villechaize
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Simmons



Date et Lieu de naissance : 31 janvier 1929 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 22 janvier 2010 (Santa Monica, Californie, USA)
Nom Réel : Jean Merilyn Simmons

ACTRICE

Fille d’un professeur d’éducation physique, Jean Simmons naît le 31 janvier 1929 dans le quartier de Crouch End, au nord-ouest de Londres, dans un environnement très lower middle class (nous dirions «petit-bourgeois»). Après avoir commencé par pratiquer la danse, Jean se tourne vers le cinéma. Elle interprète l’adorable petite garce Estella dans «Les grandes espérances» (1946) de David Lean. On la découvre en Indienne dans «Le narcisse noir» (1946) de Michael Powell, au côté de Deborah Kerr. Cette ravissante brune, au «si doux visage» de chat, illumine de sa présence des films tels que «Hamlet» (1948), dans lequel, portant exceptionnellement perruque blonde, elle est une émouvante Ophélie face à Laurence Olivier. En 1945, dans «César et Cléopâtre», d’après Bernard Shaw, elle avait rencontré le séduisant Stewart Granger, de seize ans son aîné et déjà père de deux enfants. Ils se marient en 1950, et apparaissent ensemble au générique de plusieurs films, dont «La reine vierge» (1953).

Jean Simmons suit son époux aux USA, où ils deviendront citoyens américains, et ne tarde pas à y trouver des rôles à sa mesure. Elle tourne sous la direction de quelques-uns des grands noms d’Hollywood: Otto Preminger («Un si doux visage», 1952), Joseph L. Mankiewicz («Blanches colombes et vilains messieurs», 1955), William Wyler («Les grands espaces», 1957), Henry King («Cette terre est mienne», 1958), partageant le haut de l’affiche avec Marlon Brando, Gregory Peck, Charlton Heston ou Rock Hudson. C’est en 1959 que Jean tourne deux de ses films les plus mémorables: elle joue la compagne du «Spartacus» de Stanley Kubrick. Ce rôle était originellement dévolu à l’actrice autrichienne Christine Kaufmann, que Jean suppléa en catastrophe à la demande du véritable maître d’œuvre du film, le tyrannique Kirk Douglas. Celui-ci raconte dans ses mémoires qu’il avait imaginé de faire jouer les Romains par des acteurs anglais et les esclaves par des Américains. L’arrivée inopinée de Jean Simmons, on ne peut plus anglaise, lui inspira l’idée saugrenue de faire d’elle une esclave bretonne, à une époque où les Romains connaissaient à peine l’existence de la (Grande) Bretagne! Il est vrai qu’Hollywood n’en est pas à un anachronisme près en ce domaine. La même année, Jean Simmons tourne pour Richard Brooks, au côté de Burt Lancaster, ce qui est peut-être son meilleur film, «Elmer Gantry», où elle incarne Susan, la collaboratrice d’un de ces preachers illuminés, comme l’Amérique en connaît tant. Bien que Stewart Granger ait certainement été très épris de sa femme (il affirme dans son livre de souvenirs, «Sparks fly upward», avoir résisté aux avances de Ava Gardner lors du tournage de «La croisée des destins»), son caractère jaloux et autoritaire finit par avoir raison de leur mariage, et ils se séparent en 1960.

La suite de sa carrière est moins brillante. Sa prestation dans «The happy ending» de Richard Brooks, qu’elle épouse en 1960, lui vaut cependant une nomination à l’Oscar en 1969. Mais après leur divorce (1977), elle disparaît peu à peu des écrans. Ce n’est point un secret que Jean Simmons, dans ses dernières années, eut à combattre une addiction à l’alcool, née peut-être des déconvenues de sa vie personnelle. Elle est cependant excellente dans les séries télévisées «Les oiseaux se cachent pour mourir» (1983) et «Nord et Sud» (1985). Elle est également la narratrice de plusieurs épisodes des «Mystères de la Bible», série documentaire très populaire aux Etats-Unis. Jean Simmons, atteinte d’un cancer du poumon, décède le 22 janvier 2010 dans sa résidence de Santa Monica, où ses cendres ont été dispersées.

© Xavier LORIOT

copyright
1944Give us the moon – de Val Guest avec Roland Culver
Mr. Emmanuel – de Harold French avec Felix Aylmer
Kiss the bride goodbye – de Paul L. Stein avec Jimmy Hanley
Meet Sexton Blake – de John Harlow avec David Farrar
CM Sports day / The colonel’s cup – de Francis Searle avec David Anthony
1945Vers les étoiles / Le chemin des étoiles ( the way to the stars / Johnny in the clouds ) de Anthony Asquith avec Michael Redgrave
César et Cléopâtre ( Caesar and Cleopatra ) de Gabriel Pascal avec Claude Rains
1946Les grandes espérances ( great expectations ) de David Lean avec John Mills
Le narcisse noir / Ames en détresse ( the black narcissus ) de Michael Powell & Emeric Pressburger avec Sabu
Le mont brûlé / Les monts brûlés ( hungry hill ) de Brian Desmond Hurst avec Dennis Price
1947L’oncle Silas ( uncle Silas / the inheritance ) de Charles Frank avec Derek De Marney
La double vie de Lorna Blake ( the woman in the hall ) de Jack Lee avec Cecil Parker
1948Hamlet – de Laurence Olivier avec Laurence Olivier
    Coupe Volpi de la meilleure actrice au festival du cinéma de Venise, Italie

Le lagon bleu ( the blue lagon ) de Frank Launder avec Donald Houston
1949Adam et Evelyne ( Adam and Evelyne / Adam and Evalyn ) de Harold French avec Stewart Granger
Si Paris l’avait su ( so long at the fair ) de Terence Fisher & Anthony Darnborough avec Dirk Bogarde
1950La cage d’or ( cage of gold ) de Basil Dearden avec James Donald
Trio – de Harold French & Ken Annakin avec Michael Rennie
    Segment « Sanitorium » de Harold French
La fille aux papillons ( the clouded yellow ) de Ralph Thomas avec Trevor Howard
1951Androclès et le lion ( Androcles and the lion ) de Chester Erskine avec Robert Newton
1952Un si doux visage / Infernale beauté ( angel face ) de Otto Preminger avec Herbert Marshall
Le retour à l’amour / Commérages ( affair with a stranger ) de Roy Rowland avec Victor Mature
1953La reine vierge ( young Bess ) de George Sidney avec Charles Laughton
    Prix NBR de la meilleure actrice par la National Board of Review, USA

Gloire et fortune ( the actress ) de George Cukor avec Anthony Perkins
    Prix NBR de la meilleure actrice par la National Board of Review, USA

La tunique ( the robe ) de Henry Koster avec Richard Burton
    Prix NBR de la meilleure actrice par la National Board of Review, USA

Les gladiateurs ( Demetrius and the gladiators ) de Delmer Daves avec Richard Egan
1954Belle mais dangereuse ( she couldn’t say no / beautiful but dangerous / she had to say yes ) de Lloyd Bacon avec Robert Mitchum
L’Egyptien ( the Egyptian ) de Michael Curtiz avec Edmund Purdom
Une balle vous attend ( a bullet is waiting ) de John Farrow avec Brian Aherne
Désirée ( Desiree ) de Henry Koster avec Marlon Brando
1955Des pas dans le brouillard / Les pervers ( footsteps in the fog ) de Arthur Lubin avec Stewart Granger
Blanches colombes et vilains messieurs ( guys and dolls ) de Joseph L. Mankiewicz avec Frank Sinatra
    + chansons
    Golden Globe de la meilleure actrice de cinéma catégorie musical ou comédie, USA
1956L’impudique ( Hilda Crane ) de Phillip Dunne avec Jean-Pierre Aumont
Cette nuit où jamais ( this could be the night ) de Robert Wise avec Paul Douglas
1957Femmes coupables ( until they sail ) de Robert Wise avec Paul Newman
Les grands espaces ( the big country ) de William Wyler avec Gregory Peck
1958Retour avant la nuit ( home before dark ) de Mervyn LeRoy avec Dan O’Herlihy
Cette terre qui est mienne / Cette terre est mienne ( this earth is mine ) de Henry King avec Rock Hudson
1959Spartacus – de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas
Elmer Gantry, le charlatan ( Elmer Gantry ) de Richard Brooks avec Burt Lancaster
1960Ailleurs l’herbe est plus verte ( the grass is greener ) de Stanley Donen avec Cary Grant
1963All the way home – de Alex Segal avec Robert Preston
1964Enigme à quatre inconues ( Mister Buddwing / woman without a face ) de Delbert Mann avec James Garner
1965Les chemins de la puissance ( life at the top ) de Ted Kotcheff avec Laurence Harvey
1966Violence à Jéricho ( rough night in Jericho ) de Arnold Laven avec Dean Martin
1967Divorce à l’Américaine ( divorce american style ) de Bud Yorkin avec Dick Van Dyke
1968The happy ending – de Richard Brooks avec John Forsythe
1970Say hello to yesterday – de Alvin Rakoff avec Leonard Whiting
1975Mr. Sycamore – de Pancho Kohner avec Jason Robards Jr.
1977Dominique / Les yeux de l’épouvante ( Dominique is dead / avenging spirit ) de Michael Anderson avec Clift Robertson
1987The dawning – de Robert Knights avec Anthony Hopkins
1988Going undercover / Yellow pages – de James Kenelm Clarke avec Chris Lemmon
1995 Le patchwork de la vie ( how to make an american quilt ) de Jocelyn Moorhouse avec Dermot Mulroney
2001 DA Final fantasy: Les créatures de l’esprit ( final fantasy: The spirits within / fainaru fantaji ) de Hironobu Sakagushi & Motonori Sakakibara
    Seulement voix
2003 DA Le château ambulant ( hauru no ugoku shiro ) de Hayao Miyazaki
    Seulement voix dans la version anglaise
DO Jean Simmons : Rose of England – de Tony Earnshaw avec Tony Earnshaw
2004 DA Thru the Moebius strip – de Glenn Chaika
    Seulement voix dans la version anglaise
2009Shadows in the sun – de David Rocksavage avec James Wilby
AUTRES PRIX :
      
    Bambi aux Prix Bambi, Allemagne ( 1950 )

    Plaque d’Or aux prix David di Donatello, Italie ( 1956 )

    Prix Spécial de l’actrice la plus versatile aux Golden Globes, USA ( 1958 )
Fiche créée le 23 janvier 2010 | Modifiée le 4 décembre 2016 | Cette fiche a été vue 4966 fois
PREVIOUSOskar Sima || Jean Simmons || Maïa SimonNEXT