CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Kon Ichikawa
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Valère



Date et Lieu de naissance : 21 mai 1925 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 29 mai 2017 (Paris, France)
Nom Réel : Jean Georges Blum

REALISATEUR
Image
1959 La sentence – de Jean Valère avec Marina Vlady, Robert Hossein, Roger Hanin & Lucien Raimbourg
Image
1960 Les grandes personnes – de Jean Valère avec Jean Seberg, Maurice Ronet & Micheline Presle
Image
1967 La femme écarlate – de Jean Valère avec Monica Vitti, Maurice Ronet, Robert Hossein & Claudio Brook
Image
1982 La baraka – de Jean Valère avec Roger Hanin, Gérard Darmon, Marthe Villalonga & Henri Tisot

Jean Valère est né le 21 mai 1925 à Paris dans une famille de la bourgeoisie juive cultivée. Sa mère est la riche héritière d’une famille émigrée aux Etats-Unis ayant fait fortune dans les parfums ; son père est décorateur antiquaire qui se lance dans des activités commerciales atypiques qui dilapident l’héritage familial. Il passe son enfance dans des vastes appartements parisiens ou dans le château de Beuville près de Caen en Normandie. Au moment de l’occupation allemande, il s’engage dans la résistance avant de gagner la Zone Libre dès 1942 où il participe aux combats des résistants du Vercors. À la Libération, il suit des cours de théâtre puis entre au service cinématographiques des armées. Dès 1947, il entame une carrière d’assistant-réalisateur notamment dans la comédie musicale «Jo la romance» (1948) de Gilles Grangier. À plusieurs reprises, il collabore avec Marcel Carné pour «La Marie du port» (1949) avec Jean Gabin et «Thérèse Raquin» (1953) avec Simone Signoret. En 1955, il est l’assistant de Robert Hossein pour «Les salauds vont en enfer». La même année, il réalise avec Jacques Barratier le court-métrage «Paris la nuit» qui obtient l’Ours d’Or au Festival de Berlin en 1956.

En 1959, Jean Valère met en scène son premier long-métrage «La sentence» tiré d’une idée de Robert Hossein. Ce drame de la résistance avec Marina Vlady, Robert Hossein et Roger Hanin se déroule presqu’intégralement dans une cave où sont retenus trois hommes et deux femmes. Initialement conçue pour le théâtre, cette comédie dramatique remporte un prix au Festival de Moscou avant sa sortie en France. Il enchaîne avec le drame «Les grandes personnes» (1960) où Jean Seberg succombe au charme du Maurice Ronet, puis le policier «Le gros coup» (1963) où Hardy Krüger s’éprend d’une veuve incarnée par Emmanuelle Riva bénéficiaire de l’assurance-vie de son mari. En 1966, il signe pour la télévision la réalisation des six sketches de la pièce «Anatole» de Arthur Schnitzler. Claude Nicot compose un jeune bourgeois inséparable de son ami Philippe Noiret à la recherche de la femme idéale dans l’ambiance viennoise des années 1900. Pour le cinéma, il retrouve Maurice Ronet et Robert Hossein entourés par Monica Vitti dans la comédie «La femme écarlate» (1968).

Par la suite, la carrière de Jean Valère est étroitement liée à celle de Roger Hanin et de son épouse Christine Gouze-Rénal. En 1978, il signe un biopic de la collection «Il était un musicien» consacré à Erik Satie, émission produite par Christine Gouze-Rénal et Roger Hanin où Jean Reney prête ses traits au compositeur. Alors que Roger Hanin connaît un regain de popularité avec les succès de films de Alexandre Arcady «Le coup de Sirocco» (1978) et «Le grand pardon» (1981), Jean Valère effectue son retour sur les plateaux de cinéma avec «La baraka» (1982) avec Hanin en vedette et Gérard Darmon. Sur un scénario de Henri Graziani, il signe cette comédie dramatique où un restaurateur pied-noir d’origine marseillaise se lie d’amitié avec un jeune homme solitaire recherché par la police pour le meurtre d’un cafetier raciste. Mais ce film monté sur la personnalité de sa vedette n’obtient pas le succès escompté. De guerre lasse, il réalise le téléfilm «Vive la mariée» (1984) où Arielle Dombasle réunit la veille de son mariage les cinq hommes qu’elle a les plus aimés. A la soixantaine venue, il cesse ses activités professionnelles avant de signer son autobiographie «Le film de ma vie» (2011) dont la préface est signée Umberto Eco. Jean Valère décède le 29 mai 2017 à l’âge de 92 ans.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1946L’arche de Noé – de Henri Jacques avec Pierre Brasseur
    Seulement assistant réalisateur
1947Le destin exécrable de Guillemette Babin – de Guillaume Radot avec Héléna Bossis
    Seulement deuxième assistant réalisateur
1948Jo-la-Romance – de Gilles Grangier avec Georges Guétary
    Seulement assistant réalisateur
La maternelle – de Henri Diamant-Berger avec Blanchette Brunoy
    Seulement deuxième assistant réalisateur
1949Mademoiselle de la Ferté – de Roger Dallier & Georges Lacombe avec Jany Holt
    Seulement assistant réalisateur
La Marie du port – de Marcel Carné avec Jean Gabin
    Seulement assistant réalisateur
1950Meurtres – de Richard Pottier avec Fernandel
    Seulement assistant réalisateur
Caroline Chérie – de Richard Pottier avec Martine Carol
    Seulement assistant réalisateur
1951Le plaisir – de Max Ophüls avec Danielle Darrieux
    Seulement assistant réalisateur
1952Violettes impériales ( violetas imperiales ) de Richard Pottier avec Luis Mariano
    Seulement assistant réalisateur
1953Thérèse Raquin – de Marcel Carné avec Simone Signoret
    Seulement assistant réalisateur
Avant le déluge – de André Cayatte avec Isa Miranda
    Seulement assistant réalisateur
Mam’zelle Nitouche – de Yves Allégret avec Pier Angeli
    Seulement assistant réalisateur
1954Le dossier noir – de André Cayatte avec Bernard Blier
    Seulement assistant réalisateur
1955Les salauds vont en enfer – de Robert Hossein avec Henri Vidal
    Seulement assistant réalisateur
CM Paris la nuit – de Jacques Baratier & Jean Valère
    + scénario
    Ours d’Or du meilleur court-métrage culturel au festival international du cinéma de Berlin, Allemagne
1956Œil pour œil – de André Cayatte avec Curd Jürgens
    Seulement assistant réalisateur
1959La sentence – de Jean Valère avec Marina Vlady
    + adaptation & scénario
    Diplôme au festival international du cinéma de Moscou, URSS
1960Les grandes personnes – de Jean Valère avec Jean Seberg
    + scénario
1963Le gros coup – de Jean Valère avec Emmanuelle Riva
    + scénario
1965 TV Anatole – de Jean Valère avec Philippe Noiret
1967La femme écarlate – de Jean Valère avec Monica Vitti
    + scénario
1971Mont-Dragon – de Jean Valère avec Jacques Brel
    + dialogues & scénario
1978 TV Il était un musicien – de Jean Valère avec Artus de Penguern
    Série – Réalisation d’1 épisode
    Monsieur Satie
1982La baraka – de Jean Valère avec Roger Hanin
    + adaptation & scénario
1984 TV Vive la mariée ! – de Jean Valère avec Arielle Dombasle
    + scénario
Fiche créée le 4 juin 2017 | Modifiée le 2 juillet 2017 | Cette fiche a été vue 407 fois
PREVIOUSRudolph Valentino || Jean Valère || Simone ValèreNEXT