CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Barbara Bel Geddes
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean Vigo



Date et Lieu de naissance : 26 avril 1905 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 5 octobre 1934 (Paris, France)
Nom Réel : Jean Vigo

REALISATEUR
Image
1932 Zéro de conduite – de Jean Vigo avec Jean Dasté, Robert Le Flon, Léon Larive & Gilbert Pruchon
Image
1934 L’Atalante / Le chaland qui passe – de Jean Vigo avec Dita Parlo, Michel Simon & Jean Dasté
Image
1934 L’Atalante / Le chaland qui passe – de Jean Vigo avec Dita Parlo, Michel Simon & Jean Dasté
Image
1934 L’Atalante / Le chaland qui passe – de Jean Vigo avec Dita Parlo, Michel Simon & Jean Dasté

Jean Vigo naît à Paris le 26 avril 1905. Son père, Eugène, a quitté son département natal des Hautes-Pyrénées pour gagner la capitale. Apprenti-photographe, il fréquente très vite les milieux anarchistes qui depuis Bakounine n’hésitent pas à recourir aux attentats pour faire triompher leurs idées. Il devient rédacteur du journal «Le libertaire». Son activité politique extrémiste lui vaut de nombreux séjours en prison. Dans la clandestinité, il se fait appelé Miguel Almereyda qui serait l’anagramme de «Y a de la merde». La mère de l’enfant, Emily Cléro, est une sympathisante anarchiste. Les premières années de la vie de Jean Vigo sont marquées par une misère extrême tandis que ses parents ne vivent que pour leur engagement politique. Eugène, opposant dans l’âme, évolue de l’anarchisme à l’interventionnisme contre la Prusse à la veille de la première guerre mondiale pour arriver au pacifisme en 1917. Il est alors incarcéré à Fresnes où il est retrouvé pendu dans sa cellule. L’enquête conclut à un suicide.

Le petit Jean est alors confié à la garde de sa grand-mère dans le sud de la France. Il est mis en pension à Nîmes puis à Millau, avant d’être inscrit au lycée de Chartres où il passe son baccalauréat. Tuberculeux, il doit faire un long séjour au sanatorium de Font Romeu dans les Pyrénées. C’est là qu’il connaît sa future épouse Elisabeth Losinska. Ils se marient en 1929.

Puis Jean Vigo qui s’intéresse au cinéma obtient un emploi d’assistant réalisateur à Nice. Il y anime un ciné-club où sont projetés notamment des films soviétiques. En 1930, il tourne un documentaire caustique sur les riches oisifs en villégiature face aux Niçois des quartiers pauvres: «À propos de Nice». L’année suivante, il obtient la commande d’un court métrage sur le champion de natation Jean Taris et réalise des prises de vue originales à travers les hublots d’une piscine parisienne.

Avec «Zéro de conduite» (1932) Jean Vigo se replonge dans ses souvenirs et raconte la «mutinerie» de collégiens dans un internat de province. Fait exceptionnel pour une histoire dédiée à l’enfance, le film ne va pas recevoir de droit d’exploitation pendant quatorze ans. Il n’est même pas diffusé sous le «Front Populaire». En 1934 Jean Vigo tourne néanmoins «L’Atalante» avec Michel Simon, Jean Dasté et l’actrice allemande Dita Parlo. Le film, très inspiré de l’époque du muet, met en scène un couple de mariniers. L’épouse éblouie par la grande ville s’enfuit pour revenir déçue et résignée à reprendre la vie d’autrefois. Mais le cinéaste dont la santé est déjà vacillante, meurt d’une septicémie, à vingt-neuf ans le 5 octobre 1934, à Paris. Il laisse une petite fille de trois ans, Luce Vigo, qui deviendra animatrice de cinéma d’art et essai.

En 1951, des intellectuels français créent le prix Jean Vigo, afin de distinguer «un réalisateur à l’indépendance d’esprit et l’originalité de style». Cette récompense est encore attribuée aujourd’hui. Surprenante consécration pour un cinéaste qui n’a conçu que quatre films (soit l’équivalent de deux heures trente de projection) vus que par un nombre infime de spectateurs! Faut-il attribuer cette renommée au talent de l’auteur, mais aussi à sa mort prématurée, à ses démêlés avec la censure, à l’engagement politique familial? Mais peut-on vraiment expliquer un mythe?

© Caroline HANOTTE

copyright
1930 CM À propos de Nice – de Jean Vigo
    + scénario
1931 DO Taris, roi de l’eau / Taris, Champion de natation / La natation par Jean Taris, champion de France – de Jean Vigo avec Jean Taris
    + montage & scénario
1932Zéro de conduite – de Jean Vigo avec Jean Dasté
    + production & montage – Non crédité & scénario
1934L’Atalante / Le chaland qui passe – de Jean Vigo avec Dita Parlo
    + dialogues & scénario
Fiche créée le 18 juin 2006 | Modifiée le 31 octobre 2008 | Cette fiche a été vue 5909 fois
PREVIOUSNelly Vignon || Jean Vigo || Abe VigodaNEXT