CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Amparo Soler Leal
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Claude Pascal



Date et Lieu de naissance : 24 octobre 1927 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 5 mai 1992 (Clichy-la-Garenne, France)
Nom Réel : Jean-Claude Roger Henri Villeminot

ACTEUR

Jean-Claude Pascal naît Jean-Claude Roger Henri Villeminot le 24 octobre 1927 à Paris. Il est issu d’une riche famille d’industriels spécialisés dans les textiles de luxe pour la haute couture parisienne. Lorsque les troupes de la deuxième division blindée du général Leclerc libèrent Paris fin août 1944, il triche sur son âge et s’engage. Il sera dans les premiers à entrer dans Strasbourg. Démobilisé avec un glorieux passé militaire alors qu’il n’a pas encore vingt ans, il devient styliste chez Hermès, modèle pour Christian Dior et dessinateur de costumes pour Louis Jouvet. Il prend également des cours d’art dramatique et se produit aux côtés de Edwige Feuillère et Pierre Renoir.

À la même époque, il tourne son premier film: «Le jugement de Dieu» (1949) de Raymond Bernard. Il y interprète déjà le rôle principal, celui d’Albert de Bavière, héros d’une légende tragique allemande du Moyen Âge. Reconnu acteur international dès 1951, Jean-Claude Pascal est le jeune rival de Fosco Giachetti pour l’amour de Luisa interprétée par Olga Villi dans «Quatre roses rouges» de Nunzio Malasomma. La même année il côtoie Pierre Fresnay, professeur de médecine dans «Le grand patron» et retrouve un film en costume pour l’adaptation de la nouvelle de Barbey d’Aurevilly «Le rideau cramoisi» avec Anouk Aimé. Il joue ainsi dans près d’une trentaine de films dans la décennie des années cinquante. Grâce à son physique de jeune premier, il se retrouve souvent dans des films sentimentaux où il donne la réplique aux plus belles actrices, comme Gina Lollobrigida pour «Le grand jeu» (1953) de Robert Siodmak, Martine Carol dans deux des «Caroline chérie» de Jean Devaivre, et Romy Schneider, «La belle et l’empereur» (1959) de Axel von Ambesser. Mais il n’hésite pas non plus à incarner des personnages moins sympathiques voire veules et méprisables comme dans «La rabouilleuse» (1959) incarnée par Madeleine Robinson et transposition d’un roman d’Honoré de Balzac. Il apparaît aussi dans l’adaptation par Pierre Schoendoerffer du roman de Pierre Loti «Pécheurs d’Islande» (1959) avec Charles Vanel.

En 1961, Jean-Claude Pascal gagne le concours de l’Eurovision en chantant «Nous les amoureux». Il interprète aussi Serge Gainsbourg («En relisant ta lettre»), Barbara, Charles Aznavour. Il reprend en Allemagne la célèbre romance «Lili Marlène». Il s’éloigne alors un peu du cinéma même si en 1967, il sauve la pauvre Michèle Mercier capturée par les Barbaresques dans «Angélique et le sultan» de Bernard Borderie et épouse la charmante ex-enfant prodige espagnole Marisol dans «Les quatre mariages de Marisol» de Luis Lucia. La «nouvelle vague» et l’après soixante-huit sont malheureusement fatals à la carrière cinématographique de Jean-Claude Pascal. Il continue néanmoins ses tournées comme chanteur, fait des feuilletons télévisés en France, en Allemagne ou en Espagne: «Comment ne pas épouser un milliardaire» (1966), une nouvelle adaptation du roman de Luisa María Linares avec Marie-France Boyer et Louis Velle. Il triomphe au théâtre dans «Les amants terribles» (1973) de Noël Coward avec Danielle Darrieux et «Adieu Prudence» (1985).

À partir des années quatre-vingts, Jean-Claude Pascal devient écrivain (romans et livre de souvenir). Cet artiste complet et de caractère, au charme indéniable et à la voix envoûtante, décède, injustement oublié, d’un cancer des poumons dans un hôpital de la région parisienne le 5 mai 1992.

© Caroline HANOTTE

copyright
1949Le jugement de dieu – de Raymond Bernard avec Andrée Debar
1950Ils étaient cinq – de Jacques Pinoteau avec Arlette Merry
1951Quatre roses rouges ( quattro rose rosse ) de Nunzio Malasomma avec Olga Villi
Les mousquetaires du roi – de Marcel Aboulker & Michel Ferry avec Raymond Bussières
    Inachevé
Un grand patron – de Yves Ciampi avec Pierre Fresnay
Les crimes de l’amour / Le rideau cramoisi – de Alexandre Astruc avec Anouk Aimée
1952La forêt de l’adieu / Soir de noces – de Ralph Habib avec Françoise Arnoul
Le plus heureux des hommes – de Yves Ciampi avec Fernand Gravey
Un caprice de Caroline chérie – de Jean Devaivre avec Martine Carol
1953Alerte au sud – de Jean Devaivre avec Gianna Maria Canale
Le grand jeu ( il grande gioco / card of fate / flesh and the woman ) de Robert Siodmak avec Gina Lollobrigida
Le chevalier de la nuit – de Robert Darène avec Renée Saint-Cyr
Les enfants de l’amour – de Léonide Moguy avec Lise Bourdin
La rage au corps – de Ralph Habib avec Françoise Arnoul
CM Cœur frivole ou la grande comédie – de Pierre Gaspard-Huit
    Seulement voix & narration
1954Les trois voleurs ( i tre ladri ) de Lionello De Felice avec Simone Simon
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
Le fils de Caroline chérie – de Jean Devaivre avec Brigitte Bardot
1955Les mauvaises rencontres – de Alexandre Astruc avec Anouk Aimée
Milord, l’arsouille – de André Haguet avec Pascale Roberts
1956Le salaire du péché – de Denys de La Patellière avec Jeanne Moreau
La châtelaine du Liban – de Richard Pottier avec Gianna Maria Canale
Les lavandières du Portugal ( las lavanderas de Portugal ) de Pierre Gaspard-Huit & Ramón Torrado avec Anne Vernon
1958Guinguette – de Jean Delannoy avec Zizi Jeanmaire
Le fric – de Maurice Cloche avec Pascale Roberts
Pêcheur d’Islande – de Pierre Schoendoerffer avec Charles Vanel
1959Préméditation / Crime prémédité – de André Berthomieu avec Jean Desailly
La belle et l’empereur / La belle menteuse ( die schöne lügnerin ) de Axel von Ambesser avec Romy Schneider
Les arrivistes / La rabouilleuse – de Louis Daquin avec Madeleine Robinson
L’homme de la frontière ( la encrucijada ) de Alfonso Balcázar avec Amalia Gadé
1961Le rendez-vous / Le rendez-vous de Noël – de Jean Delannoy avec Annie Girardot
1962La salamandre d’or – de Maurice Regamey avec Madeleine Robinson
1963Sans merveille – de Michel Mitrani avec Alexandra Stewart
1964Le faux pas – de Antoine d’Ormesson avec Dominique Paturel
1966Opération opium ( the poppy is also a flower / opium connection / poppies are also flowers / danger grows wild ) de Terence Young avec Rita Hayworth
1967Les quatre mariages de Marisol ( las 4 bodas de Marisol ) de Luis Lucia avec Marisol
Indomptable Angélique – de Bernard Borderie avec Claude Giraud
    Seulement apparition
Angélique et le sultan – de Bernard Borderie avec Michèle Mercier
1969Les toits de Saint-Paul ( unter den dächern von St. Pauli ) de Alfred Weidenmann avec Walter Bluhm
Fiche créée le 25 août 2006 | Modifiée le 22 mai 2015 | Cette fiche a été vue 10179 fois
PREVIOUSGiselle Pascal || Jean-Claude Pascal || René PascalNEXT