CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Luis Arroyo
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Henri Roger



Date et Lieu de naissance : 24 janvier 1949 (Marseille, France)
Date et Lieu de décès : 31 décembre 2012 (Saint-Cast-le-Guildo, France)
Nom Réel : Jean-Henri Roger

REALISATEUR

Né le 24 janvier 1949 à Marseille, dans une famille de militants communistes, Jean-Henri Roger fait sa scolarité dans la capitale phocéenne avant de rejoindre Paris. Maoïste au moment des évènements de Mai 68, il collabore au journal «La Cause du Peuple» dont est issu le quotidien «Libération».

À l’automne 1968, Jean-Henri Roger rencontre Jean-Luc Godard qui souhaite désormais travailler au sein d’un collectif. Ensemble, ils réalisent «British sounds» (1969) commandé par la chaîne London Weekend Télévision, documentaire qui reste inédit dont sont diffusés uniquement quelques extraits. La même année, ils enchaînent avec «Pravda» à Prague. À la fin de l’année 1969, il intègre le groupe «Dziga Vertoz»: un collectif cinématographique fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin qui produit des films militants influencés par les idées de Brecht et du marxisme jusqu’en 1972. Puis, il participe au collectif «Cinélutte» qui diffuse des courts et moyens métrages reflétant les luttes sociales et politiques des années 1970. C’est à cette période que Jean-Henri Roger devient professeur au département de cinéma du centre expérimental de Vincennes (devenu l’université Paris VIII).

En 1976 c’est comme directeur de la photographie que Jean-Henri Roger participe au premier film de Christine Laurent «A. Constant» et au film militant de Gérard Mordillat et Nicolas Philibert «La voix de son maître» l’année suivante. Avec sa compagne Juliet Berto, il revient à la mise en scène avec «Neige» (1980) qui a pour toile de fonds le quartier de Barbès et ses dealers. Sélectionné au Festival de Cannes en 1981, le film reçoit le Prix du cinéma contemporain. Auréolé d’un beau succès public, le tandem se reforme pour «Cap Canaille» (1982), né du désir de faire un film sur Marseille. Malgré un casting complété par Richard Bohringer, Jean-Claude Brialy et Bernadette Lafont, ce film n’obtient pas le succès escompté. Jean-Henri Roger ne revient à réalisation que vingt ans plus tard avec «Lulu» (2001) où Elli Medeiros incarne un transsexuel patronne d’un bar aux Saintes-Maries-de-la-Mer et «Code 68» (2003) où Judith Cahen veut réaliser un long-métrage sur Mai 68. Mais ces films qui s’adressent à un public averti n’obtiennent qu’un succès confidentiel. Parallèlement, il enchaîne les apparitions en tant que comédien dans «L’affaire Marcorelle» (1999) de Serge Le Péron avec Jean-Pierre Léaud, «Eloge de l'amour» (2000) de Jean-Luc Godard, «Cavale» et «Après la vie» (2001) deux films de la trilogie de Lucas Belvaux et «Bamako» (2005) de Abderrahmane Sissako avec Aïssa Maïga.

Ne délaissant pas ses activités de militant d’un cinéma exigeant, Jean-Henri Roger devient: président de l’Agence du cinéma indépendant (1995 à 1997), président de la Société des réalisateurs de film (1998 à 2000), co-président du Bureau de liaison des organisations du cinéma (2000 à 2002) et président de la Fédération européenne des réalisateurs (2001 à 2003). Il aide également à la réalisation de trois courts-métrages dans le cadre du «collectif des cinéastes pour les sans-papiers. En 2010, on l’aperçoit dans «Les neiges du Kilimandjaro» de Robert Guédiguian aux côtés du trio fétiche du réalisateur: Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan. Alors que l’année 2012 s’achève, Jean-Henri Roger décède d’une crise cardiaque le 31 décembre dans sa maison de Saint-Cast-le-Guildo en Bretagne, ses obsèques sont célébrées le 9 janvier 2013 au Père-Lachaise.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1969 DO Pravda – de Jean-Luc Godard, Paul Burron & Jean-Henri Roger avec Vera Chytilová
    + scénario & montage
DO British sounds / See you at Mao – de Jean-Luc Godard & Jean-Henri Roger
    + scénario
1976 A. Constant – de Christine Laurent avec Agnès Laurent
    Seulement directeur de la photographie
1977 DO La voix de son maître – de Gérard Mordillat & Nicolas Philibert
    Seulement directeur de la photographie
1980Neige – de Juliet Berto & Jean-Henri Roger avec Jean-François Stévenin
    + adaptation & scénario
    Prix du Cinéma Contemporain au festival du cinéma de Cannes, France
1982Cap Canaille – de Juliet Berto & Jean-Henri Roger avec Richard Bohringer
    + scénario
1999L’affaire Marcorelle – de Serge le Péron avec Irène Jacob
    Seulement interprétation
2000Eloge de l’amour – de Jean-Luc Godard avec Bruno Putzulu
    Seulement interprétation
2001Lulu – de Jean-Henri Roger avec Elli Medeiros
    + scénario
Imago / le fils perdu – de Marie Vermillard avec Frédéric Pierrot
    Seulement interprétation
Cavale – de Lucas Belvaux avec Catherine Frot
    Seulement interprétation
Après la vie – de Lucas Belvaux avec Ornella Muti
    Seulement interprétation
2003Code 68 – de Jean-Henri Roger avec Jean-Pierre Kalfon
    + scénario
2005Bamako – de Abderrahmane Sissako avec Danny Glover
    Seulement interprétation
2010Les neiges du Kilimandjaro – de Robert Guédiguian avec Ariane Ascaride
    Seulement interprétation
Fiche créée le 3 janvier 2013 | Modifiée le 8 janvier 2013 | Cette fiche a été vue 2407 fois
PREVIOUSGermaine Roger || Jean-Henri Roger || Charles Buddy RogersNEXT