CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Manolo Escobar
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Pierre Aumont



Date et Lieu de naissance : 5 janvier 1911 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 30 janvier 2001 (Gassin, France)
Nom Réel : Jean-Pierre Philippe Salomons

ACTEUR
Image
1934 Les yeux noirs – de Victor Tourjansky avec Simone Simon, Harry Baur & Jean Dax
Image
1943 Commando en Bretagne (assignment in Brittany) de Jack Conway avec Susan Peters & Signe Hasso
Image
1948 Hans le marin (Hans the sailor) de François Villiers avec Maria Montez, Lilli Palmer & Marcel Dalio
Image
1976 Des journées entières dans les arbres – de Marguerite Duras avec Bulle Ogier & Madeleine Renaud

Jean-Pierre Aumont naît Jean-Pierre Salomons, le 5 janvier 1911, à Paris, dans une famille de comédiens. Il travaille très jeune au théâtre. En 1931, il tourne son premier film «Jean de la lune», pièce de Marcel Achard, adaptée par Jean Choux. L’année 1934 le consacre définitivement grâce à «Maria Chapdelaine» de Julien Duvivier, d’après le roman de Louis Hémon, et le «Lac aux Dames» de Vicki Baum, filmé par Marc Allégret. Il joue aussi au théâtre «La machine infernale» de Jean Cocteau.

L’acteur enchaîne film sur film, aux côtés des plus grandes actrices françaises de l‘époque: Suzy Prim, Suzy Delair, Jany Holt, etc. Marcel Carné le dirige dans le célébrissime «Drôle de drame» (1937) avec Louis Jouvet, Françoise Rosay et Michel Simon; et dans «Hôtel du nord» avec Annabella et Arletty. Jean-Pierre Aumont tourne aussi «Le déserteur», auprès de Corinne Luchaire, film bientôt renommé «J’attendrai» pour ne pas tomber dans le défaitisme, alors que l’Allemagne et l’Union soviétique ont envahi la Pologne. En 1940, tandis que les troupes hitlériennes sont à Paris, Jean-Pierre, d’origine juive, quitte son pays. Il gagne New-York où il se produit au théâtre puis Hollywood. Après l’entrée des Etats-Unis en guerre (décembre 1941), l’acteur tourne des films de propagande dont les titres parlent d’eux même: «La croix de Lorraine» (1943) de Tay Garnett avec Gene Kelly et «Commando en Bretagne» (1943) de Jack Conway. Rallié aux Forces Française Libres, il essaie en vain de rendre les scénarii crédibles pour nous autres Français. Il n’arrive pas à convaincre les producteurs. Le résultat est pitoyable mais Hollywood est content. Jean-Pierre rencontre la jeune actrice Maria Montez. En juillet 43, Charles Boyer est leur témoin de mariage. Puis Jean-Pierre participe avec une grande vaillance à la libération de l’Italie et de la France. Deux fois blessé, il est décoré de la Légion d’Honneur et de la Croix de Guerre. Après la guerre, il retrouve, outre-Atlantique son épouse qui lui donne une petite fille Maria Christina, qui sera comédienne sous le nom de Tina Aumont. En 1948, il tourne avec sa femme «L’Atlantide» d’après Pierre Benoît et «Hans le marin» adapté par François Villiers, frère puîné du comédien. Avant son décès accidentel en 1951, Maria est encore sa partenaire dans «La vengeance du Corsaire».

Pendant encore quarante ans, Jean-Pierre Aumont, au succès modeste, poursuit une carrière internationale pourtant éblouissante. Aux Etats-Unis il fait du cinéma, mais aussi du théâtre et des comédies musicales. Il travaille également en France, et dans de nombreux pays européens. Il se remarie à une actrice d’origine italienne, Marisa Pavan, dont il aura deux fils: Jean-Claude et Patrick. Il se produit dans de nombreuses productions télévisées des deux côtés de l’Atlantique. Il écrit des pièces de théâtre et des livres inspirés de sa vie dont «Il fait beau, mais ne le répétez pas» (1980). Dans «Los mares del sur» (1989) de Manuel Esteban, il participe à une enquête du célèbre Catalan Pepe Carvalho. En 1994, il est avec Nick Nolte pour «Jefferson à Paris» de James Ivory. Il tourne son dernier film en 1995.

Jean-Pierre Aumont, homme d’action mais aussi artiste complet, prince charmant au cinéma puis merveilleux grand père, archétype de l’intelligence, de la distinction, du charme et de la courtoisie à la française, laisse derrière lui près d’une centaine de films lorsqu’il décède d’une crise cardiaque, à quatre-vingt dix ans dans sa propriété de Gassin, près de Saint-Tropez, le 30 janvier 2001.

© Caroline HANOTTE

copyright
1931Jean de la lune – de Jean Choux avec Madeleine Renaud
Échec et mat / Amours tragiques – de Roger Goupillières avec Dolly Davis
1932Faut-il les marier ? – de Carl Lamac & Pierre Billon avec Anny Ondra
La merveilleuse tragédie de Lourdes – de Henri Fabert avec Hélène Perdrière
1933Dans les rues – de Victor Trivas avec Paulette Dubost
Un jour viendra – de Gerhardt Lamprecht & Serge Veber avec Käthe von Nagy
Eve cherche un père – de Mario Bonnard avec Assia Noris
Le voleur – de Maurice Tourneur avec Victor Francen
1934Maria Chapdelaine – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
Lac aux dames – de Marc Allégret avec Michel Simon
1935Les yeux noirs – de Victor Tourjansky avec Simone Simon
L’équipage – de Anatole Litvak avec Annabella
Tarass Boulba – de Alexis Granovsky avec Harry Baur
Les beaux jours – de Marc Allégret avec Raymond Rouleau
1936La porte du large – de Marcel L’Herbier avec Marcelle Chantal
Le chemin de Rio / Cargaison blanche – de Robert Siodmak avec Suzy Prim
1937Le messager – de Raymond Rouleau avec Jean Gabin
Drôle de drame / Drôle de drame ou l’étrange aventure du docteur Moulyneux – de Marcel Carné avec Michel Simon
Maman Colibri – de Jean Dréville avec Huguette Duflos
La femme du bout du monde – de Jean Epstein avec Suzy Solidor
Chéri-Bibi – de Léon Mathot avec Colette Darfeuil
1938Le paradis de Satan – de Félix Gandéra avec Jany Holt
Belle étoile – de Jacques de Baroncelli avec Michel Simon
S.O.S. Sahara – de Jacques de Baroncelli avec Marta Labarr
Hôtel du Nord – de Marcel Carné avec Annabella
1939Le déserteur / Je t’attendrai – de Léonide Moguy avec Corinne Luchaire
1943Commando en Bretagne ( assignment in Brittany ) de Jack Conway avec Susan Peters
La croix de Lorraine ( the cross of Lorraine ) de Tay Garnett avec Gene Kelly
1946Un cœur à prendre ( heartbeat ) de Sam Wood avec Ginger Rogers
Le chant de Shéhérazade / Les amours de Shéhérazade ( song of Scheherazade ) de Walter Reisch avec Eve Arden
1947Le destin de Léopold 1er ( the first gentleman / affairs of a rogue ) de Alberto Cavalcanti avec Joan Hopkins
1948L’Atlantide ( siren of Atlantis ) de Gregg C. Tallas avec Dennis O’Keefe
Hans le marin ( Hans the sailor / wicked city ) de François Villiers avec Roland Toutain
    + scénario
1949Golden arrow / The gay adventure / Three men and a girl – de Gordon Parry avec Paula Valenska
La vie commence demain – de Nicole Védrès avec Jean-Paul Sartre
1950L’homme de joie – de Gilles Grangier avec Simone Renant
L’amant de paille – de Gilles Grangier avec Gaby Sylvia
Les loups chassent la nuit ( la ragazza di Trieste ) de Bernard Borderie avec Carla Del Poggio
Dernier rendez-vous ( l’ultimo incontro ) de Gianni Franciolini avec Alida Valli
La vengeance du corsaire ( la vendetta del corsaro / the pirates revenge / revenge of the pirates ) de Primo Zeglio avec Maria Montez
1952Koenigsmark – de Solange Térac avec Silvana Pampanini
Lili – de Charles Walters avec Leslie Caron
Moineaux de Paris – de Maurice Cloche avec Louis De Funès
1953La charge des lanciers ( charge of the lancers ) de William Castle avec Paulette Goddard
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Claudette Colbert
1954Napoléon – de Sacha Guitry avec Orson Welles
Dix-huit heures d’escale – de René Jolivet avec Noëlle Norman
1955Mademoiselle de Paris – de Walter Kapps avec Giselle Pascal
L’impudique ( Hilda Crane ) de Phillip Dunne avec Jean Simmons
1957La passe dangereuse / La septième aube ( the seventh sin ) de Ronald Neame avec Eleanor Parker
1958John Paul Jones, le maître des mers ( John Paul Jones ) de John Farrow avec Bette Davis
1959Le général ennemi ( the enemy general ) de George Sherman avec Dany Carrel
1960Le diable à quatre heures ( the devil at four o’clock ) de Mervyn LeRoy avec Spencer Tracy
La blonde de Buenos Aires ( the blonde from Buenos Aires ) de George Cahan avec Mamie Van Doren
Carnaval du crime ( sócio de alcova / carnaval del crimen ) de George Cahan avec Norma Bengell
1961Les sept péchés capitaux – de Philippe de Broca, Claude Chabrol, Jacques Demy, Sylvain Dhomme, Max Douy, Jean-Luc Godard, Eugène Ionesco, Edouard Molinaro & Roger Vadim avec Sami Frey
Un dimanche d’été ( una domenica d’estate ) de Guilio Petroni avec Françoise Fabian
Le puits aux trois vérités – de François Villiers avec Michèle Morgan
1962Le couteau dans la plaie / La troisième dimension ( five miles to midnight ) de Anatole Litvak avec Sophia Loren
1963Vacances portugaises / Les égarements / Les sourires de la destinée – de Pierre Kast avec Catherine Deneuve
1965 CM Once upon a tractor – de Leopoldo Torre Nilsson avec Melvyn Douglas
1967Un château en enfer ( castle keep ) de Sydney Pollack avec Burt Lancaster
Le collectionneur de cadavres ( el coleccionista de cadáveres / blind man’s bluff / cauldron of blood / children of blood / the corpse collectors / death comes from the dark / the shrinking corpse ) de Santos Alcover avec Boris Karloff
1970Biribi – de Daniel Moosman avec Bruno Cremer
1971L’homme au cerveau greffé – de Jacques Doniol-Valcroze avec Mathieu Carrière
1973La nuit américaine – de François Truffaut avec Jacqueline Bisset
1974Les deux missionnaires / Les diamants ne sont pas éternels ( porgi l’altra guancia / i due missionari /don’t turn the other cheek / dos misioneros / turn the other cheek / the two missionaries ) de Franco Rossi avec Terence Hill
Madame / Mon métier c’est le plaisir ( the happy hooker ) de Nicholas Sgarro avec Lynn Redgrave
DO Le chasseur d’ombres ( the shadow catcher ) Teri McLuhan
    Seulement narration de la version française
1975Mahogany – de Berry Gordy avec Diana Ross
Le chat et la souris – de Claude Lelouch avec Michèle Morgan
Catherine et Cie – de Michel Boisrond avec Jane Birkin
1976Des journées entières dans les arbres – de Marguerite Duras avec Bulle Ogier
1977Deux solitudes ( two solitudes ) de Lionel Chetwynd avec Stacy Keach
New York blackout / New York ne répond plus / Et la terreur commence / Black-out à New York ( blackout / New York escapees ) de Eddy Matalon avec June Allyson
1979Something short of paradise / Perfect love – de David Halpern avec Susan Sarandon
1980Allons z’enfants – de Yves Boisset avec Jean Carmet
1981La villa delle anime maledette / Don’t look in the attic – de Carlo Ausino avec Beba Loncar
1982Nana, le désir ( Nana / Nana: La vera chiave del piacere / Nana, the true key of pleasure ) de Dan Wolman avec Kathya Berger
1983La java des ombres – de Romain Goupil avec Tchéky Karyo
Le sang des autres ( the blood of others ) de Claude Chabrol avec Jodie Foster
DO Jean-Louis Barrault, un homme de théâtre – de Muriel Balasch avec Jean-Louis Barrault
    Seulement apparition
1985 DO Vivement Truffaut / Hommage à Truffaut – de Claude de Givray avec Fanny Ardant
    Seulement apparition
1986On a volé Charlie Spencer ! – de Francis Huster avec Béatrice Dalle
Sweet country ( glykeia patrida / Γλυκειά πατρίδα ) de Michael Cacoyannis avec Irene Papas
1987 CM Demain peut-être – de Philippe Nessler avec Jean-Pierre Kalfon
1988À notre regrettable époux – de Serge Korber avec Jacqueline Maillan
1989The free frenchman – de Jim Goddard avec Agnès Soral
Los mares del sur – de Manuel Esteban avec Alejandra Grepi
1990Devenir Colette ( becoming Colette / Colette ) de Danny Huston avec Mathilda May
1991Crimes et jardins – de Jean-Paul Salomé avec Magali Noël
Une étoile pour deux ( a star for two ) de Jim Kaufman avec Lauren Bacall
1993Giorgino – de Laurent Boutonnat avec Mylène Farmer
1994Jefferson à Paris ( Jefferson in Paris ) de James Ivory avec Nick Nolte
1995La propriétaire ( the proprietor ) de Ismael Merchant avec Jeanne Moreau
1999 DO Jean-Pierre Aumont, charme et fou-rires – de Patty Villiers avec Raymond Gérôme
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    César d’honneur, France ( 1991 )
Fiche créée le 21 mai 2006 | Modifiée le 1 juin 2017 | Cette fiche a été vue 13850 fois
PREVIOUSAlbert Augier || Jean-Pierre Aumont || Tina AumontNEXT