CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Julius Harris
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Pierre Melville



Date et Lieu de naissance : 20 octobre 1917 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 2 août 1973 (Paris, France)
Nom Réel : Jean-Pierre Claude Grumbach

REALISATEUR
Image
1955 Bob le flambeur – de Jean-Pierre Melville avec Isabelle Corey, Daniel Cauchy & Roger Duchesne
Image
1966 Le deuxième souffle – de Jean-Pierre Melville avec Lino Ventura, Raymond Pellegrin & Paul Meurisse
Image
1968 L’armée des ombres – de Jean-Pierre Melville avec Lino Ventura, Paul Meurisse & Simone Signoret
Image
1970 Le cercle rouge – de Jean-Pierre Melville avec Bourvil, Yves Montand, Alain Delon & François Périer

Issu d’une famille juive alsacienne, Jean-Pierre Grumbach naît le 2 octobre 1917, à Paris. Adolescent passionné de cinéma, il aide son oncle photographe à développer des pellicules. Une formation qui lui permettra, plus tard, de devenir un cinéaste complet. À vingt and, il s’engage dans les spahis. Rallié aux Forces Françaises Libres, il participe à la campagne d’Italie et au débarquement en Provence. Une mission à Marseille, lui permet de découvrir la résistance et le milieu des gangsters, deux mondes qui vont nourrir son œuvre. Il est démobilisé en 1945.

En 1947, le jeune homme qui n’a jamais fréquenté d’école de cinéma, ni les studios, qui n’a été l’assistant de personne et n’a réalisé qu’un court métrage l’année précédente, tourne en vingt jours une adaptation du «Silence de la mer» de Vercors, avec Howard Vernon dans le rôle de Werner von Ebrennac. Il prend alors le pseudonyme de Jean-Pierre Melville, nom emprunté à l’auteur de «Moby Dick», Herman Melville. Le film connaît un succès d’estime, malgré une critique souvent élogieuse, et annonce le mouvement de la Nouvelle Vague qui va déferler sur les écrans dix ans plus tard. En 1949, il adapte, en étroite collaboration avec l’auteur Jean Cocteau, «Les enfants terribles», qui sera mal accueilli. Trois ans plus tard, il réalise «Quand tu liras cette lettre» avec Philippe Lemaire et Juliette Gréco, mais le film est un échec total.

Jean-Pierre Melville coécrit, en 1955, avec Auguste Le Breton son premier film policier, «Bob le flambeur» qui n’attire à l’époque qu’un public averti, mais qui fera de lui l’objet d’un véritable culte cinéphilique. Sa réalisation suivante, «Deux hommes à Manhattan» (1959) est à nouveau un fiasco. En 1960, sa rencontre avec Jean-Paul Belmondo pour «Léon Morin, prêtre» va donner suite à deux autres pièces maîtresses du cinéaste: «Le doulos» (1962) avec toujours Jean-Paul en vedette, mais cette fois dans le milieu de la pègre, mais aussi Serge Reggiani, et à «L’aîné des Ferchaux» (1963) avec Charles Vanel, d’après Georges Simenon. Après trois ans d’absence, il revient avec «Le deuxième souffle», fidèle transposition d’un roman de José Giovanni, avec Lino Ventura en tête d’affiche. L’immense succès l’impose désormais parmi les réalisateurs majeurs de son époque.

En 1967, Jean-Pierre Melville signe «Le samouraï», l’histoire d’un tueur solitaire, premier volet de sa trilogie avec Alain Delon. Puis c’est «Le cercle rouge» (1970) avec Delon devenu truand, mais aussi Yves Montand en ancien inspecteur alcoolique, Bourvil en policier corse ambigu et Gian Maria Volonté en dangereux criminel évadé. Et enfin «Un flic» (1972) avec Catherine Deneuve en amie de Richard Crenna et en confidente du jeune commissaire de brigade incarné par Delon. Entre temps, Melville adapte «L’armée des ombres» (1968) de Joseph Kessel, fresques magistrale sur la résistance qui partagera pourtant la critique. Le film est servi par une distribution prestigieuse: Lino Ventura, Paul Meurisse, Simone Signoret, Jean-Pierre Cassel, etc. Alors qu’il travail sur les scénarii de son prochain film, Jean-Pierre Melville succombe prématurément des suites d’une crise cardiaque, le 2 août 1973, à Paris. Avec seulement treize films à son actif, le cinéaste précurseur de la nouvelle vague, artisan solitaire, producteur indépendant et réalisateur mythique, continue à surprendre encore beaucoup de passionnés de cinéma.

© Philippe PELLETIER - Source «Jean-Pierre MELVILLE» par Jacques Zimmer & Chantal de Béchade, édition EDILIO ©

copyright
1946 CM Vingt-quatre heures de la vie d’un clown – de Jean-Pierre Melville avec Maïs
    + scénario & production
1947Le silence de la mer – de Jean-Pierre Melville avec Howard Vernon
    + montage, dialogues, scénario & production
CM Les drames du Bois de Boulogne – de Jean Loew avec Gérard Philipe
    Seulement interprétation
1949Orphée – de Jean Cocteau avec Jean Marais
    Seulement apparition
Les enfants terribles – de Jean-Pierre Melville avec Nicole Stéphane
    + décors, scénario & production
1953Quand tu liras cette lettre – de Jean-Pierre Melville avec Juliette Gréco
    + adaptation
1955Bob le flambeur – de Jean-Pierre Melville avec Isabelle Corey
    + décors, adaptation, scénario & commentaires
1957Un amour de poche – de Pierre Kast avec Geneviève Page
    Seulement interprétation
1959Deux hommes dans Manhattan – de Jean-Pierre Melville avec Pierre Grasset
    + dialogues, scénario & interprétation
À bout de souffle – de Jean-Luc Godard avec Jean Seberg
    Seulement interprétation
1961Léon Morin, prêtre – de Jean-Pierre Melville avec Jean-Paul Belmondo
    + adaptation, dialogues & scénario
    Prix de la ville de Venise, Italie
1962Le doulos – de Jean-Pierre Melville avec Serge Reggiani
    + production, adaptation, dialogues & scénario
Landru – de Claude Chabrol avec Charles Denner
    Seulement interprétation
1963L’aîné des Ferchaux / Un jeune homme honorable – de Jean-Pierre Melville avec Charles Vanel
    + adaptation, dialogues & scénario
1966Le deuxième souffle – de Jean-Pierre Melville avec Lino Ventura
    + adaptation, dialogues & scénario
1967Le samouraï – de Jean-Pierre Melville avec Alain Delon
    + adaptation, dialogues & scénario
1968L’armée des ombres – de Jean-Pierre Melville avec Simone Signoret
    + scénario
1970Le cercle rouge – de Jean-Pierre Melville avec Bourvil
    + montage, scénario & production
1971 DO Cinéma de notre temps : Jean-Pierre Melville : Portrait en neuf poses – de André S. Labarthe
    Seulement apparition
1972Un flic – de Jean-Pierre Melville avec Catherine Deneuve
    + scénario
Fiche créée le 29 mai 2006 | Modifiée le 21 mai 2014 | Cette fiche a été vue 7386 fois
PREVIOUSNuno Melo || Jean-Pierre Melville || Daniel MendailleNEXT