CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Henri-Georges Clouzot
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-Pierre Sentier



Date et Lieu de naissance : 7 avril 1940 (Beaugency, France)
Date et Lieu de décès : 5 janvier 1995 (Boulogne-Billancourt, France)
Nom Réel : Jean-Pierre Max Raymond Sentier

ACTEUR

Fils d’un entrepreneur de travaux publics, Jean-Pierre Max Raymond Sentier voit le jour le 7 avril 1940, à Beaugency, dans le Loiret. Alors qu’il est encore jeune, il se passionne pour les disciplines artistiques, en particulier la peinture. Aussi, il monte à Paris, plein d’espoirs, dans le but de tenter sa chance et de vivre de son art. Pourtant, il ne tarde par à délaisser les pinceaux au profit du théâtre et du music-hall. Ainsi, ce talentueux touche-à-tout devient homme de théâtre, acteur, mais aussi auteur dramatique, avec plusieurs one-man-show, comme «L’amante phalloïde» ou «Faut-il déterrer les morts?».

Durant les années soixante, Jean-Pierre Sentier effectue ses débuts cinématographiques, dans des petits rôles, comme «Drôle de jeu» (1967). En 1968, il fait aussi une apparition dans «Le tatoué», où s’affrontent deux monstres sacrés, Louis de Funès et Jean Gabin. L’acteur se fait aussi remarquer dans des feuilletons télévisés, tels «Les compagnons de Baal» et «L’homme de Picardie», ainsi que dans nombres de téléfilms. Puis, Jean-Pierre Sentier devient une silhouette familière du Septième Art. On peut le voir dans un rôle de psychiatre dans «Les vécés étaient fermés de l’intérieur» (1976), comédie policière avec Coluche et Jean Rochefort, ou de militaire dans «La question» (1977), film très réaliste sur la guerre d’Algérie. Jean-Jacques Beineix le sollicite pour son premier court-métrage, «Le chien de Monsieur Michel» (1977). Il n’abandonne pas les planches pour autant. Il fonde le Théâtre des Ouvrages Contemporains, et interprète «Jules César» de Shakespeare, «Les brigands» de Schiller, «Le maître et la marguerite» de Vladimir Boulgakov, ou «Outrage au public» de Peter Handke.

Dès les années quatre-vingt, Jean-Pierre Sentier s’illustre, au cinéma, dans une grande variété de rôles. Sa haute et longue silhouette, son regard clair, son visage lunaire et son physique de clown triste le conduisent vers une galerie de personnages insolites, équivoques, étranges bien qu’attachants. Sa présence fantomatique et mystérieuse hante le cinéma français d’alors. On le remarque en clochard dans «Extérieur nuit» (1980), en ouvrier las de la routine de l’usine dans «Deux lions au soleil» (1980), et surtout en lanceur de couteaux, associé du redoutable chef de gang interprété par Bernard-Pierre Donnadieu, dans «Rue barbare» (1984), avec Bernard Giraudeau. Le film rencontre un énorme succès, et semble plutôt confiner l’acteur dans des rôles inquiétants. Il est maquereau dans «Rue du départ» (1987) ou tortionnaire dans «Mon ami le traître» (1988). Mais il sait se renouveler et affiner ses personnages, ce qui témoigne d’un solide talent de composition. Il est un flic homosexuel dans «Poussière d’ange» (1987), un boulanger coupable de meurtres dans «La maison assassinée» (1987), polar provençal avec Patrick Bruel, ou un routier débonnaire dans «Drôle d’endroit pour une rencontre» (1987). Entretemps, Jean-Pierre Sentier s’est essayé avec réussite à la réalisation: après un moyen-métrage, «L’arrêt au milieu» (1977), il signe «Le jardinier» (1980), film récompensé par le Prix Jean-Vigo en 1981, puis «Un bruit qui court» (1983). Par la suite, il confirme son statut d’acteur marginal en jouant dans des films peu distribués et plutôt confidentiels, parmi lesquels «L’affût» (1992), «Krapatchouk» (1993), «Woyceck» (1993) ou «Le livre de cristal» (1994). On le voit aussi beaucoup à la télévision. Après avoir réalisé son dernier film en 1991, «Le coup suprême», il obtient un Molière du meilleur second rôle pour «L’église» de Céline, en 1993. Le 5 janvier 1995, Jean-Pierre Sentier meurt, emporté par un cancer, à Boulogne-Billancourt.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1967Caroline Chérie – de Denys de La Patellière avec France Anglade
Drôle de jeu – de Pierre Kast avec Barbara Laage
1968Le tatoué – de Denys de La Patellière avec Jean Gabin
Bye bye Barbara – de Michel Deville avec Ewa Swann
Le Socrate – de Robert Lapoujade avec Pierre Luzan
1970Le sauveur – de Michel Mardore avec Horst Buchholz
CM Le saut périlleux – de William Guery
1971On est toujours trop bon avec les femmes – de Michel Boisrond avec Jean-Pierre Marielle
L’an 01 – de Jacques Doillon, Jean Rouch & Alain Resnais avec Jacques Higelin
1975Les vécés étaient fermés de l’intérieur – de Patrice Leconte avec Coluche
Le juge et l’assassin – de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret
Je suis Pierre Rivière – de Christine Lipinska avec Isabelle Huppert
La tête en ruine – de Tony Gatlif
    Inédit
1976La question – de Laurent Heynemann avec Nicole Garcia
Nuit d’or – de Serge Moati avec Klaus Kinski
1977La jument vapeur – de Joyce Buñuel avec Carole Laure
CM L’arrêt au milieu – de Jean-Pierre Sentier avec Maurice Bénichou
    Seulement réalisation, décors, scénario & production
CM Le chien de monsieur Michel – de Jean-Jacques Beineix avec Yves Afonso
1978L’argent des autres – de Christian de Chalonge avec Catherine Deneuve
Le maître-nageur – de Jean-Louis Trintignant avec Stefania Sandrelli
DA La traversée de l’Atlantique à la rame – de Jean-François Laguionie
    Seulement voix
1979Rue du Pied-de-Grue – de Jean-Jacques Grand-Jouan avec Pascale Audret
West Indies / West Indies ou les nègres marrons de la liberté – de Med Hondo avec Roland Bertin
Le mors aux dents – de Laurent Heynemann avec Jacques Dutronc
Tout dépend des filles… – de Pierre Fabre avec Micheline Presle
1980Le jardinier – de Jean-Pierre Sentier avec Geneviève Mnich
    Seulement réalisation, décors, dialogues & scénario
    Prix Jean Vigo, France

Extérieur, nuit – de Jacques Bral avec Christine Boisson
Deux lions au soleil – de Claude Faraldo avec Jean-François Stévenin
CM À vingt minutes par le R.E.R. – de Richard Malbequi avec Richard Anconina
1981Un assassin qui passe – de Michel Vianey avec Richard Berry
La revanche – de Pierre Lary avec Annie Girardot
Nestor Burma, détective de choc – de Jean-Luc Miesch avec Jane Birbin
1982Les îles – de Iradj Azimi avec Maximilian Schell
1983Les folles années du twist – de Mahmoud Zemmouri avec Richard Bohringer
Debout les crabes, la mer monte ! – de Jean-Jacques Grand-Jouan avec Véronique Genest
Un bruit qui court – de Jean-Pierre Sentier & Daniel Laloux avec Alain Frérot
    + scénario
1984Rue Barbare – de Gilles Béhat avec Michel Auclair
Le juge – de Philippe Lefebvre avec Jacques Perrin
1985Derborence – de Francis Reusser avec Isabel Otero
Exit-exil – de Luc Monheim avec Philippe Léotard
Rue du Départ – de Tony Gatlif avec François Cluzet
1986La femme secrète – de Sébastien Grall avec Clémentine Célarié
Poussière d’ange – de Edouard Niermans avec Fanny Cottençon
1987La maison assassinée – de Georges Lautner avec Patrick Bruel
Camille Claudel / Camille Claudel : Violence et passion – de Bruno Nuytten avec Isabelle Adjani
Drôle d’endroit pour une rencontre – de François Dupeyron avec Gérard Depardieu
1988Mon ami le traître – de José Giovanni avec Valérie Kaprisky
1989Pleure pas my love – de Tony Gatlif avec Fanny Ardant
La Soule – de Michel Sibra avec Christophe Malavoy
La fille du magicien – de Claudine Bories avec Anouk Grinberg
La fille des collines – de Robin Davis avec Tchéky Karyo
1990Faux et usage de faux – de Laurent Heynemann avec Robin Renucci
Les amusements de la vie privée ( i divertimenti della vita privata ) de Cristina Comencini avec Vittorio Gassman
1991Le coup suprême – de Jean-Pierre Sentier avec Bernard Giraudeau
    Seulement réalisation, décors, scénario & production
    Prix Perspectives du Cinéma au festival du cinéma de Cannes, France

L’affût – de Yannick Bellon avec Dominique Blanc
Woyzeck – de Guy Marignane avec Michael Lonsdale
1992Krapatchouk ( Krapatchouk, al este del desdén ) de Enrique Gabriel avec Ángela Molina
1993L’ombre du doute – de Aline Issermann avec Mireille Perrier
1994Le livre de cristal – de Patricia Plattner avec Valeria Bruni Tedeschi
Fiche créée le 1 juillet 2009 | Modifiée le 25 février 2016 | Cette fiche a été vue 7562 fois
PREVIOUSMehdi Senoussi || Jean-Pierre Sentier || Massimo SeratoNEXT