CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Charles Durning
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jeanne Brindeau



Date et Lieu de naissance : 22 novembre 1860 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 6 avril 1946 (Paris, France)
Nom Réel : Jeanne Louise Dejarny

ACTRICE
Image
1913 La broyeuse de cœurs – de Camille de Morlhon avec Pierre Magnier, Léontine Massart & Camille Liceney
Image
1921 La mort du soleil – de Germaine Dulac avec André Nox, Denise Lorys & Jeanne Bérangère
Image
1923 Gossette – de Germaine Dulac avec Régine Bouet, Maurice Schutz, Madeleine Guitty & Georges Charlia
Image
1931 La fin du monde – de Abel Gance avec Abel Gance, Victor Francen, Samson Fainsilber & Colette Darfeuil

Fruit d’une union illégitime, Jeanne Brindeau est née Jeanne Louise Dejarny dans le 9ème arrondissement de Paris, le 22 novembre 1860. Son père, Louis Brindeau (1814-1882), est un célèbre comédien, sociétaire de la Comédie française; sa mère, Adrienne de Jarny est également comédienne. De cette relation adultérine naissent huit autres enfants. Deux autres deviendront célèbres, Paul Brindeau de Jarny, ferronnier d’art et Louis Edouard de Jarny, peintre orientaliste. À dix-huit ans, elle suit les cours de Prosper Bressant au Conservatoire de Paris, puis ceux de Edmond Got comédien au Français, avant d’intégrer la troupe de M. Marck à Lyon, puis celle du Gymnase parisien en 1881.

En 1883, un an après la disparition de son père, la jeune et jolie Jeanne Brindeau fait son entrée comme pensionnaire à la Comédie Française avec les pièces «Mademoiselle de Belle-Isle» de Alexandre Dumas et «Ruy Blas» de Victor Hugo. Jusqu’au début du vingtième siècle, elle se partage entre la maison de Molière où elle joue les classiques et les autres salles parisiennes, se spécialisant dans la tragédie avec des pièces comme «Une page d’amour» (1893) de Charles Samson à l’Odéon, «Jean-Gabriel Borkman» (1897) de Henrik Ibsen au Nouveau Théâtre, «Electra» (1904) de Benito Pérez Galdós à la Porte Saint-Martin ou «Roule-ta-bosse» (1906) de Jules Mary et Émile Rochard à l’Ambigu-Comique. En 1909, elle accompagne la troupe du Français pour une grande tournée en Amérique du Sud. Pendant la traversée en bateau, elle fait la connaissance de Anatole France qui part faire un cycle de conférences. La belle toujours bien conservée aux charmes avantageux devient très vite la maîtresse de l’auteur. Le mariage est pressenti, mais la rumeur a précédé leur retour en France et le scandale attend. Léontine de Caillavet, la maîtresse officielle tente de se suicider, Anatole rompt avec Jeanne, mais trop tard car Léontine meurt de chagrin en janvier 1910, laissant Anatole France inconsolable.

En 1910, en complément de son parcours théâtral, Jeanne Brindeau commence à faire l’actrice devant les caméras, pas encore très au point. Pendant cinq ans, elle apparaît dans des petits films réalisés par Albert Capellani, Camille de Morlhon et René Le Somptier. En 1915, elle remporte un beau succès avec le film patriotique de Henri Pouctal «La fille du boche». Pendant l’époque du muet, elle tourne dans des productions de tous genres. On la voit notamment dans les sérials «L’empereur des pauvres» (1921) de René Leprince et «Belphégor» (1926) de Henri Desfontaines. En 1923, elle remplace au pied-levé Sarah Bernhardt, décédée en plein tournage de «La voyante» de Léon Abrams et Louis Mercanton. Les réalisateurs termineront tant bien que mal le film avec le concours de Jeanne, ne la montrant que de dos et réussissant ainsi à donner l’illusion.

Lorsqu’arrive le cinéma parlant, Jeanne Brindeau est déjà une vielle femme au physique alourdi par le poids des ans. C’est avec le film policier «La maison de la flèche» (1930) de Henri Fescourt qu’elle donne de la voix à l’écran pour la première fois. Elle joue ensuite pour Abel Gance dans «La fin du monde» (1931) et pour Victor Tourjansky dans «Les yeux noirs» (1935). En 1935, elle n’est plus qu’une silhouette aux côtés de Danielle Darrieux dans «Mayerling» de Anatole Litvak, point final à sa carrière. Après dix ans de retraite, elle meurt oubliée un an après la Seconde Guerre, le 6 avril 1946, à Paris.

© Pascal DONALD

copyright
1910 CM L’évadé des tuileries / Une journée de la révolution / Août 1792 – de Albert Capellani avec Herman Grégoire
CM Le roman de la momie / La momie – de Albert Capellani & Henri Desfontaines avec Romuald Joubé
1911 CM La vénus d’Arles – de Georges Denola avec André Lefaur
1912 CM Grand-maman – de René Le Somptier avec Georges Melchior
1913 CM La broyeuse de cœurs / Charmeuse – de Camille de Morlhon avec Louis Claude Basseuil
CM Le secret de l’orpheline ou Morin père et fils – de Camille de Morlhon avec Jean Dax
1914 CM L’infirmière – de Henri Pouctal avec Jacques Volnys
CM Celle qui tua – de Gaston Ravel
1915 CM La fille du boche – de Henri Pouctal avec Camille Bert
CM Les gants blancs de Saint-Cyr – de Henri Diamant-Berger avec Georges Tréville
CM Dette de haine – de Henri Pouctal avec Jean-Marie de l’Isle
CM Le consentement de la marquise – de Gaston Ravel avec André Roanne
CM La marraine du poilu – de ?
1916Zyte – de Georges Monca avec Henri Bosc
Son fils – de Georges Denola avec Paul Hubert
1917Maryse / Marise – de Camille de Morlhon avec Alexandre Arquillière
Volonté – de Henri Pouctal avec Léon Mathot
48 avenue de l’Opéra – de Georges Denola & Bernard-Deschamps avec Harry Baur
Le devoir d’abord – de Adolphe Candé avec Edmond Duquesne
CM Les feuilles tombent – de Georges Denola avec Armand Tallier
CM Maryvonne – de Charles Keppens avec Suzanne Le Bret
CM Les grands – de Georges Denola avec Maurice Lagrenée
CM Le petit chaperon rouge – de Maurice Poggi avec Léon Bernard
1918Après lui – de Maurice de Féraudy & Gaston Leprieur avec Maurice de Féraudy
L’ibis bleu – de Camille de Morlhon avec Pierre Magnier
CM L’accusé – de Charles Maudru avec Rachel Devirys
CM Le goumier – de ?
1919Ramuntcho – de Jacques de Baroncelli avec René Lorsay
Mystère – de Serrador avec Albert Bras
La grande rivale – de Louis Paglieri avec Jean Garat
Quoi a tué ? – de Pierre Marodon avec Gaston Jacquet
La faute d’Odette Maréchal – de Henry Roussel avec Jean Toulout
1920L’ami des montagnes – de Guy Du Fresnay avec Jean Devalde
La force de la vie – de René Leprince avec Jacques Robert
CM Malencontre – de Germaine Dulac avec France Dhélia
CM Le secret d’Argeville / Nick Winter et le secret d’Argeville – de Paul Garbagni avec Nick Winter
1921Paris mystérieux – de Louis Paglieri avec Luc Dartagnan
L’affaire du train 24 – de Gaston Leprieur avec Eugénie Nau
    Sérial en 8 épisodes
    1 : Faute de jeunesse
    2 : L’ombre du passé / 25 ans plus tard
    3 : Baluchet opère lui-même
    4 : À la recherche de l’inconnu
    5 : Le rapide Bordeaux
    6 : Contre-enquête
    7 : Une lueur dans les ténèbres
    8 : Baluchet triomphe
L’empereur des pauvres – de René Leprince avec Léon Mathot
    Sérial en 6 épisodes
    1 : Le pauvre
    2 : Les millions
    3 : Les flambeaux
    4 : Les crassiers
    5 : L’orage
    6 : Floréal
Gigolette – de Henri Pouctal avec Charles de Rochefort
    Film en 4 parties
    1 : Les ailes blanches
    2 : La bataille de la vie
    3 : Les démons de Paris
    4 : Rédemption
CM La mort du soleil – de Germaine Dulac avec André Nox
1922Le crime de Monique – de Robert Péguy avec Yvette Andréyor
Les ennemis de la femme ( enemies of women ) de Alan Crosland avec Lionel Barrymore
1923La voyante – de Léon Abrams & Louis Mercanton avec Sarah Bernhardt
    Seulement doublure de Sarah Bernhardt après sa mort
La légende de sœur Béatrix – de Jacques de Baroncelli avec Suzanne Bianchetti
La faute des autres – de Jacques Olivier avec Mary Thay
Gossette – de Germaine Dulac avec Régine Bouet
    Sérial en 6 épisodes
    1 : La nuit tragique
    2 : Le revenant
    3 : Face à face
    4 : L’embûche
    5 : Les lettres volées
    6 : La vengeance du mort
1924La dame masquée / Les deux masques / La femme masquée – de Victor Tourjansky avec Nicolas Rimsky
1925Le plus grand amour ( il focolare spento / il piu grande amor ) de Augusto Genina avec Carmen Boni
La cavalcata ardente – de Carmine Gallone avec Emilio Ghione
1926Michel Strogoff – de Victor Tourjansky avec Ivan Mosjoukine
Belphégor – de Henri Desfontaines avec Lucien Dalsace
    Film en 4 parties
    1 : Le mystère du Louvre
    2 : De mystère en mystère
    3 : Le fantôme noir
    4 : Les deux polices
1927Celui qui domine – de Carmine Gallone & Léon Mathot avec José Davert
Poker d’as – de Henri Desfontaines avec René Navarre
1928Trois jeunes filles nues – de Robert Boudrioz avec Nicolas Rimsky
1929Paris-girls / Champagne girls / Paris girls – de Henry Roussel avec Fernand Fabre
1930La maison de la flèche – de Henri Fescourt avec Annabella
1931La fin du monde – de Abel Gance avec Victor Francen
1935Les yeux noirs – de Victor Tourjansky avec Jean-Pierre Aumont
Mayerling – de Anatole Litvak avec Charles Boyer
Fiche créée le 25 décembre 2009 | Modifiée le 6 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 3714 fois
PREVIOUSRichard Briers || Jeanne Brindeau || Elga BrinkNEXT