CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Eva May
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jennifer Jones



Date et Lieu de naissance : 2 mars 1919 (Tulsa, Oklahoma, USA)
Date et Lieu de décès : 17 décembre 2009 (Malibu, Californie, USA)
Nom Réel : Phyllis Flora Isley

ACTRICE

Jennifer Jones naît à Tulsa, aux Etats-Unis, le 2 mars 1919. Munie de lettres de recommandation de son père, propriétaire d’une chaîne de cinémas, elle arrive à Hollywood en 1939. Elle est alors accompagnée par son époux, future vedette lui aussi, Robert Walker, dont elle divorcera en 1945. Après avoir été refusée à la Paramount, elle est engagée par la Republic où elle tourne en 1939, sous son véritable nom: Phyllis Isley, un western et un serial. Déçue, elle demande rapidement à être libérée de son contrat.

Après avoir donné naissance à deux enfants, elle décide de se consacrer à sa carrière. Apprenant que la pièce «Claudia», brillamment interprétée à New York par Dorothy McGuire, va être montée à Chicago, elle pose sa candidature pour le rôle principal. Mais une autre comédienne prometteuse, Phyllis Thaxter, sera finalement choisie. David O. Selznick, qui a acheté les droits de la pièce et qui est toujours à la recherche de nouveaux talents, décide de rencontrer les deux concurrentes. Le 31 août 1941, la jeune Mme Walker, qui a produit une impression très favorable, signe avec le célèbre producteur et, en janvier 1942, se voit rebaptisée Jennifer Jones. Selznick la prend sous son aile et persuade la 20th-Century-Fox qu’elle est l’actrice idéale pour interpréter Bernadette Soubirous dans «Le chant de Bernadette» (1943). Ce film vaut à Jennifer l’Oscar de la meilleure interprétation et en fait une star. L’intérêt que Selznick porte à sa nouvelle protégée n’est pas uniquement professionnel et débouche par un mariage en 1949. Elle lui donnera en 1954 une fille qui se suicidera en 1976. Jennifer Jones reste une figure importante de Hollywood durant une quinzaine d’années et travaille sous la direction de réalisateurs aussi réputés que William Dieterle, Ernst Lubitsch, King Vidor, John Huston, Vincente Minnelli ou encore William Wyler. Actrice versatile, elle incarne, entre autres, une jeune américaine dont la vie est affectée par le second conflit mondial dans «Depuis ton départ» (1944), une amnésique dans «Le poids d’un mensonge» (1945), une servante passionnée de plomberie dans la comédie «La folle ingénue» (1946), une métisse sensuelle dans le flamboyant western «Duel au soleil» (1946), un fantôme dans «Le portrait de Jenny» (1949), un des plus célèbres personnages de la littérature française dans «Madame Bovary» (1949), une ardente bohémienne dans «La renarde» (1950), une fille pauvre accédant au pouvoir et à la richesse dans «La furie du désir» (1952), une doctoresse eurasienne vivant une passion avec William Holden dans «La colline de l’adieu» (1955) ou encore une infirmière tombant amoureuse de Rock Hudson durant la Grande Guerre dans «L’adieu aux armes» (1957).

Jennifer Jones fait en outre une tentative de s’intégrer au courant néo-réaliste en tournant en Italie «Station Terminus» (1953), sous la direction de Vittorio De Sica. À la fin des années cinquante, l’actrice s’éloigne des écrans. Son retour dans «Tendre est la nuit» (1962) ne suscite pas grand enthousiasme. La mort de Selznick en 1965 la laisse quelque peu désemparée et les années qui suivent sont difficiles. Sa carrière est au plus mal: «Jeunes gens en colère» (1966) et «Angel, angel down we go» (1969) ne sont pas le genre de films à relancer une étoile sur le déclin. Côté vie privée, elle fait une tentative de suicide en 1967. En 1971, elle épouse le richissime homme d’affaires et collectionneur d’œuvres d’art, Norton Simon, qui la laissera veuve en 1993. Elle fait ses adieux au cinéma en faisant partie du défilé de stars figurant au générique de «La tour infernale» (1974). Elle meurt le 17 décembre 2009 à Malibu.

© Marlène PILAETE

copyright
1939New frontier / Frontier horizon – de George Sherman avec John Wayne
Dick Tracy chef des G-Men ( Dick Tracy’s G-Men ) de John English & William Witney avec Ralph Byrd
    Sérial en 15 épisodes
    1 : The master spy
    2 : Captured
    3 : The false signal
    4 : The enemy striles
    5 : Crack-up!
    6 : Sunken peril
    7 : Tracking the enemy
    8 : Chamber of doom
    9 : Flames of jeopardy
    10 : Crakling fury
    11 : Caverns of peril
    12 : Fight in the sky
    13 : The fatal ride
    14 : Getaway
    15 : The last stand
1943Le chant de Bernadette ( the song of Bernadette ) de Henry King avec Charles Bickford
    Oscar de la meilleure actrice, USA

    Golden Globe de la meilleure actrice de cinéma, USA
1944Depuis ton départ ( since you went away ) de John Cromwell avec Lionel Barrymore
    + chansons
CM The fighting generation – de Alfred Hitchcock avec Rhonda Fleming
1945Le poids d’un mensonge ( love letters ) de William Dieterle avec Cecil Kellaway
1946La folle ingénue ( Cluny Brown ) de Ernst Lubitsch avec Charles Boyer
Duel au soleil ( duel in the sun ) de King Vidor avec Gregory Peck
CM American creed – de Robert Stevenson avec Ingrid Bergman
    Seulement apparition
1947Le portrait de Jenny ( the portrait of Jennie / tidal wave / Jennie ) de William Dieterle avec Joseph Cotten
1948Les insurgés ( we were strangers ) de John Huston avec John Garfield
1949Madame Bovary – de Vincente Minnelli avec James Mason
DO Some of the best – de Frank Whitbeck avec Lionel Barrymore
    Seulement apparition
1950La renarde ( gone to earth / the wild earth / gypsy blood ) de Emeric Pressburger, Michael Powell & Rouben Mamoulian avec David Farrar
    + chansons
1951Un amour désespéré ( Carrie ) de William Wyler avec Laurence Olivier
1952La furie de désir ( Ruby Gentry ) de King Vidor avec Charlton Heston
1953Station Terminus ( stazione Termini / indiscretion / indiscretion of an american wife / terminal station / terminal station indiscretion / terminus station ) de Vittorio De Sica avec Montgomery Clift
Mort au diable / Plus fort que le diable ( beat the devil ) de John Huston avec Humphrey Bogart
1954La colline de l’adieu ( love is a many-splendored thing ) de Henry King avec William Holden
1955Bonjour, Miss Dove ( good morning, Miss Dove ) de Henry Koster avec Robert Stack
1956L’homme au complet gris ( the man in the gray flannel suit ) de Nunnally Johnson avec Fredric March
Miss Ba ( the Barretts of Wimpole Street ) de Sidney Franklin avec John Gielgud
1957L’adieu aux armes ( a farewell to arms ) de Charles Vidor avec Rock Hudson
1962Tendre est la nuit ( tender is the night ) de Henry King avec Jason Robards Jr.
1965Jeunes gens en colère ( the idol ) de Daniel Petrie avec Michael Parks
1969La chute des anges ( angel, angel, down we go / cult of the damned ) de Robert Thom avec Roddy McDowall
1974La tour infernale ( the towering inferno ) de John Guillermin avec Fred Astaire
1997 DO Off the menu: The last days of chasen’s – de Shari Springer Berman & Robert Pulcini avec Martin Landau
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix pomme acide de l’actrice la moins coopérative par les Golden Apple Awards, USA ( 1944 )

    Prix de la star féminine la plus populaire par les Photoplay Awards, USA ( 1955 )

    David Spécial aux prix David di Donatello, Italie ( 1975 )

    Prix pour l’ensemble de sa carrière aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1997 )
Fiche créée le 15 janvier 2009 | Modifiée le 30 janvier 2017 | Cette fiche a été vue 5455 fois
PREVIOUSJames Earl Jones || Jennifer Jones || Kathryn JoostenNEXT