CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Karin Evans
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jenny Alpha



Date et Lieu de naissance : 22 avril 1910 (Fort-de-France, Antilles Françaises)
Date et Lieu de décès : 8 septembre 2010 (Paris, France)
Nom Réel : Jenny Georges Alpha

ACTRICE
Image
1984 Réveillon chez Bob – de Denys Granier-Deferre avec Jean Rochefort, Guy Bedos & Michel Galabru
Image
1991 Le secret de Sarah Tombelaine – de Daniel Lacambre avec Marc de Jonge & Jean-Paul Roussillon
Image
1995 Noir comme le souvenir – de Jean-Pierre Mocky avec Jane, Birkin, Sabine Azéma & Jean-François Stévenin
Image
1998 Le bleu des villes – de Stéphane Brizé avec Florence Vignon, Mathilde Seigner & Antoine Chappey

Fille d’un inspecteur des Douanes et d’une receveuse des Postes, Jenny Alpha est née le 22 avril 1910 à Fort-de-France, en Martinique. Elle grandit dans une famille aisée et unie de dix enfants, quatre d’un précédent mariage de son père et cinq autres frères et sœurs. Son enfance et son adolescence sont bercées par la musique des îles mais également par l’opéra et le théâtre. Elle rêve alors de devenir comédienne bien que ses parents la prédestinent plutôt vers un métier de la médecine. À dix-neuf ans, elle arrive à Paris pour devenir institutrice et se retrouve étudiante à la Sorbonne. Parallèlement elle organise des galas où elle chante le folklore antillais, mais la couleur de sa peau lui ferme la porte du conservatoire et celles des théâtres. À cette époque, elle épouse un jeune attaché du musée du Louvre, qui la laissera veuve et sans ressources en 1942 alors qu’ils s’étaient réfugiés en Provence.

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Jenny Alpha qui s’est distinguée dans la Resistance pendant l’occupation, revient à Paris. Elle retrouve à Montparnasse le peintre Francis Picabia, pour qui elle avait posé quand elle était dans le Sud de la France. Celui-ci lui présente Salvator Dali, Robert Desnos et Soutine. Entre-temps, elle rencontre le poète Noël Villard et l’épouse. Elle reprend les spectacles où elle chante et danse sur ses compositions accompagnée d’un orchestre. «Jenny et les Pirates du Rythme» se produisent dans les cabarets parisiens mais aussi européens croisant ainsi Duke Ellington, Josephine Baker, Louis Armstrong, Habib Benglia ou Billie Holiday. En 1956, elle participe au premier congrès des écrivains noirs où elle retrouve son ami d’enfance Aimé Césaire, mais aussi Léopold Sédar Senghor, Richard Wright et Langston Hugues. En 1961, elle aurait fait une brève apparition dans le film américain «Paris Blues» avec Paul Newman, Joanne Woodward et Sidney Poitier.

Par la suite, Jenny Alpha s’éloigne de la chanson pour se consacrer au théâtre, au cinéma et à la télévision. Sur scène, en 1960, elle remplace au pied levé Lydia Ewande dans la pièce de Jean Genet «Les nègres» mis en scène par Roger Blin. Début d’une prolifique carrière théâtrale riche d’une quarantaine de pièces, essentiellement au service de la cause noire telles que: «La tragédie du roi Christophe» (1965) de Aimé Césaire avec Douta Seck dans le rôle-titre; «Rodogune» (1975) de Corneille avec Bachir Touré; mais surtout «Folie ordinaire d’une fille de Cham» (1984) de Julius Amédée Laou dans mise en scène Daniel Mesguich. Jean Rouch réalise une adaptation cinématographique de cette dernière pièce en 1986. À la télévision, on l’aperçoit dans des épisodes de séries populaires comme dans «Les cinq dernières minutes» (1976) avec Raymond Souplex ou «Médecins de nuit» (1983) avec Greg Germain. Pour le grand écran, elle a presque 90 printemps quand elle est la merveilleuse interprète, auprès de Robert Liensol, de «La vieille quimboiseuse et le majordome» (1989) de Julius Amédée Laou. Elle tient des rôles secondaires aussi dans «L’absence» (1993) de Peter Handke et «Noir comme le souvenir» (1995) de Jean-Pierre Mocky.

En 2008, Laurent Champonnois et Federico Nicotra lui consacrent un documentaire intitulé «Un siècle de Jenny». La même année, elle enregistre «La Sérénade du muguet» une nouvelle version d’un de ses plus grand succès de 1953. Figure légendaire de la culture créole, Jenny Alpha meurt centenaire le 8 septembre 2010, des suites d’une mauvaise chute.

© Pascal DONALD

copyright
1961Paris Blues – de Martin Ritt avec Paul Newman
    Seulement apparition
1978En l’autre bord – de Jérôme Kanapa avec Raymond Bussières
1979Le fils puni – de Philippe Collin avec Christian Rist
West Indies / West Indies ou les nègres marrons de la liberté – de Med Hondo avec Roland Bertin
1984Réveillon chez Bob – de Denys Granier-Deferre avec Jean Rochefort
1985Folie ordinaire d’une fille de Cham – de Jean Rouch avec Sylvie Laporte
1987Karukera au bout de la nuit – de Constant Gros-Dubois avec Benjamin Jules-Rosette
1989La vieille quimboiseuse et le majordome – de Julius Amédée Laou avec Robert Liensol
1991Le secret de Sarah Tombelaine – de Daniel Lacambre avec Marc de Jonge
1993L’absence ( die abwesenheit ) de Peter Handke avec Bruno Ganz
1995Noir comme le souvenir – de Jean-Pierre Mocky avec Jean-François Stévenin
1998Le bleu des villes – de Stéphane Brizé avec Philippe Duquesne
2005 CM Monsieur Etienne – de Yann Chavia avec Hector Saé
2006 DO Lumières noires – de Bob Swain avec Mamadou Diouf
    Seulement apparition
2008 DO Un siècle de Jenny – de Laurent Champonnois & Federico Nicotra avec Aimé Césaire
Fiche créée le 9 septembre 2010 | Modifiée le 20 septembre 2016 | Cette fiche a été vue 3578 fois
PREVIOUSGitta Alpar || Jenny Alpha || Robert AltmanNEXT