CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Patty Duke
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

John Ritter



Date et Lieu de naissance : 17 septembre 1948 (Burbank, Californie, USA)
Date et Lieu de décès : 11 septembre 2003 (Burbank, Californie, USA)
Nom Réel : Jonathan Southsworth Ritter

ACTEUR

Fils de Tex Ritter, célèbre cowboy chantant des années trente et quarante du cinéma américain et de Dorothy Fay, jolie starlette de western de série B, Jonathan Southsworth Ritter voit le jour le 17 septembre 1948, à Burbank, en Californie. Au milieu des années soixante, brillant élève de la faculté de psychologie de l’Université de Californie, il abandonne ses études afin de suivre les cours d’art dramatique de la classe de l’actrice Nina Foch. Il étudie aussi avec Laura Adler au Harvey Lembeck Comedy Workshop et fait quelques apparitions à la télévision.

En 1970, John Ritter débute au cinéma aux côtés de Kurt Russell, dans «Un singulier directeur», une production de Walt Disney. Il connaît rapidement la célébrité grâce à deux series télévisées très populaires: «La famille des collines», dans laquelle il incarne, de 1972 à 1976, le Révérend Matthew Fordwick et «Vivre à trois», de 1977 à 1984, une série sur les aventures de trois amis (deux femmes et un homme) Jack Tripper étant interprété par John. Parallèlement, il compose quelques rôles secondaires pour le cinéma. Il joue, entre autres, un officier de police dans «Le cercle noir» (1973), un film d’action musclé avec Charles Bronson, puis en 1976, il donne la réplique à Ryan O’Neal et à sa fille Tatum, dans «Nickelodeon» de Peter Bogdanovich. En 1979, il décroche enfin la tête d’affiche dans deux comédies typiquement américaines: «Americathon» de Neal Israel où il interprète Chet Roosevelt (un président des Etats-Unis imaginaire qui organise un Téléthon pour sauver sa patrie de la banqueroute) et «Captain Avenger» de Martin Davidson, l’histoire d’un acteur raté dont la vie va être bouleversée lorsqu’il endosse le costume du héros Captain Avenger. Côté cœur, John épouse en 1977 la charmante comédienne Nancy Morgan qui est aussi sa partenaire dans «Americathon». De cette union naîtra trois enfants et ils divorceront en septembre 1996.

Dans les années quatre-vingt, la carrière de John Ritter reste essentiellement orientée vers la télévision. Il confirme son immense popularité avec son personnage de policier de San Francisco: Harry Hooperman dans 42 épisodes de la série «Flic à tout faire» (1987-1989). Par la suite, John Ritter alterne avec un égal plaisir des prestations pour le grand et le petit écran. Star incontestée de la télévision, il apparaît également dans trois grands succès cinématographiques du box-office au début des années quatre-vingt-dix: «L’amour est une grande aventure» (1989) de Blake Edwards, «Junior le terrible» (1990) de Dennis Dugan et sa suite «Junior le terrible 2» (1991) de Brian Levant.

Au-delà du personnage public, le comédien est aussi connu pour ses nombreuses participations à des œuvres humanitaires. Il est l’un des membres les plus actifs de la United Cerebral Palsy Association, une organisation qui se bat pour l’enfance handicapée.

Le 11 septembre 2003, John Ritter est emmené d’urgence à l’hôpital de Burbank après avoir fait un malaise sur le plateau de la série «Touche pas à mes filles». Il succombe quelques heures plus tard, dans le même hôpital que celui où il était né, des suites d’une rupture d’anévrisme. Il allait fêter son cinquante-cinquième anniversaire six jours plus tard.

© Philippe PELLETIER

copyright
1970Un singulier directeur ( the barefoot executive ) de Robert Butler avec Kurt Russell
1971Le Don Quichotte de l’Ouest ( Scandalous John ) de Robert Butler avec Brian Keith
1972L’autre ( the other ) de Robert Mulligan avec Diana Muldaur
1973Le cercle noir ( the stone killer ) de Michael Winner avec Charles Bronson
1976Nickelodeon – de Peter Bogdanovich avec Ryan O’Neal
1977Breakfast in bed – de Willam Haugse avec Jenny Sullivan
1978Americathon – de Neal Israel avec David Opatoshu
1979Capitaine Vengeur ( hero at large ) de Martin Davidson avec Anne Archer
1980Sacré Moïse ( wholly Moses ) de Gary Weis avec Richard Pryor
Et tout le monde riait ( they all laughed ) de Peter Bogdanovich avec Audrey Hepburn
1982 DA The flight of dragons / Flight of the dragon – de Jules Bass, Arthur Rankin Jr., Fumihiko Takayama & Katsuhisa Yamada
    Seulement voix
1987Real men – de Dennis Feldman avec James Belushi
1988L’amour est une grande aventure ( skin deep ) de Blake Edwards avec Vincent Gardenia
1990Junior le terrible ( problem child ) de Dennis Dugan avec Jack Warden
1991Junior le terrible 2 ( problem child II ) de Brian Levant avec Michael Oliver
Stay tuned – de Peter Hyams avec Pam Dawber
Bruits de coulisses ( noises off… ) de Peter Bogdanovich avec Carol Burnett
1994L’irrésistible North / Mister North ( North ) de Rob Reiner avec Kathy Bates
1995Sling blade – de Billy Bob Thornton avec J.T. Walsh
1996Nowhere – de Gregg Araki avec Chiara Mastroianni
Hacks / The big twist / Sink or swim – de Gary Rosen avec Illeana Douglas
A gun, a car, a blonde – de Stefani Ames avec Kay Lenz
La vengeance du mercenaire ( mercenary ) de Avi Nesher avec Ed Lauter
1997Joy of natural childbirth – de John Philip Dayton avec Jane Seymour
Montana ( nothing personal ) de Jennifer Leitzes avec Kyra Sedgwick
La dernière preuve ( shadow of doubt / reasonable doubt ) de Randal Kleiser avec Melanie Griffith
1998I woke up early the day I died / Ed Wood’s I woke up early the day I died / I awoke early the day I died – de Aris Iliopulos avec Tippi Hedren
La fiancée de Chucky ( bride of Chucky ) de Ronny Yu avec Jennifer Tilly
DO This is my father – de John Putch avec Lee Meriwether
    Seulement apparition
1999Panic – de Henry Brombell avec Neve Campbell
Lost in the Pershing Point Hotel – de Julia Jay Pierrepont III avec Leslie Jordan
TripFall – de Serge Rodnunsky avec Eric Roberts
2000Terror tract / The house of terror tract – de Lance W. Dreesen & Clint Hutchinson avec Allison Smith
    Segment « Make me an offer » de Lance W. Dreesen
Séduction en mode mineur ( tadpole ) de Gary Winick avec Sigourney Weaver
2001Man of the year – de Tamara Friedman, Andy Goldberg, David Roy, Jonathan Trydor, Straw Weisman & Barry Zetlin avec Rebecca Harrell
    + production
2002Manhood – de Bobby Roth avec Bonnie Bedelia
Bad Santa – de Terry Zwigoff avec Billy Bob Thornton
2003 DA Clifford’s really big movie – de Robert C. Ramirez
    Seulement voix
Fiche créée le 14 octobre 2005 | Modifiée le 11 juin 2016 | Cette fiche a été vue 6440 fois
PREVIOUSRoberto Risso || John Ritter || Thelma RitterNEXT