CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jacqueline Francell
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

José Artur



Date et Lieu de naissance : 20 mai 1927 (Saint-Germain-en-Laye, France)
Date et Lieu de décès : 24 janvier 2015 (Paris, France)
Nom Réel : José Pierre Bernard Artur

ACTEUR
Image
1945 Les gosses mènent l’enquête – de Maurice Labro avec Lise Topart, René Génin & Constant Rémy
Image
1964 Compartiment tueurs – de Costa-Gavras avec Michel Piccoli, Jacques Perrin & Simone Signoret
Image
1982 Deux heures moins le quart avant Jésus Christ – de Jean Yanne avec Coluche & Michel Serrault
Image
1985 La dernière image (al coura al-akhira / الصور الأخير‎) de Mohamed Lakhdar-Hamina avec Véronique Jannot

Né dans une famille bretonne et catholique le 20 mai 1927 à Saint-Germain-en-Laye, José Artur poursuit ses études secondaires sous l’occupation. Son père est officier de marine, sa mère s’occupe de l’éducation des neuf enfants. À la Libération, il devient employé de la Bourse chargé de porter les ordres d’achat et s’inscrit dans un cours de théâtre. En 1945, José Artur décroche un petit rôle au cinéma dans «Les gosses mènent l’enquête» de Maurice Labro où des collégiens et un surveillant mènent une enquête après avoir retrouvé deux pendus dans leur collège. Il se fait véritablement remarquer en incarnant le fils de Noël-Noël dans «Le père tranquille» (1946) de René Clément et Noël-Noël qui compose un français moyen en réalité chef d’un réseau de résistance. Malgré le succès du film, il n’obtient pas de rôle marquant. Par l’intermédiaire d’une amie de son père, il rencontre François Périer dont il devient le secrétaire particulier. Celui-ci l’encourage à monter sur scène. En 1948, il débute dans «Le voleur d’enfants» de Jules Superficielle avec Raymond Rouleau au Théâtre de l’Œuvre. Pendant une dizaine d’années, il enchaîne les pièces . Il est le partenaire de Bernard Blier dans «Victor» (1950), de François Périer dans «Bobosse» (1952) ou Pierre Brasseur dans «Kean» (1955) et «L’enfant du dimanche» (1958).

À la fin des années cinquante, José Artur oriente sa carrière sur les ondes de France I - Paris Inter dont il anime les matinales dominicales. Le 4 octobre 1965, on lui confie l’animation du «Pop club» sur la station devenue France-Inter où il reçoit des personnalités des arts et de la culture. Sous des titres variés et à des horaires fluctuants, ce rendez-vous réalisé depuis des lieux de la nuit parisienne devient un rendez-vous incontournable pendant une quarantaine d’années. Sur France-Inter, il anime parallèlement d’autres émissions hebdomadaires «C’est pas dramatique» (1997 à 2007) consacrée à l’actualité théâtrale ou «Inoxydable» (2006-2007). Au cours de l’été 2008, il évoque ses quarante ans de carrière dans une chronique matinale «C’est pas croyable» aux côtés de Stéphane Bern.

Devenu l’une des figures emblématiques de France-Inter, il apparaît furtivement et épisodiquement sur le grand écran. Il interprète un journaliste homosexuel dans «Z» (1968) de Costa-Gavras. Il est sollicité à deux reprises par Jean Marbœuf dans «Bel ordure» (1973) et «Monsieur Balboss» (1974). Dans un registre plus burlesque, il est le travesti Réginus dans «Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ» (1982) de Jean Yanne. Il est également dirigé par Mohamed Lakhdar-Hamina dans «La dernière image» (1985) et Claude Lelouch dans «Il y a des jours... et des lunes» (1989). Pour sa dernière apparition, il joue un marchand de journaux dans «Tombés du ciel» (1993) de Philippe Lioret auprès de Jean Rochefort. Ses apparitions sur le petit écran se limitent à des émissions sur le théâtre. Pendant une vingtaine d’années, il assure les commentaires de la cérémonie «La nuit des Molières».

Hospitalisé suite à un accident vasculaire cérébral, José Artur décède le 24 janvier 2015 à Paris à l’âge de 87 ans. Sa disparition survient quelques semaines après celle de Jacques Chancel dont il fut chroniqueur dans «Le grand amphi» (1971) avant de devenir «Le grand échiquier». Ses deux enfants poursuivent la tradition familiale: sa fille Sophie née en 1959 de son mariage avec Colette Castel est comédienne et son fils David né en 1972 est animateur à la radio et chroniqueur à la télévision.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1945Les gosses mènent l’enquête – de Maurice Labro avec Lise Topart
1946Le père tranquille – de René Clément & Noël-Noël avec Noël-Noël
1948Marlène – de Pierre de Hérain avec Tino Rossi
1956Mon curé chez les pauvres – de Henri Diamant-Berger avec Arletty
CM Ma famille et mon toit – de Jean-Pierre Decourt avec Colette Castel
1961 CM Visite au Paradis – de William Novik
1964Compartiment tueurs – de Costa-Gavras avec Simone Signoret
1968Z – de Costa-Gavras avec Yves Montand
1969L’américain – de Marcel Bozzuffi avec Jean-Louis Trintignant
1972Un officier de police sans importance – de Jean Larriaga avec Robert Hossein
1973Bel ordure – de Jean Marbœuf avec Bulle Ogier
La main à couper – de Etienne Périer avec Lea Massari
1974Monsieur Balboss – de Jean Marbœuf avec Michel Galabru
1975 DO Tabarnac – de Claude Faraldo avec Johnny Gravel
    Seulement apparition
1979Rien ne va plus – de Jean-Michel Ribes avec Jacques Villeret
1982Deux heures moins le quart avant Jésus Christ – de Jean Yanne avec Coluche
Le grain de sable – de Pomme Meffre avec Delphine Seyrig
1985La dernière image ( al coura al-akhira / الصور الأخير‎ ) de Mohamed Lakhdar-Hamina avec Véronique Jannot
1989Il y a des jours… et des lunes – de Claude Lelouch avec Gérard Lanvin
1993Tombé du ciel – de Philippe Lioret avec Jean Rochefort
Fiche créée le 24 janvier 2015 | Modifiée le 11 août 2016 | Cette fiche a été vue 1037 fois
PREVIOUSJean Arthur || José Artur || Dorothy ArznerNEXT