CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Aldo Ray
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

José Noguéro



Date et Lieu de naissance : 10 mars 1905 (Bordeaux, France)
Date et Lieu de décès : 11 mars 1993 (Bordeaux, France)
Nom Réel : Joseph Noguero Sierra

ACTEUR

Joseph Noguero Sierra naît le 10 mars 1905 à Bordeaux, cette très ancienne cité portuaire dont le vignoble lui a donné une renommée mondiale. Joseph, comme son patronyme l’indique, a des parents d’origine espagnole. Il commence à faire des études de préparateur en pharmacie mais les abandonne très vite pour devenir comédien. Dans les années vingt, il travaille notamment les textes de Jean Giraudoux chez Louis Jouvet, puis il interprète du boulevard dans plusieurs salles parisiennes et joue «La belle nuit» de Pierre Wolff, «Le sexe faible» de Edouard Bourdet et «Le diable boiteux» de Sacha Guitry.

Au début des années trente, devenu José Noguéro, le public le découvre dans «L’arlésienne», une adaptation sans grand relief de l’œuvre de Alphonse Daudet par Jacques de Baroncelli. Il enchaîne aussitôt avec le rôle d’un jeune pêcheur dans «Maison de danse» de Maurice Tourneur, aux côtés de Gaby Morlay. Rapidement, il acquiert une certaine notoriété en jouant des jeunes premiers romantiques qui endossent bien souvent des costumes «exotiques». Nous pouvons citer: «Paris-Méditerranée» (1931) avec Annabella, «Le sexe faible» (1933) avec Marguerite Moreno, «Turandot, princesse de Chine» (1934) avec Käthe von Nagy et «Miarka, la fille à l’ours» (1937) avec Rama Tahé. En 1934, René Clair lui offre un de ses meilleurs rôles, celui du chef d’orchestre, dans «Le dernier milliardaire» avec la jeune Renée Saint-Cyr. En 1939, il interprète un jeune chrétien libanais dans «Yamilé sous les cèdres» avec Charles Vanel.

Resté à Paris pendant les deux premières années de l’occupation allemande, José Noguéro ne trouve guère d’engagement si ce n’est pour un second rôle dans «Retour de flamme» de Henri Fescourt. Le film tourné en 1942, mais qui ne sortira que l’année suivante, raconte les mésaventures d’un jeune ingénieur de l’aéronautique, avec comme vedettes principales Renée Saint-Cyr et Roger Pigaut. L’acteur décide alors de gagner l’Amérique latine comme y sont déjà partis, notamment, Louis Jouvet et sa troupe. Mais José ne semble guère y avoir fait fortune. Certains le créditent de participations à des productions à propos desquelles nous manquons de précisions. De retour en France après cinq ans d’absence, José Noguéro, réussit néanmoins à décrocher en 1947, le rôle du brigand Louis Mandrin dans «Mandrin» de René Jayet. La même année il fait partie de la distribution du film de Sacha Guitry, «Le comédien». Il retrouve le «Maître» en 1948, pour un second rôle où il montre tout son talent, celui du Duc de San Carlos, dans «Le diable boiteux» avec Lana Marconi. En 1949, il interprète Misha Bey dans «Le quatre-vingt-quatre prend des vacances» de Léo Joannon.

Dans les années cinquante, José Noguéro joue encore dans quatre productions dont: «Adhémar ou le jouet de la fatalité» de et avec Fernandel, sur un scénario de Sacha Guitry. Mais en fait, sa carrière cinématographique est quasiment terminée. On l’aperçoit encore dans «Coplan agent FX18» (1963) de Maurice Cloche et dans «Les enquiquineurs» (1965) avec Francis Blanche et Michel Serrault. En 1978, il fait une furtive réapparition dans «Le cavaleur» de Philippe de Broca, puis c’est l’adieu définitif au monde du spectacle. C’est à Bordeaux où il s’est retiré que José Noguéro décède, complètement oublié malgré sa participation à plus de quarante longs métrages, le lendemain de ses quatre-vingt-huit ans, le 11 mars 1993. Son corps est inhumé au Cimetière de la Chartreuse de cette même ville.

© Philippe PELLETIER & Caroline HANOTTE

copyright
1930L’Arlésienne – de Jacques de Baroncelli avec Blanche Montel
Maison de danses / Maison de danse – de Maurice Tourneur avec Gaby Morlay
La tendresse – de André Hugon avec Marcelle Chantal
1931Au nom de la loi – de Maurice Tourneur avec Jean Dax
Paris-Méditerranée / Le chemin du bonheur / Deux dans une voiture / On demande un compagnon – de Joe May avec Annabella
1932La fleur d’oranger – de Henry Roussel avec René Lefèvre
Ce cochon de Morin – de Georges Lacombe avec Rosine Deréan
Le roi des palaces / Le roi du Palace Hôtel – de Carmine Gallone avec Betty Stockfeld
CM Bal d’Apaches – de Jean Mamy avec Lily Zevaco
1933Les aventures du roi Pausole – de Alexis Granowsky avec Josette Day
Les aventures du roi Pausole ( die abenteuer des königs Pausole / König Pausole ) de Alexis Granowsky avec Emil Jannings
    Version allemande de « Les aventures du roi Pausole»
La dernière nuit – de Jacques de Casembroot avec Florelle
Le grand bluff – de Maurice Champreux avec Lolita Benavente
Le sexe faible – de Robert Siodmak avec Marguerite Moreno
1934Le dernier milliardaire – de René Clair avec Renée Saint-Cyr
Turandot, princesse de Chine – de Gerhardt Lamprecht & Serge Veber avec Käthe von Nagy
Le baron tzigane – de Henri Chomette avec Danièle Parola
1935La petite sauvage – de Jean de Limur avec Paulette Dubost
Sous la griffe – de Christian-Jaque avec Madeleine Ozeray
Train de plaisir – de Léo Joannon avec Saturnin Fabre
1937Miarka, la fille à l’ours – de Jean Choux avec Rama Tahé
L’occident – de Henri Fescourt avec Charles Vanel
1938Le cœur ébloui – de Jean Vallée avec Huguette Duflos
1939Le beau Danube bleu / Le Danube bleu – de Emil Edwin Reinert & Alfred Rode avec Madeleine Sologne
Yamilé sous les cèdres – de Charles d’Espinay avec Eve Francis
1942Retour de flamme – de Henri Fescourt avec Denise Grey
1943El barquillero – de ?
El camino real – de ?
Enchantement – de ?
1947Mandrin – de René Jayet avec Mona Goya
    Film en 2 parties
    1 : Le libérateur
    2 : La tragédie du siècle
Le comédien – de Sacha Guitry avec Pauline Carton
1948Le diable boiteux – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
1949Nous avons tous fait la même chose – de René Sti avec Madeleine Suffel
Le quatre-vingt-quatre prend des vacances – de Léo Joannon avec Jacqueline Porel
Interdit au public – de Fred Pasquali avec Mary Marquet
1950Cet âge est sans pitié – de Marcel Blistène avec Colette Darfeuil
1951Adhémar ou le jouet de la fatalité / Adhémar – de Fernandel avec Meg Lemonnier
1952Coiffeur pour dames – de Jean Boyer avec Renée Devillers
1954L’inspecteur connaît la musique – de Jean Josipovici avec Sidney Bechet
1963Coplan agent secret FX18 – de Maurice Cloche avec Jany Clair
1965Les enquiquineurs / Bon week-end – de Roland Quignon avec Francis Blanche
1978Le cavaleur – de Philippe de Broca avec Danielle Darrieux
Fiche créée le 8 février 2007 | Modifiée le 3 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 5402 fois
PREVIOUSNoël-Noël || José Noguéro || Philippe NoiretNEXT