CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Robert Beatty
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Josephine Baker



Date et Lieu de naissance : 3 juin 1906 (St. Louis, Missouri, USA)
Date et Lieu de décès : 12 avril 1975 (Paris, France)
Nom Réel : Frida Josephine McDonald

ACTRICE
Image
1927 La sirène des tropiques – de Henri Etiévant & Mario Nalpas avec Pierre Batcheff & Georges Melchior
Image
1934 Zouzou – de Marc Allégret avec Jean Gabin, Pierre Larquey, Yvette Lebon & Pierre Palau
Image
1935 Princesse Tam Tam – de Edmond T. Gréville avec Albert Préjean, Robert Arnoux & Viviane Romance
Image
1939 Fausse alerte – de Jacques de Baroncelli avec Georges Marchal, Micheline Presle & Lucien Baroux

Josephine Baker naît Frida Josephine McDonald, le 3 juin 1906, à St. Louis, ville fondée par les Français en 1764, dans ce qui va devenir l’état du Missouri pour les Nord-Américains. Sa mère, Carrie McDonald, modeste blanchisseuse, élève sa fille comme elle peut. Le père, batteur dans un orchestre de variétés, les a quittées. La petite Frida a une enfance misérable. Bonne à tout faire à peine âgé de huit ans, elle est serveuse dans un «night-club » à treize ans. Puis elle devient danseuse dans sa ville natale avant de se produire à New York dans des «revues noires». Mariée à quinze à William Howard Baker, elle devient Josephine Baker à la scène. En 1925, sa troupe dont fait partie Sidney Bechet, est engagée en France pour monter un spectacle «La revue nègre», au théâtre des Champs-Élysées. C’est un triomphe. Josephine est embauchée l’année suivante aux Folies Bergères où elle danse fort dévêtue et chante avec son drôle d’accent. Elle devient la coqueluche du tout Paris. On lui prête une aventure avec le romancier belge Georges Simenon. Pablo Picasso ne la trouve pas indifférente.

Elle tourne son premier film en 1926. Dans «La revue des revues» de Joe Francis, avec ses grands yeux rieurs, son sourire éclatant et son corps magnifique, elle incarne la Femme dans toute sa splendeur. L’élégant André Luguet lui donne la réplique. En 1934, la France enchantée découvre la voix de Josephine Baker dans «Zouzou» de Marc Allégret. Malgré un scénario plutôt simpliste, le film est étonnant de fraîcheur. La «Beauté Noire» arrive même à faire rire notre Jean Gabin ! Suit en 1935 «La princesse Tam Tam» de Edmond T. Gréville, avec Albert Préjean. Mais Josephine a le mal du pays, elle repart aux Etats-Unis où elle reçoit un accueil plus que mitigé. Elle redécouvre avec horreur les lois de ségrégation qui interdisent la «mixité» entre les hommes blancs et ceux de couleur, pour les mariages, les lieux de loisir, les écoles, les transports, etc. Elle préfère regagner la France. Elle épouse, en 1937, Jean Lion et devient citoyenne française. En 1939, l’artiste tourne «Fausse Alerte» de Jacques de Baroncelli, mais le film ne sortira qu’en 1945.

En 1940, quand la France est envahie par les troupes hitlériennes, Josephine Baker se réfugie dans le sud de la France. Elle donne quelques récitals. Quand les Allemands rentrent en zone dite libre, elle gagne Alger et s’engage comme auxiliaire des Forces Aériennes Françaises Libres. Elle finit la guerre avec le grade de sous-lieutenant. Elle est décorée de la médaille de la résistance et de la légion d’honneur. Après la guerre, Josephine décide, avec son nouveau mari Joe Bouillon, de s’occuper de sa famille «arc-en-ciel»: dix orphelins originaires de France, des deux Amériques, d’Asie, d’Afrique. Mais l’argent se fait rare et Josephine doit repartir en tournée. Elle fait aussi quelques télévisions notamment en Espagne. Elle continue à lutter pour l’égalité entre les hommes. Elle participe à la marche de Martin Luther King (1963) et rencontre Fidel Castro (1968).

Remariée en 1973 à l’Américain Robert Brady, Josephine Baker remonte sur scène à Paris, en 1975, mais succombe à une hémorragie cérébrale le 12 avril de la même année. Une foule immense se presse, alors qu’une messe solennelle est dite à l’église de la Madeleine. Les honneurs militaires sont rendus. Une cérémonie rarissime pour une femme exceptionnelle.

© Caroline HANOTTE

copyright
1926La revue des revues – de Alex Nalpas & Joe Francis avec André Luguet
Les femmes des Folies Bergères ( frauen von Folies Bergères ) de Max Obal avec Carl Auen
1927La sirène des tropiques – de Henri Etievant & Mario Nalpas avec Pierre Batcheff
1928 CM Le pompier des Folies Bergères – de ?
1929La folie du jour – de Joe Francis avec Léon Barte
1934Zouzou – de Marc Allégret avec Jean Gabin
1935Princesse Tam Tam – de Edmond T. Greville avec Albert Préjean
1938Moulin Rouge – de André Hugon avec Louis Baroux
1939Fausse alerte – de Jacques de Baroncelli avec Georges Marchal
1954 An jedem finger zehn – de Erik Ode avec Hans Albers
1955Carrousel des variétés ( carosello del varietà ) de Aldo Quinti & Aldo Bonaldi avec Aldo Fabrizi
Fiche créée le 8 mai 2006 | Modifiée le 23 janvier 2012 | Cette fiche a été vue 7992 fois
PREVIOUSGeorge Baker || Josephine Baker || Kenny BakerNEXT