CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de André Chaumeau
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Josette Day



Date et Lieu de naissance : 31 juillet 1914 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 27 juin 1978 (Paris, France)
Nom Réel : Josette Noële Andrée Claire Dagory

ACTRICE
Image
1933 Miss Helyett – de Hubert Bourlon & Jean Kemm avec Jim Gérald, Germaine Reuver & Fred Pasquali
Image
1939 Monsieur Brotonneau – de Alexander Esway avec Raimu, Marguerite Pierry, Saturnin Fabre & Robert Vattier
Image
1940 La fille du puisatier – de Marcel Pagnol avec Raimu, Fernandel, Fernand Charpin & Charles Blavette
Image
1945 La belle et la bête – de Jean Cocteau avec Jean Marais, Marcel André & Michel Auclair

Josette Dagory, future Josette Day, voit le jour à Paris le 31 juillet 1914. Elle tourne son premier film à cinq ans, «Âmes d’Orient» (1919) de Léon Poirier, neveu de Berthe Morisot. Elle réitère l’expérience avec «La pocharde» (1920), un mélodrame de Henri Etiévant, où elle joue l’une des filles de Jacqueline Forzane. Puis elle devient «petit rat» à l’Opéra de Paris. Un accident met fin à sa vocation de danseuse classique.

Josette Day retrouve alors le chemin des studios, en 1931, et participe en Suède à un film sonore dont le scénario écrit par Ragnar Hyltén-Cavallius, a pour cadre la Carélie (Finlande), un moment suédoise, occupée par la Russie puis l’URSS. Dans la version française filmée par Henri Fescourt sous le titre «Serments», André Burgère joue un officier prisonnier autorisé à revoir sa fiancée Maria interprétée par Madeleine Renaud. Josette Dagory change ensuite son nom en Josette Day et obtient son statut de vedette en étant dirigée la même année par Julien Duvivier dans une coproduction franco-allemande sur la vie de standardistes entre les deux pays: «Allô Berlin? Ici Paris!». En 1932, la jeune fille apparaît aux côtés de Georges Rigaud dans un burlesque, «Le champion du régiment», où un curé joué par le comique troupier Bach (créateur de «La Madelon») est contraint de se déguiser en militaire et en boxeur! L’année suivante, Josette fait encore des comédies dont «Les aventures du Roi Pausole» de Alexis Granowsky. Elle a pour partenaire André Berley et Emil Jannings dans la version germanique. Mais elle montre aussi qu’elle peut jouer des rôles plus dramatiques comme dans «Colomba» de Jacques Séverac, d’après Prosper Mérimée, avec Genica Athanasiou dans le rôle-titre. Et, sans atteindre la notoriété d’actrices comme Danielle Darrieux, Viviane Romance ou Mireille Balin, elle tourne une quarantaine de films dans les années trente.

En 1940 l’actrice, qui a remplacé Orane Demazis dans le cœur de Marcel Pagnol, descend dans le Midi pour être «La fille du puisatier» avec Raimu jouant son père et Fernandel, l’ami de toujours. Le scénario s’adapte pour expliquer le manque d’accent de la jeune femme mais surtout l’invasion allemande et l’armistice. L’on y entend d’ailleurs le discours radiodiffusé du 17 juin du Maréchal Pétain. Malgré cela, Pagnol n’est pas autorisé, par le Comité d’Organisation des Industries Cinématographiques inféodé à l’Allemagne, à terminer «La prière aux étoiles» (1941) avec Pierre Blanchar. L’activité de Josette Day reste très limitée pendant l’occupation. Elle obtient au contraire la consécration de sa carrière dans l’immédiat après-guerre grâce à Jean Cocteau qui lui donne, face à Jean Marais, deux grands rôles: celui de la Belle dans l’adaptation du conte de «La Belle et la Bête» sorti en 1946 et celui de Madeleine pour la pièce «Les parents terribles» portée à l’écran en 1947.

Josette Day qui vient d’épouser un industriel belge, met fin à sa carrière alors qu’elle n’a que trente-six ans. Elle tourne en 1950 son dernier film, «Suzanne et son marin», du Suisse Leopold Lindtberg, avec Cornel Wilde et Simone Signoret. Elle quitte ce monde près de trente ans plus tard, le 27 juin 1978, en laissant, sans doute et à jamais, dans la mémoire des cinéphiles sa blonde et hiératique beauté de la Belle confrontée à la Bête.

© Caroline HANOTTE

copyright
1919Ames d’Orient – de Léon Poirier avec Charles Dullin
1920La pocharde – de Henri Etiévant avec Jacqueline Forzane
    Sérial en 12 épisodes
    1 : Les flammes mortelles
    2 : L’enfant du crime
    3 : La mère aux sept douleurs
    4 : Un crime dans les ruines
    5 : Une lueur dans les ténèbres
    6 : Le plus grand des crimes
    7 : Les cendres du bonheur
    8 : Claire et Louise
    9 : Le fils du médecin
    10 : L’amour qui naît
    11 : Le fantôme du passé
    12 : Les châtiments
1922L’écran brisé – de René d’Auchy avec André Luguet
1931Serments – de Henri Fescourt avec André Burgère
Allô, Berlin ? Ici Paris! – de Julien Duvivier avec Georges Boulanger
CM Un bouquet de flirts – de Charles de Rochefort avec Félix Paquet
CM Trois cœurs qui s’enflamment – de Charles de Rochefort avec Félix Paquet
1932 CM Léon tout court – de Jean-Louis Bouquet avec Gaston Orbal
Le champion du régiment – de Henry Wulschleger avec Georges Rigaud
1933Miss Helyett – de Hubert Bourlon & Jean Kemm avec Jim Gérald
Les aventures du roi Pausole – de Alexis Granowsky avec André Berley
Les aventures du roi Pausole ( die abenteuer des königs Pausole / König Pausole ) de Alexis Granowsky avec Emil Jannings
    Version allemande de « Les aventures du roi Pausole»
Le couché de la mariée – de Roger Lion avec Jean Weber
Coralie et Cie – de Alberto Cavalcanti avec Pierre Bertin
Colomba – de Jacques Séverac avec Gaston Modot
C’était un musicien – de Frederic Zelnik & Maurice Gleize avec Lucien Baroux
Le barbier de Séville – de Jean Kemm & Hubert Bourlon avec Fernand Charpin
1934N’aimer que toi – de André Berthomieu avec Gaston Dubosc
Les filles de la concierge – de Jacques Tourneur avec Paul Azaïs
Bibi-la-purée – de Léo Joannon avec Georges Biscot
Aux portes de Paris – de Charles Barrois avec Armand Bernard
L’aristo – de André Berthomieu avec Raymond Cordy
Antonia, romance hongroise – de Max Neufeld & Jean Boyer avec Fernand Gravey
Mam’zelle Spahi – de Max de Vaucorbeil avec Noël-Noël
1935Une fille à papa – de René Guissart avec Jean Servais
La sonnette d’alarme – de Christian-Jaque avec Jean Murat
Son excellence Antonin – de Charles-Félix Tavano avec André Berley
Lucrèce Borgia – de Abel Gance avec Jacques Dumesnil
Jeunesse d’abord – de Claude Heymann & Jean Stelli avec Jean Aquistapace
1936Ménilmontant – de René Guissart avec Marcel Mouloudji
Club de femmes – de Jacques Deval avec Danielle Darrieux
Messieurs les ronds de cuirs – de Yves Mirande avec Saturnin Fabre
L’homme du jour – de Julien Duvivier avec Maurice Chevalier
La flamme – de André Berthomieu avec Charles Vanel
1937Sœurs d’armes – de Léon Poirier avec Thomy Bourdelle
Monsieur Bégonia – de André Hugon avec Max Régnier
1938Éducation de prince – de Alexander Esway avec Louis Jouvet
Le patriote – de Maurice Tourneur avec Harry Baur
Accord final – de Ignacy Rosenkranz avec Jules Berry
1939Les cinq sous de Lavarède – de Maurice Cammage avec Fernandel
Monsieur Brotonneau – de Alexander Esway avec Raimu
1940La fille du puisatier – de Marcel Pagnol avec Charles Blavette
1941La prière aux étoiles – de Marcel Pagnol avec Pierre Blanchar
    Inachevé
1942La croisée des chemins – de André Berthomieu avec Pierre Richard-Willm
1943Arlette et l’amour – de Robert Vernay avec André Luguet
1945La belle et la bête – de Jean Cocteau avec Jean Marais
1947La révoltée – de Marcel L’Herbier avec Victor Francen
Les parents terribles – de Jean Cocteau avec Marcel André
1949Suzanne et son marin ( swiss tour / four days leave ) de Leopold Lindtberg avec Cornel Wilde
1950 CM Coriolan – de Jean Cocteau avec Jean Marais
1951L’amour, madame – de Gilles Grangier avec François Périer
    Seulement apparition
Fiche créée le 28 février 2007 | Modifiée le 6 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 12770 fois
PREVIOUSDoris Day || Josette Day || Laraine DayNEXT