CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de C. Aubrey Smith
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Juan de Orduña



Date et Lieu de naissance : 27 décembre 1900 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 2 février 1974 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Juan de Orduña y Fernández

REALISATEUR

Juan de Orduña naît le 27 décembre 1900, à Madrid, sous la régence de Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine, mère d’Alphonse XIII, encore mineur. Le père de Juan est ingénieur. Sa mère, par atavisme familial, raffole de la musique et de la mise en scène. Le jeune homme commence à faire du théâtre. En 1924, il tourne deux films de Florián Rey inspirés de pièces musicales (« Zarzuelas ») avec l’enfant comédien Alfredo Hurtado. Mais c’est «Grand gosse» (1925) adapté par Benito Perojo, avec Suzy Vernon et Marguerite de Morlaye, qui lui permet d’accéder au vedettariat. Pour son dixième film muet, «Una aventura de cine» (1928), le comédien prend aussi la caméra. En 1929, dirigé par Francisco Elías, il est de l’aventure du premier parlant espagnol, «El misterio de la Puerta del Sol», aux côtés de Teresa Silva et Jack Castelló.

En 1935, Juan de Orduña retrouve le cinéma et Florián Rey pour une histoire de paysans aragonais: «Nobleza baturra» avec Imperio Argentina. La veille de la guerre civile, l’acteur côtoie Mari del Carmen dans un drame où honneur et vengeance vont de paire: «El cura de aldea» (1936) de Francisco Camacho. En 1939, Orduña est narrateur de «Ya viene el cortejo» court métrage de Carlos Arévalo qui montre les troupes franquistes défilant victorieuses à Madrid. Puis il tourne dans «La leyenda rota», une comédie farfelue sur le mythe de Don Quichotte.

À partir de 1941, Orduña se consacre à la mise en scène. Son premier long métrage, «Porque te vi llorar» marqué par la guerre civile, a pour thème une femme violée qui «achète un père» à son enfant. En 1942, Juan de Orduña réalise pour la compagnie CIFESA, trois immenses succès, avec Alfredo Mayo : «¡A mi la legíón!» donne une représentation romanesque de la légion étrangère espagnole, bien différente de la vision très prolétarienne de «La bandera» (1935) de Julien Duvivier avec Jean Gabin et Annabella; «El frente de los suspiros» est un mélodrame avec Antoñita Colomé; «Deliciosamente tontos», une comédie très enjouée avec Amparo Rivelles au mieux de sa forme, Alfredo Mayo toujours irrésistible pour ses admiratrices, et Fernando Freyre de Andrade extraordinaire de suffisance comique. Fort de ses réussites, le cinéaste tourne pendant trois décennies des adaptations de «romans à l’eau de rose» comme «Tuvo la culpa Adán» (1944) avec Rafael Durán; des fresques historiques: «Folies d’amour» (1948) avec Aurora Bautista ou «La leona de Castilla» (1950) avec le couple Rivelles-Mayo; des thèmes religieux: «Misión blanca» (1946) avec Julio Peña ou «Teresa de Jesùs» (1961); des œuvres musicales et surtout «Valencia» (1957) avec Sara Montiel et Armando Calvo, titre qui donne au cinéaste une notoriété internationale. Dans les années soixante, Orduña réalise un nouveau «Nobleza baturra» (1964) avec Alfredo Landa et tourne pour la télévision et le grand écran des «zarzuelas». Il adapte «La tonta del bote» (1970), avec Lina Morgan qui remplace la Josita Hernán de la version de 1939. À soixante-treize ans, il filme une dernière comédie, «Me has hecho perder el juicio ».

Juan de Orduña disparaît à Madrid, le 2 février 1974. C’est sans doute le cinéaste espagnol dont les films cumulés ont fait le plus d’entrées. Il est aujourd’hui frappé d’un certain ostracisme. Pourtant il a su respecter son public avec un style artistique très apprécié avant «la Movida».

© Caroline HANOTTE

copyright
1924La revoltosa – de Florián Rey avec Josefina Tapias
    Seulement interprétation
La chavala – de Florián Rey avec María Luz Callejo
    Seulement interprétation
1925La casa de la Troya – de Manuel Noriega & Alejandro Pérez Lugín avec Luis Peña
    Seulement interprétation
Grand gosse ( boy ) de Benito Perojo avec Suzy Vernon
    Seulement interprétation
1926Pilar Guerra – de José Buchs avec María Antonieta Monterreal
    Seulement interprétation
Los vencedores de la muerte – de Antonio Calvache avec Elena Salvador
    Seulement interprétation
1927Rocío Dalbaicín / Rocío del Albaicín / Rosa de sacrificio – de Mario Roncoroni avec Aurora Ruiz Romero
    Seulement interprétation
Estudiantes y modistillas – de Juan Antonio Cabero avec María Anaya
    Seulement interprétation
Las estrellas – de Luis R. Alonso avec Isabel Alemany
    Seulement interprétation
1928Una aventura de cine – de Juan de Orduña avec Elisa Ruiz Romero
    + interprétation
1929Rey que rabió – de José Buchs avec Amelia Muñoz
    Seulement interprétation
El misterio de la Puerta del Sol – de Francisco Elías avec Jesús Movellán
    Seulement interprétation
1935Nobleza baturra – de Florián Rey avec Imperio Argentina
    Seulement interprétation
1936El cura de aldea – de Francisco Camacho avec Pilar Muñoz
    Seulement interprétation
1939Leyenda rota – de Carlos Fernández Cuenca avec Maruchi Fresno
    Seulement interprétation & voix
CM Ya viene el cortejo... – de Carlos Arévalo
    Seulement voix
1940 DO Feria en Sevilla – de Rafael Gil
    Seulement participation à la réalisation – Non crédité & voix
La gitanilla – de Fernando Delgado avec Pilar Soler
    Seulement interprétation & scénario
Flora y Mariana – de José Buchs avec Blanca de Silos
    Seulement interprétation
CM Suite granadina – de Juan de Orduña avec Mary Paz
    + scénario
1941Porque te vi llorar – de Juan de Orduña avec Pastora Peña
    + sujet, scénario & production
1942¡ A mí la legión ! – de Juan de Orduña avec Alfredo Mayo
El frente de los suspiros – de Juan de Orduña avec Antoñita Colomé
    + scénario
Deliciosamente tontos – de Juan de Orduña avec Amparo Ribelles
    + scénario
CM Nostalgia – de Juan de Orduña avec Esmeralda de Seslavine
    + sujet & scénario
1943Fin de curso – de Ignacio F. Iquino avec Fernando Freyre de Andrade
    Seulement apparition
Rosas de otoño – de Eduardo Morera & Juan de Orduña avec María Fernanda Ladrón de Guevara
Yo no me caso – de Juan de Orduña avec Mary Cruz
    + scénario
DO Marruecos – de Arturo Pérez Camarero
    Seulement voix
1944Tuvo la culpa Adán – de Juan de Orduña avec Luchy Soto
    + scénario
La vie commence à minuit ( la vida empieza a medianoche ) de Juan de Orduña avec Marta Santaolalla
    + dialogues & scénario
Ella, él y sus millones – de Juan de Orduña avec Ana María Campoy
    + scénario
DO Artesanía marroquí – de Arturo Pérez Camarero
    Seulement voix
DO Aquel Madrid de Goya – de José María Hernández Sanjuán
    Seulement voix
1945Leyenda de feria – de Juan de Orduña avec Paola Barbara
    + scénario
1946Misión blanca – de Juan de Orduña avec Jorge Mistral
    + scénario
Un drama nuevo – de Juan de Orduña avec María Cañete
    + scénario
1947Serenata española – de Juan de Orduña avec María Martín
    + scénario
La Lola se va a los puertos – de Juan de Orduña avec María Isbert
Mi enemigo el doctor – de Juan de Orduña avec Alicia Palacios
1948Folies d’amour / Poignard et trahison / La reine folle ( locura de amor ) de Juan de Orduña avec Aurora Bautista
1949Vendaval – de Juan de Orduña avec Miriam Di San Servolo
Tempestad en el alma – de Juan de Orduña avec Julia Pachelo
Bagatelles ( pequeñeces ) de Juan de Orduña avec Sara Montiel
    + sujet & scénario
1950Augustina d’Aragon ( Agustina de Aragón ) de Juan de Orduña avec Aurora Bautista
    + scénario
La leona de Castilla – de Juan de Orduña avec Amparo Rivelles
    + scénario
1951Alba de América – de Juan de Orduña avec Antonio Vilar
    + scénario
1953Cañas y barro / La palude del peccato – de Juan de Orduña avec José Nieto
    + production
1954Zalacaín el aventurero – de Juan de Orduña avec María Francés
El padre Pitillo / O padre Piedade – de Juan de Orduña avec Valeriano León
    + production
1957Valencia ( el último culpé ) de Juan de Orduña avec Armando Calvo
    + production
1958Música de ayer / Zarzuela 1900 – de Juan de Orduña avec Ninón Sevilla
La Tirana – de Juan de Orduña avec Paquita Rico
    + production
1961Teresa de Jesús – de Juan de Orduña avec Aurora Bautista
1962El amor de los amores – de Juan de Orduña avec Mercedes Gil
1963Bochorno – de Juan de Orduña avec Diana Lorys
    + scénario
1964Nobleza baturra – de Juan de Orduña avec Alfredo Landa
    + scénario
1965Abajo espera la muerte – de Juan de Orduña avec Amedeo Nazzari
    + scénario
1967Anónima de asesinos ( himmelhunde mögen’s heiß / Jerry Land, cacciatore di spie / man on a spying trapeze / thunder mission / waterliste zur hölle ) de Juan de Orduña avec Helga Sommerfeld
    + scénario
1968Bohemios – de Juan de Orduña avec Tania Ballester
Despedida de casada – de Juan de Orduña avec Alfredo Landa
    + production
TV Maruxa – de Juan de Orduña avec Paca Gabaldón
TV Las golondrinas – de Juan de Orduña avec Tomás Blanco
1969La revoltosa – de Juan de Orduña avec Marisa Paredes
La canción del olvido – de Juan de Orduña avec José Sacristán
1970La tonta del bote – de Juan de Orduña avec Lina Morgan
El huésped del sevillano – de Juan de Orduña avec Luis Orduña
1971Et viva la révolution / Pour quelques pépites de plus / Compagneros ( ¡ viva la muerte… tua ! / killer from Yuma / don’t turn the other cheek / long live your death / zwei wilde Companeros ) de Duccio Tessari avec Franco Nero
    Seulement scénario
1972El caserío – de Juan de Orduña avec Roberto Camardiel
Al diablo con el amor – de Gonzalo Suárez avec Ana Belén
    Seulement interprétation
1973Me has hecho perder el juicio – de Juan de Orduña avec Manolo Escobar
Fiche créée le 22 mai 2006 | Modifiée le 15 juillet 2017 | Cette fiche a été vue 6779 fois
PREVIOUSManoel de Oliveira || Juan de Orduña || Frédéric de PasqualeNEXT