CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Germaine Dulac
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Judith Anderson



Date et Lieu de naissance : 10 février 1897 (Adelaide, Australie-Méridionale, Australie)
Date et Lieu de décès : 3 janvier 1992 (Santa Barbara, Californie, USA)
Nom Réel : Frances Margaret Anderson-Anderson

ACTRICE
Image
1940 Rebecca – de Alfred Hitchcock avec Laurence Olivier, Joan Fontaine & George Sanders
Image
1946 La maison rouge (the red house) de Delmer Daves avec Edward G. Robinson, Lon McCallister & Rory Calhoun
Image
1960 Cendrillon aux grands pieds (Cinderfella) de Jerry Lewis avec Jerry Lewis, Ed Wynn & Henry Silva
Image
1969 Un homme nommé Cheval (a man called Horse) de Elliott Silverstein avec Richard Harris & Jean Gascon

Fille de James et Jessie Anderson-Anderson, Judith Anderson naît le 10 février 1897 sous le nom de Frances Margaret Anderson-Anderson, à Adelaïde en Australie Méridionale où elle fait ses études à la Norwood High School. En 1915, elle fait ses débuts professionnels sous le nom de Francee Anderson, en jouant Stéphanie au «Theatre Royal» de Sydney, dans la pièce «A royal divorce» de C.C. Collingham, avec en tête d’affiche l’acteur écossais Jules Knight dans le rôle de Napoléon. Des comédiens américains de la troupe arrivent à convaincre la débutante de tenter sa chance aux États-Unis. Elle part en Californie, mais sa quête de rôles est un échec, elle déménage à New York, même manque de chance. Après une période de pauvreté, elle est enfin engagée dans la compagnie théâtrale de Emma Bunting au Théâtre de la 14ème Rue entre 1918 et 1919, puis elle part en tournée avec d’autres troupes jusqu’en 1922. Sous le nouveau nom de Frances Anderson, elle fait ses débuts à Broadway en 1923. Un an plus tard, elle adopte définitivement le nom de Judith Anderson pour son premier triomphe dans «Cobra» de Martin Brown.

Dès lors, Judith Anderson est une star à Broadway, elle le restera pendant plus de trois décennies avec des pièces comme «Behold the bridegroom» (1927/28) de George Kelly, «Le deuil sied à Électre» (1932) de Eugene O’Neill, «Macbeth» (1941/42) de Shakespeare ou «Médée» (1947/49) d’Euripide pour laquelle elle remporte son unique Tony Award en 1948. Entre-temps, elle fait une première incursion au cinéma en 1933 dans «La boule rouge» auprès de George Bancroft et rejoint l’Old Vic de Londres en 1937 pour jouer «Lady Macbeth» face à Laurence Olivier.

N’ayant pas la beauté classique des grandes vedettes hollywoodiennes, Judith Anderson a toujours évité d’apparaître dans des films jusqu’à ce qu’elle rencontre Alfred Hitchcock qui va lui proposer le rôle de sa vie. En effet en 1940, elle est choisie par le maître du suspense pour incarner Madame Danvers, la sinistre gouvernante du château de Manderley dans «Rebecca» tirée du chef-d’œuvre de Daphne du Maurier. Un rôle qui lui vaut une nomination aux Oscars en 1941. Judith Anderson enchaîne alors les personnages secondaires des films de qualités inégales. Parmi ses meilleures compositions à l’écran, nous pouvons citer la femme de la galerie d’art dans «Echec à la gestapo» (1941) avec Humphrey Bogart, Ann Treadwell la tante de Gene Tierney dans «Laura» (1944), la reine Hérodias dans «Salomé» (1953) avec Rita Hayworth, Memmet l’esclave de Néfertiti dans «Les dix commandements» (1956) avec Charlton Heston, la mère de Paul Newman dans «La chatte sur un toit brûlant» (1957) ou la vieille indienne dans «Un homme nommé Cheval» (1969) avec Richard Harris.

Dès le début des années cinquante, Judith Anderson est souvent invitée dans les shows et séries télévisées. Elle apparaît également dans les pièces filmées «Macbeth» (1960) et «Médée» (1983). Elle a été deux fois mariée et deux fois divorcée; la première fois à la fin des années 1930 brièvement avec Benjamin Lehmann, professeur d’anglais à l’Université de Berkeley puis, entre 1946 et 1951, avec Luther Greene, producteur de théâtre. En 1960, elle est élevée au rang de Dame Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique puis en 1991 Compagnon de l’Ordre d’Australie, en reconnaissance des services rendus aux arts de la scène. Elle meurt le 3 janvier 1992 à Santa Barbara.

© Pascal DONALD

copyright
1933La boule rouge ( blood money ) de Rowland Brown avec George Bancroft
1939 CM Screen snapshots series 19, No. 5: Art and artists – de Ralph Staub avec Noah Beery
    Seulement apparition
1940Rebecca – de Alfred Hitchcock avec Laurence Olivier
Forty little mothers – de Busby Berkeley avec Eddie Cantor
    + chansons
Free and easy – de George Sidney avec Robert Cummings
1941Lady Scarface – de Frank Woodruff avec Dennis O’Keefe
Echec à la gestapo ( all throught the night ) de Vincent Sherman avec Humphrey Bogart
Crimes sans châtiment ( Kings Row ) de Sam Wood avec Ronald Reagan
1942L’ange des ténèbres / Au seuil des ténèbres ( edge of darkness ) de Lewis Milestone avec Errol Flynn
1943Le cabaret des étoiles ( stage door canteen ) de Frank Borzage avec Johnny Weissmuller
    Seulement apparition
1944Laura – de Otto Preminger avec Dana Andrews
1945Les dix petits indiens ( and then there were none / ten little niggers ) de René Clair avec Walter Huston
Le journal d’une femme de chambre ( the diary of a chambermaid ) de Jean Renoir avec Hurd Hatfield
1946Specter of the rose – de Ben Hetch avec Michael Chekhov
L’emprise du crime ( the strange love of Martha Ivers ) de Lewis Milestone avec Van Heflin
La maison rouge ( the red house / no trepassing ) de Delmer Daves avec Edward G. Robinson
La vallée de la peur ( pursued ) de Raoul Walsh avec Robert Mitchum
1947Taïkoun ( tycoon ) de Richard Wallace avec John Wayne
1950Les furies ( the furies ) de Anthony Mann avec Wendell Corey
1952Salomé ( Salome / Salome : The dance of the seven veils ) de William Dieterle avec Charles Laughton
1956Les dix commandements ( the ten commandments ) de Cecil B. DeMille avec Yul Brynner
1957La chatte sur un toit brûlant ( cat on a hot tin roof ) de Richard Brooks avec Paul Newman
1960Cendrillon aux grands pieds ( Cinderfella ) de Jerry Lewis avec Jerry Lewis
1961Entrez chez moi sans frapper ( don’t brother to knock ) de Cyril Frankel avec Richard Todd
1969Un homme nommé Cheval ( a man called Horse ) de Elliott Silverstein avec Richard Harris
    Wrangler de Bronze pour son interprétation dans un film de cinéma aux Western Heritage Awards, USA
1974Inn of the damned / Death hunter / House of the western dead – de Terry Bourke avec Michael Craig
1983Star Trek III, à la recherche de Spock ( Star Trek III : The search of Spock ) de Leonard Nimoy avec William Shatner
1986Impure thoughts – de Michael A. Simpson avec Brad Dourif
    Seulement voix & narration
Fiche créée le 12 septembre 2011 | Modifiée le 24 avril 2016 | Cette fiche a été vue 2953 fois
PREVIOUSEddie Rochester Anderson || Judith Anderson || Mary AndersonNEXT