CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Paola Barbara
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jules Dassin



Date et Lieu de naissance : 18 décembre 1911 (Middletown, Connecticut, USA)
Date et Lieu de décès : 31 mars 2008 (Athènes, Grèce)
Nom Réel : Julius Dassin

REALISATEUR

Jules Dassin naît le 18 décembre 1911 à Middletown (Connecticut). Membre du fratrie de huit enfants, il grandit dans un quartier pauvre de New-York où son père Samuel, juif d’origine russe, est coiffeur-barbier. Après un séjour en Europe, Jules Dassin débute comme comédien dans un théâtre new-yorkais au répertoire yiddish et épouse en 1932 une violoniste hongroise, Béatrice Launer, bientôt mère de Julie, Richelle et Joe Dassin (1938-1980), le futur chanteur. En 1940, Jules Dassin devient assistant stagiaire à la RKO pour deux films avec Carole Lombard: «Drôle de mariage» de Garson Kanin et «Joies matrimoniales» (1941) de Alfred Hitchcock. L’apprenti cinéaste réalise ensuite pour la MGM, un court métrage original inspiré d’une nouvelle de Edgar Poe et «Agent Nazi» (1942) avec Conrad Veidt dans un double rôle de jumeaux. Puis c’est «The affairs of Martha» (1942) que Dassin considérera comme sa meilleure réalisation de l’époque tandis que la guerre revient avec «Quelque part en France» (1943) et Joan Crawford en Française cachant un aviateur allié, John Wayne. Nous préférons sans hésitation le charmant «fantôme des Canterville» (1944) alias Charles Laughton dérangé dans sa demeure ancestrale par des soldats américains menés par Robert Young.

Jules Dassin évolue ensuite vers des films très noirs dont «Les démons de la liberté» (1947), film qui révèle Burt Lancaster. Mais alors que la Guerre Froide sépare désormais les USA et l’URSS, Jules Dassin de sensibilité communiste est dénoncé par le réalisateur Edward Dmytryk à la «Commission parlementaire des Etats-Unis en charge des activités non-américaines» (HUAC). Il s’installe alors à Londres pour tourner «Les forbans de la nuit» (1950) avec Richard Widmark et Gene Tierney. Puis c’est la France et l’adaptation du «Rififi chez les hommes» (1954) de Auguste Le Breton, avec Jean Servais toujours excellent en méchant. Le cinéaste est brillamment récompensé à Cannes où il fait la connaissance de Melina Mercouri. Il dirige la jeune femme aux côtés notamment de Pierre Vaneck, Maurice Ronet, Gert Froebe, Fernand Ledoux et Dimos Starenios dans «Celui qui doit mourir» d’après «Le Christ recrucifié» de Níkos Kazantzákis, qui a pour cadre la Grèce sous l’occupation turque. Suit «La loi» (1958), une comédie grinçante avec Gina Lollobrigida, Marcello Mastroianni, Pierre Brasseur et Yves Montand.

À partir des années soixante, Jules Dassin est toujours plus influencée par la Grèce, patrie de Melina Mercouri, bientôt sa nouvelle épouse. C’est elle, Ilya, la prostituée du port du Pyrée, qui perd sa bonne humeur en suivant les conseils d’un certain Homer Thrace (alias Jules Dassin) dans ce petit bijou en noir et blanc qu’est «Jamais le dimanche» (1960). Suivront encore la transposition contemporaine de «Phèdre» (1961) avec Anthony Perkins et «Cri de femmes» (1978) qui rappelle le «Médée» d’Euripide. Parmi la filmographie de Jules Dassin, cinéaste mais aussi scénariste, acteur et parfois producteur, évoquons encore le divertissant «Topkapi» (1963) avec Peter Ustinov et «La promesse de l’aube» (1969), d’après l’œuvre autobiographique de Romain Gary avec Fernand Gravey. En 1980, le réalisateur signe son vingt-troisième et dernier long métrage, «Obsession» (1980), avec Richard Burton et Tatum O’Neal. Il se consacre ensuite à sa patrie d’adoption (Récupération des frises du Parthénon détenus par le «British Museum»).Veuf depuis 1994, Jules Dassin, cinéaste attachant, original et plein de talent, décède à Athènes presque centenaire le 31 mars 2008.

© Caroline HANOTTE

copyright
1940Drôle de mariage ( they knew what they wanted ) de Garson Kanin avec Charles Laughton
    Seulement assistant réalisateur
1941Joies matrimoniales ( Mr. And Mrs. Smith ) de Alfred Hitchcock avec Carole Lombard
    Seulement assistant réalisateur
CM Le cœur révélateur ( the tell-tale heart ) de Jules Dassin avec Joseph Schildkraut
1942Nazi agent / Salute to courage – de Jules Dassin avec Conrad Veidt
Once upon a Thursday / The affair of Martha – de Jules Dassin avec Richard Carlson
1943Quelque part en France ( reunion in France / mademoiselle France /reunion ) de Jules Dassin avec Joan Crawford
Young ideas – de Jules Dassin avec Herbert Marshall
1944Le fantôme des Canterville ( the Canterville ghost ) de Jules Dassin avec Margaret O’Brien
1945Une lettre pour Evie ( a letter for Evie ) de Jules Dassin avec John Carroll
1946Two smart people – de Jules Dassin avec Lucille Ball
1947Les démons de la liberté ( brute force ) de Jules Dassin avec Burt Lancaster
1948La cité sans voile ( the naked city ) de Jules Dassin avec Barry Fitzgerald
1949Le marché des voleurs / Les bas-fonds de Frisco ( thieve’s highway / collision / hard bargain / the thieves’ market ) de Jules Dassin avec Richard Conte
1950Les forbans de la nuit ( night and the city ) de Jules Dassin avec Richard Widmark
1952 CM The trio : Rubinstein, Heifetz and Pietigersky million dollar trio – de Jules Dassin
1954Du rififi chez les hommes – de Jules Dassin avec Jean Servais
    + interprétation & scénario
    Prix de la mise en scène au festival du cinéma de Cannes, France

    Prix de la critique du meilleur film par le syndicat français de la critique du cinéma, France

    Prix Spécial par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA ( 2000)
1957Celui qui doit mourir – de Jules Dassin avec Roger Hanin
    + scénario
    Prix OCIC – Mention Spéciale au festival du cinéma de Cannes, France

    Grand Prix du meilleur film aux prix de l’Académie du cinéma Français, France
1958La loi ( la legge / the law / where the hot wind blow ! ) de Jules Dassin avec Yves Montand
    + scénario
1960Jamais le dimanche ( pote tin kyriaki / Ποτέ την Κυριακή / never on Sunday ) de Jules Dassin avec Melina Mercouri
    + production – Non crédité, scénario & interprétation
1961Phèdre ( Phaedra / Faidra / Φαίδρα ) de Jules Dassin avec Anthony Perkins
    + scénario, interprétation & production
1963Topkapi – de Jules Dassin avec Peter Ustinov
    + production
196410 heures 30 du soir en été ( 10 :30 P.M. summer ) de Jules Dassin avec Peter Finch
    + scénario & production
1966 DO Comme un éclair ( survival 1967 / hamilchama al hashalom ) de Jules Dassin
    + scénario
1968Point noir ( up tight ! ) de Jules Dassin avec Raymond St. Jacques
    + scénario & production
DO Comme un éclair / Israël an 5727 / La guerre amère – de Jules Dassin & Irwin Shaer
    + scénario
1969La promesse de l’aube ( promise at dawn ) de Jules Dassin avec Fernand Gravey
    + scénario, interprétation & production
1973The rehearsal / I dokimi – de Jules Dassin avec Laurence Olivier
    + interprétation
1977Cri de femmes ( a dream of passion / kravyi yinekon / Κραυγή γυναικών ) de Jules Dassin avec Ellen Burstyn
    + scénario & production
1980Obsession ( circle of two ) de Jules Dassin avec Richard Burton
2004 DO The long haul of A.I. Bezzerides – de Fay Efrosini Lellios avec A.I. Bezzerides
    Seulement apparition
2005 DO Buzz – de Spiro Taraviras avec Gloria Stuart
    Seulement apparition
DO Cinéastes en action ( cineastes en acció / cineastas en acción ) de Carlos Benpar avec Woody Allen
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix CineMerit au festival du cinéma de Munich, Allemagne ( 1997 )
Fiche créée le 1 avril 2008 | Modifiée le 27 janvier 2011 | Cette fiche a été vue 7230 fois
PREVIOUSRené Dary || Jules Dassin || Patrick d’AssumçaoNEXT