CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Michael Lonsdale
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Julien Guiomar



Date et Lieu de naissance : 3 mais 1928 (Morlaix, France)
Date et Lieu de décès : 22 novembre 2010 (Agen, France)
Nom Réel : Julien Joseph Charles Marie Guiomar

ACTEUR

C’est à Morlaix, dans le Finistère, que naît Julien Guiomar, le 3 mai 1928. D’un père dentiste, il pense d’abord reprendre le flambeau mais délaisse la roulette au profit des planches, et part pour la capitale où il étudie à l’école de la Rue Blanche, où il a pour professeur Pierre Renoir, puis au cours Simon. Il aborde le théâtre dans les années cinquante et rejoint Jean Vilar au TNP afin d’y enrichir sa formation. En cinq ans, il participe à plusieurs tournées mondiales, et interprète «Le songe d’une nuit d’été» de Shakespeare, «Mère Courage» de Bertolt Brecht, ou encore «Erik XIV» d’August Strindberg.

La télévision le découvre et Julien Guiomar apparaît dans des feuilletons ainsi que dans l’émission culturelle «Le Théâtre de la jeunesse». L’acteur intéresse finalement le cinéma, et fait ses débuts dans «Le roi de cœur» (1966) de Philippe de Broca, mais il doit attendre la fin des années soixante pour se voir confier des rôles qui resteront dans les mémoires. Il est remarquable en colonel grec responsable de l’assassinat de Yves Montand dans «Z» (1968) de Costa-Gavras, en curé espagnol dans «La voie lactée» (1968) de Luis Buñuel, ainsi que dans «La fiancée du pirate» (1969) de Nelly Kaplan. Des compositions qui révèlent le talent de Julien Guiomar, en particulier dans des emplois équivoques et inquiétants. Il se révèle également très bon dans des films comme «La horse» (1969), «Borsalino» (1970) et «Les mariés de l’an II» (1970).

Julien Guiomar, qui s’impose enfin comme un second rôle de grande qualité, voit sa carrière décoller pour de bon, et alterne films populaires à succès et œuvres plus discrètes, son physique puissant et sa belle voix de ténor lui permettant de tourner aussi bien pour Claude Zidi et Georges Lautner que pour André Téchiné et Claude Sautet. Tantôt antipathique, tantôt débonnaire, il incarne un militaire dans «Décembre» (1972), film peu connu sur la guerre d’Algérie, mais on se souvient surtout de lui en commissaire dans «Adieu poulet» (1975), ainsi que dans «L’incorrigible» (1975), où il est l’irrésistible oncle de Jean-Paul Belmondo. Mais Julien Guiomar se spécialise dans des rôles de salauds à travers des drames et des policiers, mais son jeu volontiers extravagant lui offre aussi l’occasion de briller dans des comédies. Financier sans scrupules dans «Mado» (1976) puis homme d’affaires crapuleux dans «Mort d’un pourri» (1977), il connaît une certaine reconnaissance populaire grâce au rôle de Tricatel dans «L’aile ou la cuisse» (1976). «Le bar du téléphone» (1980) confirme son aisance pour les rôles de salopards et d’ordures. Par la suite, Julien Guiomar apparaît à nouveau chez Claude Zidi dans «Inspecteur la Bavure» (1980) et surtout «Les ripoux» (1984), où il interprète un truculent commissaire de police. Mais il est aussi particulièrement savoureux dans «Papy fait de la résistance» (1983) de Jean-Marie Poiré, et, dans un autre registre, on peut également l‘admirer dans «Équateur» (1983) de Serge Gainsbourg. Les films qui suivent restent plus confidentiels, mais il est étonnant en grand-père lubrique dans «Léono» (1991). Désormais, l’acteur privilégie la télévision, qu’il n’a jamais quitté.

Très grand acteur, Julien Guiomar est devenu au fil du temps un visage familier auprès du grand public, et a marqué de son incontestable présence et de sa voix tonitruante le cinéma populaire français. Son cœur le lâche le 22 novembre 2010, à Agen, dans le Lot-et-Garonne.

© Simon BENATTAR-BOURGEAY

copyright
1966Le roi de cœur – de Philippe de Broca avec Alan Bates
Ballade pour un chien – de Gérard Vergez avec Claude Génia
1967Le voleur – de Louis Malle avec Geneviève Bujold
Toutes folles de lui – de Norbert Carbonnaux avec Sophie Desmarets
La louve solitaire – de Edouard Logereau avec Michel Duchaussoy
1968Z – de Costa-Gavras avec Yves Montand
Pour un amour lointain – de Edmond Séchan avec Jean Rochefort
La voie lactée – de Luis Buñuel avec Delphine Seyrig
1969L’Auvergnat et l’autobus – de Guy Lefranc avec Fernand Raynaud
La fiancée du pirate – de Nelly Kaplan avec Bernadette Lafont
La horse – de Pierre Granier-Deferre avec Jean Gabin
1970L’étrangleur – de Paul Vecchiali avec Jacques Perrin
Borsalino – de Jacques Deray avec Alain Delon
Les mariés de l’an II – de Jean-Paul Rappeneau avec Marlène Jobert
Doucement les basses ! – de Jacques Deray avec Paul Meurisse
1972Les maffiosi ( la violenza quinto potere ) de Florestano Vancini avec Enrico Maria Salerno
Décembre – de Mohammed Lakhdar-Hamina avec Geneviève Page
1973La propriété c’est du vol ( la proprietà non e più un furto ) de Elio Petri avec Ugo Tognazzi
La raison du plus fou – de François Reichenbach & Raymond Devos avec Raymond Devos
Colinot / L’histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise – de Nina Companeez avec Brigitte Bardot
La folle de Toujane / Comment on devient un ennemi de l’intérieur – de René Vautier & Nicole le Garrec avec Micheline Welter
    Seulement voix
1974Dites-le avec des fleurs ( díselo con flores ) de Pierre Grimblat avec Francis Blanche
Aloïse – de Liliane de Kermadec avec Isabelle Huppert
Une baleine qui avait mal aux dents – de Jacques Bral avec Eddie Constantine
Bons baisers… à lundi ! – de Michel Audiard avec Maria Pacôme
La grande trouille / Tendre Dracula ( tender Dracula ) de Pierre Grustein avec Peter Cushing
La moutarde me monte au nez – de Claude Zidi avec Jane Birkin
Souvenirs d’en France – de André Téchiné avec Jeanne Moreau
À cause de l’homme à la voiture blanche – de Jean Rougeul avec Jacqueline Parent
Stavisky… / L’empire d’Alexandre ( Stavisky, il grande truffatore ) de Alain Resnais avec Charles Boyer
    Seulement voix française de Gigi Ballista
1975Section spéciale – de Costa-Gavras avec Pierre Dux
Adieu poulet – de Pierre Granier-Deferre avec Patrick Dewaere
L’incorrigible – de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo
1976Barocco – de André Téchiné avec Isabelle Adjani
L’aile ou la cuisse – de Claude Zidi avec Louis de Funès
Mado – de Claude Sautet avec Romy Schneider
1977L’animal – de Claude Zidi avec Raquel Welch
Mort d’un pourri – de Georges Lautner avec Ornella Muti
La zizanie – de Claude Zidi avec Annie Girardot
Ils sont fous ces sorciers ! – de Georges Lautner avec Renée Saint-Cyr
1978Je vous ferai aimer la vie – de Serge Korber avec Marie Dubois
Les ringards – de Robert Pouret avec Mireille Darc
Cher papa ( caro papà ) de Dino Risi avec Vittorio Gassman
Milo-Milo ( Idou i Milos, idou kai to pidima ) de Nicos Perakis avec Andréa Ferréol
1979Je suis photogénique ( sono fotogenico ) de Dino Risi avec Michel Galabru
1980Le bar du Téléphone – de Claude Barrois avec François Périer
Est-ce bien raisonnable ? – de Georges Lautner avec Miou-Miou
Inspecteur la Bavure – de Claude Zidi avec Coluche
1982Un chien dans un jeu de quilles – de Bernard Guillou avec Pierre Richard
1983Carmen – de Francesco Rosi avec Julia Migenes
Equateur – de Serge Gainsbourg avec Barbara Sukowa
Papy fait de la résistance – de Jean-Marie Poiré avec Jacqueline Maillan
1984L’arbre sous la mer – de Philippe Muyl avec Christophe Malavoy
Les ripoux – de Claude Zidi avec Philippe Noiret
1985Le matou – de Jean Beaudin avec Jean Carmet
Le débutant – de Daniel Janneau avec Francis Perrin
1986Dernier été à Tanger – de Alexandre Arcady avec Valeria Golino
Flag – de Jacques Santi avec Pierre Arditi
Bahia de tous les saints ( Jubiabá ) de Neslon Pereira dos Santos avec Grande Otelo
1987Les deux crocodiles – de Joël Séria avec Jean-Pierre Marielle
1988Terre sacrée – de Emilio Pacull avec Isabel Otero
CM La mort de Valentine – de ?
    Seulement voix & narration
DA Astérix et le coup du menhir – de Philippe Grimond
    Seulement voix
1989African timber – de Peter F. Bringmann avec Deborah Lacey
CM Lucifer et l’horloger – de Luc Lefebvre avec François Fehner
1990Plein fer – de Josée Dayan avec Serge Reggiani
DA Robinson et compagnie – de Jacques Colombat
    Seulement voix
1991Léolo – de Jean-Claude Lauzon avec Ginette Reno
1993Je m’appelle Victor – de Guy Jacques avec Micheline Presle
1997Violetta la reine de la moto – de Guy Jacques avec Daniel Prévost
Que la lumière soit – de Arthur Joffé avec Hélène de Fougerolles
1998 CM Un peut de retenue ! – de Sylvain Gillet avec Jean-Claude Dreyfus
2001J’ai faim !!! – de Florence Quentin avec Michèle Laroque
2002 CM Reptil – de Pascal Stervinou avec Marylou Couvreur
2003Clandestino – de Paule Muxel avec Isabelle Pasco
2004Un ogre à ma table – de Lionel Escama avec Rosy Varte
    Inédit
Fiche créée le 31 mars 2009 | Modifiée le 31 décembre 2013 | Cette fiche a été vue 5373 fois
PREVIOUSAlec Guinness || Julien Guiomar || Henri GuisolNEXT