CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Léon Larive
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Junie Astor



Date et Lieu de naissance : 21 décembre 1911 (Marseille, France)
Date et Lieu de décès : 22 août 1967 (Sainte-Magnance, France)
Nom Réel : Rolande Jeanne Risterucci

ACTRICE
Image
1934 Ademaï aviateur – de Jean Tarride avec Noël-Noël, Fernandel, Paul Azaïs & Sylvia Bataille
Image
1937 Passeurs d’hommes – de René Jayet avec Constant Rémy, Jean Galland, Paul Azaïs & Robert Dalban
Image
1948 Du Guesclin – de Bernard de La Tour avec Fernand Gravey, Noël Roquevert & Gisèle Casadesus
Image
1956 Mademoiselle strip-tease – de Pierre Foucaud avec Philippe Nicaud, Agnès Laurent & Dora Doll

Née le 21 décembre 1911 à Marseille, Junie Astor, de son vrai nom Rolande Risterucci, se destine à la danse classique qu’elle abandonne pour les cours du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Cette formation lui permet de débuter sur scène dans «Lundi 8 heures» au Théâtre des Ambassadeurs en 1933 où l’on retrouve également Julien Carette.

La même année, Junie Astor fait ses premiers pas au cinéma dans «D’amour et d’eau fraîche» avec Fernandel. La très belle débutante se fait remarquer dans «Ademaï aviateur» (1934) de Jean Tarride avec Noël-Noël. Dès lors, elle accumule les petits rôles dans «Tovarich» (1934) de Jacques Deval avec André Lefaur et Irène de Zilahy, «Mayerling» (1936) de Anatole Litvak ou «Les bas-fonds» (1936) de Jean Renoir auprès de Jean Gabin et Louis Jouvet. Toujours en 1936, elle est la partenaire de Pierre Blanchar dans «Le coupable» de Raymond Bernard, interprétation qui lui vaut d’être la première lauréate du Prix Suzanne Bianchetti, actrice célèbre du cinéma muet dont le prix décerné à une jeune actrice à l’avenir prometteur fut créé par son mari le journaliste René Jeanne. Junie Astor est sollicitée par des réalisateurs importants de l’époque comme Jean Boyer pour l’adaptation de «Noix de coco» (1939) de Marcel Achard avec Raimu et Marie Bell ou Henri Decoin pour «Battement de cœur» (1940) avec Danielle Darrieux et Claude Dauphin mais elle doit toujours se contenter de seconds rôles. Elle tente sa chance en Italie dans des films qui ne franchissent pas les Alpes. En 1943, elle apparaît dans «L’éternel retour» de Jean Delannoy avec Madeleine Sologne et Jean Marais.

En mars 1942, Junie Astor avec Suzy Delair, Albert Préjean et Viviane Romance fait partie du «train de la honte» pour Berlin à l’occasion de la présentation de «Premier rendez-vous» de Henri Decoin avec Danielle Darrieux et de la visite des studios cinématographique de la capitale allemande. Si la présence de Danielle Darrieux se justifie pour faciliter la libération de son mari Porfirio Rubirosa, on peut s’étonner que ces acteurs sous contrat avec la firme «Continental» acceptent de participer à cette mascarade destinée à valoriser le régime nazi. À la Libération, elle compose l’épouse de Du Guesclin, interprété par Fernand Gravey, dans le film éponyme de Bernard de La Tour. Avec ce réalisateur qui devient son époux, ils fondent la société «Astor Production» mais cette nouvelle fonction prometteuse s’avère sans lendemain. Néanmoins, elle partage l’affiche avec Raymond Pellegrin dans «Coupable?» (1950) et s’aventure dans la comédie franchouillarde «Les truands» (1956) de Carlo Rim avec Eddie Constantine, Noël-Noël et Jean Richard. L’actrice est dirigée par Maurice Boutel dans «Interpol contre X» (1960) et «L’homme de l’Interpol» (1965), deux films policiers de série B qui n’apportent rien de plus à sa carrière. Dans les années cinquante, on la retrouve également au théâtre dans «Ombre chère» (1952) de Jacques Deval avec Robert Lamoureux. Délaissée par la profession, Junie se lance dans l’exploitation de salles de cinéma sur les boulevards parisiens avec «L’Astor» puis «Le Rio Opéra».

Alors qu’elle achève «Joe Caligula» (1966) de José Bénazéraf avec Gérard Blain qui reste interdit deux ans par la censure, Junie Astor décède à l’âge de soixante-cinq ans dans un accident de voiture le 22 août 1967 à Sainte-Magnance dans l’Yonne puis est inhumé au cimetière de Bagneux.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1933D’amour et d’eau fraîche – de Félix Gandéra avec Fernandel
Etienne – de Jean Tarride avec Jacques Baumer
1934Ademaï aviateur – de Jean Tarride avec Noël-Noël
Joli monde – de René Le Hénaff avec Georges Rigaud
1935Tovaritch – de Jacques Deval, Germain Fried, Jean Tarride & Victor Trivas avec Pierre Renoir
Stradivarius – de Géza von Bolváry & Albert Valentin avec Pierre Richard-Willm
La garçonne – de Jean de Limur avec Suzy Solidor
Mayerling – de Anatole Litvak avec Charles Boyer
1936Toi, c’est moi – de René Guissart avec Saturnin Fabre
Le coupable – de Raymond Bernard avec Pierre Blanchar
    Prix Suzanne Bianchetti pour son interprétation de la meilleure révélation de l’année, France

Club de femmes – de Jacques Deval avec Danielle Darrieux
La bête aux sept manteaux – de Jean de Limur avec Jules Berry
Au service du tsar – de Pierre Billon avec Véra Korène
Les bas-fonds – de Jean Renoir avec Louis Jouvet
1937Police mondaine – de Michel Bernheim & Christian Chamborant avec Charles Vanel
Passeurs d’hommes – de René Jayet avec Paul Azaïs
Monsieur Breloque a disparu – de Robert Péguy avec Lucien Baroux
27 Rue de la Paix – de Richard Pottier avec Julien Carette
1938Entente cordiale – de Marcel L’Herbier avec Victor Francen
Petite peste – de Jean de Limur avec René Lefèvre
Adrienne Lecouvreur – de Marcel L’Herbier avec Yvonne Printemps
1939Noix de coco – de Jean Boyer avec Raimu
Deuxième bureau contre kommandantur – de René Jayet & Robert Bibal avec Léon Mathot
Quartier latin – de Pierre Colombier avec Yves Deniaud
Tutto per la donna – de Mario Soldati avec Enzo Biliotti
Un mare di guai – de Carlo Ludovico Bragaglia avec Paolo Stoppa
Il carnevale di Venezia – de Giacomo Gentilomo & Giuseppe Adami avec Cesco Baseggio
1940Battement de cœur – de Henri Decoin avec Claude Dauphin
1941Fromont jeune et Risler aîné – de Léon Mathot avec Mireille Balin
Patrouille blanche / Le mystérieux monsieur Way – de Christian Chamborant avec Sessue Hayakawa
1943L’éternel retour – de Jean Delannoy avec Jean Marais
1944L’invité de la onzième heure – de Maurice Cloche avec Roger Pigaut
Coupable ? – de Yvan Noé avec Raymond Pellegrin
1945Triple enquête – de Claude Orval avec Suzy Prim
1946Les beaux jours du roi Murat ( l’eco della gloria / sorridete maestà ) de Théophile Pathé avec Alfred Adam
L’homme de la nuit – de René Jayet avec Fernand Fabre
1947La dame d’onze heures – de Jean Devaivre avec Pierre Renoir
Cargaison clandestine – de Alfred Rode avec Käthe von Nagy
1948L’échafaud peut attendre – de Albert Valentin avec Paul Bernard
Piège à hommes – de Jean Loubignac avec Albert Préjean
Du Guesclin – de Bernard de La Tour avec Fernand Gravey
1949La souricière – de Henri Calef avec François Périer
Un certain monsieur – de Yves Ciampi avec René Dary
1950Coupable ? – de Yvan Noé avec Raymond Pellegrin
La belle image – de Claude Heyman avec Franck Villard
1951Boite de nuit – de Alfred Rode avec Louis Seigner
1954Escalier de service – de Carlo Rim avec Mischa Auer
1956Mademoiselle strip-tease – de Pierre Foucaud avec Philippe Nicaud
Les truands – de Carlo Rim avec Eddie Constantine
1957La peau de l’ours – de Claude Boissol avec Jean Richard
Isabelle a peur des hommes – de Jean Gourguet avec Roger Dumas
1958Les violents – de Henri Calef avec Paul Meurisse
1960Interpol contre X – de Maurice Boutel avec Howard Vernon
1961Cadavres en vacances / Pas si folles les guêpes – de Jacqueline Audry avec Noël Roquevert
1965L’homme de l’Interpol – de Maurice Boutel avec Hubert Noël
1966Joe Caligula, du suif chez les dabes / Joe Caligula – de José Bénazéraf avec Gérard Blain
Fiche créée le 24 octobre 2009 | Modifiée le 2 juin 2014 | Cette fiche a été vue 5246 fois
PREVIOUSNils Asther || Junie Astor || Mary AstorNEXT