CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jeff Musso
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Karin Hardt



Date et Lieu de naissance : 28 avril 1910 (Altona, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 5 mars 1992 (Berlin, Allemagne)
Nom Réel : Karin Therese Meta Hardt

ACTRICE
Image
1932 Huit jeunes filles en bateau (acht mädels im boot) de Erich Waschneck avec Theodor Loos
Image
1933 Abel et son harmonica (Abel mit der mundharmonika) de Erich Waschneck avec Hans Brausewetter
Image
1937 L’amour suit des chemins étranges (liebe geht seltsame wege) de Hans H. Zerlett avec Karl Ludwig Diehl
Image
1940 Erika (sommer, sonne, Erika) de Rolf Hansen avec Paul Klinger, Fritz Genschow & Beppo Brem

Fille de commerçants Hambourgeois, Karin Therese Meta Hardt voit le jour le 28 avril 1910, à Altona, ville de la banlieue de Hambourg, dans l’Empire Allemand. Après ses études, la jeune fille, passionnée de théâtre et de littérature, décide de devenir actrice. Elle fréquente alors les cours d’art dramatique au théâtre de Hambourg. À la fin des années vingt, elle obtient son premier engagement sur la scène du théâtre de Rheydt-Moenchengladbach.

En 1931, après un test concluant pour Carl Boese, Karin Hardt débute au cinéma sous sa direction dans «Vater geht auf reisen» aux côtés de Lissy Arna. Elle acquiert rapidement une grande notoriété et devient une des vedettes les plus en vue de l’écran germanique. Parmi ses plus grands succès, nous pouvons citer: «Huit filles dans un bateau» (1932) de Erich Waschneck, «Un certain Monsieur Grant» (1933) de Gerhardt Lamprecht, «Rhapsodie d’amour» (1935) de Carmine Gallone et «Port Arthur» (1936) de Nicolas Farkas. Pour ce dernier film, face à Anton Walbrook, Karin interprète le rôle principal pour la version allemande et Danielle Darrieux celui de la version française.

Pendant la seconde guerre mondiale, Karin Hardt évite tout engagement compromettant, malgré les demandes pressantes des autorités culturelles nazies. De ce fait, les propositions se raréfient au profit d’autres stars moins regardantes sur le contenu des scénarios. La mode est alors à la propagande et au patriotisme outrancier. On peut malgré tout, admirer sa blondeur et ses beaux yeux bleus dans quelques jolis rôles, notamment dans «Kamaraden» (1940), aux côtés de Willy Birgel, puis dans «Sein sohn» (1941) avec Fritz Odemar et «Via Mala» avec Viktor Staal.

Après la guerre, Karin Hardt s’éloigne progressivement des plateaux de cinéma. En 1949, elle interprète sa dernière grande prestation en tête d’affiche, dans «Madonna in ketten» aux côtés de Lotte Koch et de Elisabeth Flickenschildt. Elle se consacre ensuite essentiellement à la scène. Elle revient parfois devant les caméras pour jouer des rôles secondaires. En 1954, elle interprète la Reine dans «Dornröschen», un conte fantastique de Fritz Genschow, puis, en 1961, elle n’est qu’une silhouette face à Kirk Douglas dans «Ville sans pitié» de Gottfriedt Reinhardt.

En 1979, elle apparaît une dernière fois au cinéma, dans «Gigolo» de David Hemmings entourée par une pléiade de stars, parmi lesquelles: David Bowie, Marlene Dietrich, Kim Novak et Maria Schell. Par la suite, Karin Hardt revient en force sur le devant de la scène par l’intermédiaire du petit écran. Le public la redécouvre dans plusieurs séries ou téléfilms très populaires. De 1985 à 1986, elle incarne Käthi dans la célèbre série «La clinique de la Forêt Noire», puis de 1986 à 1992, elle est la mère de l’avocat Robert Liebling, interprété par Manfred Krug, dans «L’avocat», une autre série à succès.

En 1991, après une ultime interprétation pour la télévision, aux côtés de Ivan Desny et Inge Meysel, dans «Mrs. Harris und der heiratsschwindler», Karin Hardt est victime d’une hémorragie cérébrale. Elle décède le 5 mars 1992, à Berlin Ouest.

© Philippe PELLETIER

copyright
1931Vater geht auf reisen – de Carl Boese avec Kurt Gerron
1932An heiligen wassern – de Erich Waschneck avec Hans Adalbert Schlettow
Huit jeunes filles en bateau ( acht mädels im boot / Seeschwalben ) de Erich Waschneck avec Theodor Loos
CM Scherben bringen glück – de Curt Bois avec Leo Sloma
1933Les mains qui guérissent / Des mains dans l’ombre ( hände aus dem dunkel ) de Erich Waschneck avec Walter Rilla
Die blonde Christl – de Franz Seitz avec Joe Stöckel
Un certain monsieur Grant ( ein gewisser herr Gran ) de Gerhardt Lamprecht avec Hans Albers
Abel et son harmonica ( Abel mit der mundharmonika / eine frau fällt vom himmel ) de Erich Waschneck avec Hans Brausewetter
1934Le chant d’amour / C’est beau d’être aimé ( schön ist es, verliebt zu sein ) de Walter Janssen avec Jakob Tiedtke
L’amour et le premier chemin de fer ( die liebe und die erste eisenbahn ) de Hasso Preis avec Fritz Kampers
Entre elle et lui ( zwischen himmel und erde / liebe lässt sich nicht erzwingen ) de Frank Seitz avec Attila Hörbiger
Toutes les femme ont un secret ( jede frau hat ein geheimnis ) de Max Obal avec Hans Söhnker
Le fanion des sept braves / Hermine et les sept lurons ( Hermine und die sieben aufrechten / das fähnlein der sieben Aufrechten ) de Frank Wisbar avec Heinrich George
La vierge folle ( die törichte jungfrau ) de Richard Schneider-Edenkoben avec Paul Bilt
Barcarole – de Gerhardt Lamprecht avec Rudolf Klein-Rogge
1935Rhapsodie d’amour ( wenn die musik nicht wär / der kraft-mayr / das lied der liebe ) de Carmine Gallone avec Harry Hardt
1936Arzt aus leidenschaft – de Hans H. Zerlett avec Franz Weber
Port Arthur – de Nicolas Farkas & Josef Gielen avec Anton Walbrook
Liebeserwachen – de Herbert Maisch avec Angelo Ferrari
Der abenteurer von Paris – de Karl Heinz Martin avec Peter Voß
1937L’amour suit des chemins étranges ( liebe geht seltsame wege ) de Hans H. Zerlett avec Carl Ludwig Diehl
Daphne und der diplomat – de Robert A. Stemmle avec Hans Nielsen
Die umwege des schönen Karl – de Carl Froelich avec Heinz Rühmann
L’homme ne peut pas dire non ( der mann der nicht nein sagen kann / mein schönster tag ) de Mario Camerini avec Karl Ludwig Diehl
Se marier, mais avec qui ? ( heiraten, aber wen? / die falsche katze / verliebte herzen ) de Carl Boese avec Paul Hörbiger
1938La femme au carrefour ( asszony a válaszúton / die frau am Scheidewege ) de Josef von Báky avec Ewald Balser
Stärker als die liebe – de Joe Stöckel avec Erik Ode
Pierre joue avec le feu ( Peter spielt mit dem feuer / der vertauschte ehemann ) de Joe Stöckel avec Hans Holt
Menschen von varieté – de Josef von Báky avec Hans Moser
1939Faux coupables ( dein leben gehört mir ) de Johannes Meyer avec Harald Paulsen
Carnaval ( fasching ) de Hans Schweikart avec Gustav Waldau
1940Kameraden / Ritt zwischen den fronten – de Hans Schweikart avec Alexander Golling
Fête de famille ( familienanschluß ) de Carl Boese avec Fritz Odemar
Erika / Eté, soleil, Erika ( sommer, sonne, Erika ) de Rolf Hansen avec Paul Klinger
Un drôle de couple ( männerwirtschaft ) de Johannes Meyer avec Paul Henckels
1941Son fils ( sein sohn ) de Peter Paul Brauer avec Otto Wernicke
1942Liebe, leidenschaft und leid / Anna, die magd – de Josef A. Holmann avec Adolf Fischer
1943Via Mala ( die strasse des Bösen ) de Josef von Báky avec Viktor Staal
1944L’hôtel du mariage ( das hochzeitshotel ) de Carl Boese avec René Deltgen
Schicksal am strom – de Heinz Paul avec Richard Häussler
Une belle famille ( danke, es geht mir gut / eine rezende familie ) de Erich Waschneck avec Sonja Ziemann
1945Ein mann wie Maximilian – de Hans Deppe avec Wolf Albach-Retty
Vier treppen rechts sein – de Kurt Werther avec Paul Klinger
1949Madonna in ketten – de Gerhardt Lamprecht avec Paul Heidemann
1950Der dorfmonarch – de Joe Stöckel avec Adrian Hoven
1954Dornröschen – de Fritz Genschow avec Gert Reinholm
1955Um thron und liebe / Sarajewo – de Fritz Kortner avec Luise Ullrich
Die toteninsel – de Victor Tourjansky avec Willy Birgel
Suchkind 312 – de Gustav Machatý avec Paul Klinger
1957Terminus amour ( endstation liebe ) de Georg Tessler avec Horst Buchholz
1961Ville sans pitié ( town without pity ) de Gottfried Reinhardt avec Kirk Douglas
1978Gigolo ( schöner gigolo, amer gigolo / just a gigolo ) de David Hemmings avec David Bowie
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1983 )
Fiche créée le 10 juin 2005 | Modifiée le 23 septembre 2015 | Cette fiche a été vue 5759 fois
PREVIOUSHarry Hardt || Karin Hardt || Oliver HardyNEXT