CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Marian Nixon
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Karin Petersen



Date et Lieu de naissance : 27 mars 1945 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 1er avril 1982 (Paris, France)
Nom Réel : Karine Nicole Raphaëlle Petersen

ACTRICE

D’origine danoise, Karin Petersen, dont le prénom est orthographié Karine à l’Etat civil, est née le 27 mars 1945 à Paris. Peu après sa naissance, elle est officiellement adoptée par le nouveau mari de sa mère et s’appelle désormais Karine Lépine. À la fin des années soixante, elle effectue ses premiers pas en tant que comédienne sur les scènes des théâtres parisiens et reprend son nom de naissance. Elle joue dans deux pièces de Jean Anouilh «Pauvre Bitos» (1967) avec Michel Bouquet et «L’alouette» (1968) avec Suzanne Flon. En 1969, elle est la partenaire de Jean Poiret et Michel Serrault dans l’adaptation du «Vison voyageur» de Ray Cooney et John Chapman.

Entre-temps, Karin Petersen fait ses débuts sur le grand écran en 1968 dans «Delphine», une comédie dramatique de Eric Le Hung dont Dany Carrel est la vedette avec également Maurice Ronet, Frédéric de Pasquale et Paul Guers qui devient son compagnon, mais c’est la télévision qui va lui apporter la notoriété. Elle joue dans un épisode de la série «Les cinq dernières minutes» (1969) avec Raymond Souplex dans le rôle du Commissaire Bourrel. Mais pour une génération de téléspectateurs, elle reste l’héroïne de «La dame de Monsoreau» (1971) de Yannick Andréi d’après l’œuvre de Alexandre Dumas adaptée par Claude Brûlé. Cette série composée de sept épisodes dont l’action se déroule sous le règne d’Henri II, remporte un franc succès. Karin Petersen incarne Diane de Méridor convoitée par trois hommes le comte de Monsoreau, le duc d’Anjou et Louis de Bussy respectivement interprétés par François Maistre, Gérard Berner et Nicolas Silberg. Cette production fait l’objet d’un remake sous la forme d’un téléfilm en deux parties en 2007 où la comédienne espagnole Esther Nubiola reprend son rôle.

Cette reconnaissance professionnelle lui permet d’être sollicitée par le cinéma. Karin Petersen est l’une des principales protagonistes des films érotiques «Le feu aux lèvres» (1972) de Pierre Kalfon avec Olga-Georges Picot, «Tamara ou Comment j’ai enterré ma vie de jeune fille» (1974) de Michel Berkowitch et «Spermula» (1975) de Charles Matton avec Udo Kier. En 1973, elle participe à la production franco-italienne «Lucky Luciano» réalisée par Francesco RosiGian Maria Volonté incarne le célèbre gangster, figure mythique de la mafia italienne. La même année, elle est également à l’affiche des «Quatre Charlots Mousquetaires» et de «À nous quatre Cardinal!» une comédie de cape et d’épée dirigée par André Hunebelle où elle incarne Milady face aux Charlots en mousquetaires puis apparaît dans un épisode de la série «Arsène Lupin» (1973) avec Georges Descrières.

Par la suite, ses rôles se raréfient exceptés sur le petit écran. Claude Brûlé l’engage pour «Le siècle des Lumières» (1975) avec Micheline Boudet et Karin Petersen obtient un second rôle dans le feuilleton «Le cœur au ventre» (1976) de Robert Mazoyer avec Sylvain Joubert et Guy Marchand. Ce statut précaire la conduit à accepter un emploi d’hôtesse d’accueil à l’aéroport de Roissy. Mais le sort va s’acharner sur sa vie personnelle, elle est atteinte d’un cancer de l’utérus et est victime d’une agression sexuelle. En juin 1981, elle commet l’imprudence d’inviter à son domicile un guitariste rencontré dans la rue qui la viole. Ce traumatisme la conduit à commettre l’irréparable, elle se suicide le 1er avril 1982 à Paris. Elle est inhumée à Bourg-la-Reine.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1968Delphine – de Eric Le Hung avec Maurice Ronet
1972Le feu aux lèvres – de Pierre Kalfon avec Bernard Verley
1973Lucky Luciano ( a proposito Lucky Luciano / re Lucky Luciano ) de Francesco Rosi avec Gian Maria Volonté
Les quatre Charlots mousquetaires – de André Hunebelle avec Gérard Rinaldi
À nous quatre, cardinal – de André Hunebelle avec Gérard Filipelli
1974Tamara ou comment j’ai enterré ma vie de jeune fille – de Michel Berkowitch avec Max Montavon
1975Spermula – de Charles Matton avec Udo Kier
Fiche créée le 4 novembre 2011 | Modifiée le 4 novembre 2011 | Cette fiche a été vue 15799 fois
PREVIOUSSusan Peters || Karin Petersen || Roland PetitNEXT