CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Sally Eilers
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Leopoldine Konstantin



Date et Lieu de naissance : 12 mars 1886 (Brünn, Empire Austro-Hongrois)
Date et Lieu de décès : 14 décembre 1965 (Vienne, Autriche)
Nom Réel : Leopoldine Eugenie Amelie Konstantin

ACTRICE
Image
1918 Lola Montès (Lola Montez) de Robert Heymann avec Alfred Abel & Hans Wassmann
Image
1934 Turandot, princesse de Chine (prinzessin Turandot) de Gerhardt Lamprecht avec Käthe von Nagy
Image
1935 Les deux rois (der alte und der junge könig) de Hans Steinhoff avec Emil Jannings & Werner Hinz
Image
1946 Les enchaînés (notorious) de Alfred Hitchcock avec Cary Grant, Ingrid Bergman & Claude Rains

C’est le 12 mars 1886 que naît Leopoldine Konstantin à Brünn, ville morave de l’Empire d’Autriche-Hongrie, aujourd’hui Brno en Tchéquie. Après avoir suivi les cours de théâtre de Alexander Strakosch, qu’elle épouse en 1906 (le père de son fils unique qui va mourir lors d’un bombardement sur Londres pendant la Seconde Guerre Mondiale), elle débute sur scène en 1907 sous la direction de Max Reinhardt. La jeune comédienne remporte son premier grand succès en 1910 dans «Gawän: Ein Mysterium» d’Eduard Stuckens. Au début de l’année 1912, elle est aussi une des interprètes aux Etats-Unis de «Sumurun» au Casino Theatre de Broadway.

Selon certaines sources, Leopoldine Konstantin aurait abordé le Septième Art avec une adaptation filmée de «Sumurun» par Max Reinhardt en 1910. Quoi qu’il en soit, c’est à partir de 1912 que sa carrière de vedette du cinéma allemand démarre réellement. Elle est alors l’interprète de, entre autres, «Gebannt und erlöst» (1912) de Heinrich Bolten-Baeckers, «L’île des bienheureux» (1913) de Max Reinhardt, «Kleine weisse sklaven» (1914) de Oskar Ludwig Brandt, «Die zerbrochene puppe» (1914) de Hans Oberländer, «Das Wiegenlied» (1915) de Max Mack, «Le vol du radium» (1915) de Louis Neher, «Eine nacht in der Stahlkammer» (1917) de Felix Basch, «Der onyxkopf» (1917) de Joe May, «Lola Montès» (1918) de Robert Heymann, «Der volontär» (1918) de Alwin Neuss, «Der verrat der gräfin Leonie» (1919) de Emil Justitz, «Der shawl der Kaiserin Katharina II» (1920) de Karl Halden, «Präsident Barrado» (1920) de Erik Lund,… Elle tient en outre le rôle féminin principal du film hongrois «A Tancosnö» dirigé par de Márton Garas en 1918.

Après «Le roi d’argent» (1921) un film en cinq volets signé Erik Lund, Leopoldine Konstantin délaisse les plateaux de tournage et se consacre uniquement au théâtre durant une dizaine d’années avec des pièces comme «Maria Stuart» de Friedrich Schiller en 1924 ou encore «The constant wife» de Somerset Maugham en 1928. Au début des années trente, elle fait son retour dans les salles obscures et, jusqu’en 1937, travaille dans les studios allemands et autrichiens, où on lui offre des rôles adaptés à son âge et à son talent. On peut ainsi la voir dans, par exemple, «Une saison au Caire» (1933) de Reinhold Schünzel; «Je marie maman» (1934) de Carl Boese; «Turandot, princesse de Chine» (1934) de Gerhardt Lamprecht, avec Käthe von Nagy dans le rôle-titre; «Jonny haute couture» (1935) de Erich Holder et Heinz Kenter; «Les deux rois» (1935) de Hans Steinhoff, avec Emil Jannings dans le rôle du roi de Prusse Frédéric-Guillaume 1er; «Pensionnat de jeunes filles» (1936) de Géza von Bolváry.

Leopoldine Konstantin divorce de son second mari, l’auteur hongrois Geza Herczeg, et émigre au moment de l’Anschluss, d’abord en Angleterre, puis aux USA, où elle clôt sa filmographie avec «Les enchaînés» (1946) de Alfred Hitchcock, dans lequel elle incarne avec brio la mère machiavélique de Claude Rains. Elle revient ensuite s’installer en Autriche, où elle termine son parcours professionnel en se produisant sur les planches et à la radio. Elle passe les dernière années de sa vie auprès de sa fille adoptive Elisabeth Herczeg à son domicile de l’arrondissement viennois d’Hietzing. C’est là qu’elle s’éteint le 14 décembre 1965, victime d’une crise cardiaque. Elle est inhumée au cimetière central de Vienne.

© Marlène PILAETE & Pascal DONALD

copyright
1910Sumurûn – de Max Reinhardt avec Bertha Wiesenthal
1912Europäisches sklavenleben – de Frederic Zelnik avec Ludwig Hartau
Die hand des schicksals – de Eugen Illes
Gebannt und erlöst – de Heinrich Bolten-Baeckers
1913L’île des bienheureux ( die insel der seligen ) de Max Reinhardt avec Ernst Hofmann
CM Père et fils ( vater und sohn ) de Alfred Halm avec Paul Heidemann
CM Coupable ( schuldig ) de Hans Oberländer avec Harry Liedtke
1914Kleine weisse sklaven – de Oskar Ludwig Brandt avec Rosa Valetti
CM Die zerbrochene puppe – de Hans Oberländer avec Albert Paulig
1915Die tänzerin – de Georg Jacoby
Das wiegenlied / Arpád szomory – de Max Mack avec Rudolf Schildkraut
1916Le vol du Radium ( der Radiumraub ) de Louis Neher avec Hans Mierendorff
1917Der onyxknopf – de Joe May & Hans Oberländer avec Fritz Schulz
Eine nacht in der stahlkammer – de Felix Basch avec Heinrich Peer
Aus vergessenen akten – de ?
1918Der volontär – de Alwin Neuss avec Max Ruhbeck
Lola Montès ( Lola Montez ) de Robert Heymann avec Alfred Abel
A táncosnö – de Márton Garas avec Emil Fenyvessy
1919Lilli ( en gesellschaftsbild aus Berlin W ) de Jaap Speyer avec Reinhold Schünzel
Lillis ehe – de Jaap Speyer avec Charles Willy Kayser
Der verrat der gräfin Leonie – de Emil Justitz
1920Peut-on tuer les idées ? ( können gedanken töten ? / gefesselte menschen ) de Alfred Tostary avec Erich Kaiser-Titz
Christian Wahnschaffe, 1ère partie ( Christian Wahnschaffe 1. Teil : Weltbrand ) de Urban Gad avec Conrad Veidt
Der shawl der kaiserin Katharina II – de Karl Halden avec Charles Willy Kayser
Präsident Barrada / Tragödie eines glücksritters – de Erik Lund avec Karl Platen
1921Le roi d’argent, 1ère partie ( der silberkönig. 1. Der 13 marz ) de Erik Lund avec Bruno Kastner
Le roi d’argent, 2ème partie ( der silberkönig. 2. Der mann der tat ) de Erik Lund avec Eva Peyer
Le roi d’argent, 3ème partie ( der silberkönig. 3. Claim 36 ) de Erik Lund avec Hanni Reinwald
Le roi d’argent, 4ème partie ( der silberkönig. 4. Rochesterstreet ) de Erik Lund avec Hermann Picha
1932Une idée de génie / Une idée folle ( ein toller einfall ) de Kurt Gerron avec Max Adalbert
1933Une saison au Caire ( saison in Kairo ) de Reinhold Schünzel avec Willy Fritsch
Le fruit vert / La jeune veuve de Vienne ( Csibi, der fratz / früchtchen ) de Max Neufeld avec Hermann Thimig
Es tut sich was um mitternacht / Ein màdel mit tempo – de Robert A. Stemmle avec Oskar Sima
1934Je marie maman / La veuve amoureuse ( liebe dumme mama ) de Carl Boese avec Theo Lingen
Turandot, princesse de Chine ( prinzessin Turandot ) de Gerhardt Lamprecht avec Käthe von Nagy
1935Les deux rois ( der alte und der junge könig / der alte und der junge könig – Friedrichs des grossen jugend ) de Hans Steinhoff avec Emil Jannings
Jonny haute couture ( frischer wind aus Kanada / Jonny räumt auf ) de Erich Holder & Heinz Kenter avec Hans Brausewetter
1936Pensionnat de jeunes filles ( mädchenpensionat / prinzessin Dagmar ) de Géza von Bolváry avec Attila Hörbiger
Passeport pour l’amour ( und du mein schatz fährst mit ) de Georg Jacoby avec Marika Rökk
1937Un autre monde ( andere welt / die dame von Malakka ) de Marc Allégret & Alfred Stöger avec Karl Ludwig Diehl
1946Les enchaînés ( notorious / Alfred Hitchcock’s notorious ) de Alfred Hitchcock avec Cary Grant
Fiche créée le 23 septembre 2014 | Modifiée le 25 septembre 2014 | Cette fiche a été vue 2021 fois
PREVIOUSIbrahim Koma || Leopoldine Konstantin || Hilde KörberNEXT