CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Max Mack
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lilian Harvey



Date et Lieu de naissance : 19 janvier 1906 (Londres, Royaume-Uni)
Date et Lieu de décès : 27 juillet 1968 (Antibes, France)
Nom Réel : Lilian Helen Muriel Harvey

ACTRICE

Lilian Helen Muriel Harvey voit le jour le 19 janvier 1906, à Hornsey, un quartier de Londres. Le père de la fillette est un allemand naturalisé anglais et sa mère est anglaise. Certaines sources la font naître «Lilian Pape», mais son acte de décès antibois, est la seule preuve officielle sur ses origines. Au début de juillet 1914, la famille décide de passer les vacances en Allemagne et en Suisse et d’en profiter pour rendre visite à quelques familiers et amis. La déclaration de guerre vient les surprendre et il leur est impossible de retourner en Angleterre. Pendant la durée du conflit, Lilian poursuit ses études à Berlin, puis elle se rend en Suisse, où elle s’intéresse à la peinture. La guerre terminée, elle fréquente l’école de danse du Stadtsoper de Berlin et obtient des engagements comme danseuse en Hongrie et en Autriche.

En 1924, Lilian Harvey connaît son premier grand succès à Vienne, dans la comédie musicale «Wien gib’acht !». La même année, elle joue dans son premier film: «La malédiction», dirigé par Robert Land. Emerveillé par son charme et sa beauté, le producteur-réalisateur Richard Eichberg lui signe un contrat de sept ans. Elle tourne alors dans plusieurs de ses productions en tête d’affiche. En 1927, elle joue pour la première fois auprès de Willy Fritsch dans «La chaste Suzanne», un triomphe public qui lui vaut des propositions de la UFA et de la Universal. Après trois procès gagnés contre Eichberg, elle choisit le studio allemand. Harvey et Fritsch se retrouvent dans «Valse d’amour» (1929) une comédie romantique parlante de Wilhelm Thiele. Le couple est propulsé au premier rang des vedettes allemandes. Ensemble ils tourneront une dizaine d’autres productions. Ajoutons que la connaissance par Lilian du français et de l’anglais lui permet en outre de tourner ses films en deux ou trois versions. Pour l’Hexagone, elle se retrouve ainsi, à plusieurs reprises, partenaire du populaire Henri Garat.

En 1932, Lilian Harvey s’éprend de Paul Martin, son réalisateur de «Un rêve blond». Au printemps, elle signe un contrat avec la Twentieth Century Fox. Pendant son séjour aux USA, elle tourne quatre films qui n’eurent que peu de succès. De retour au pays, elle renégocie son engagement avec la UFA, lui donnant un droit de regard sur tous ses films, mais elle reste très surveillée par la gestapo. Son statut de star la protège et, toujours sous la direction de Paul Martin, elle apparaît alors dans les versions allemandes, anglaises et françaises de «Roses noires» (1935) et «Les gais lurons» (1936), puis dans «Les sept gifles» (1937) et «Fanny Elssler» (1937). En 1939, après le tournage de «Une femme au volant», se sentant menacée par les nazis, à cause de ses amitiés avec certains artistes juifs, elle quitte l’Allemagne et s’installe à Paris. Elle joue dans deux films de Jean Boyer: «Miquette» (1939) avec Lucien Baroux, puis dans «Sérénade» (1940) avec Louis Jouvet. Devant l’avancée des troupes allemandes sur la capitale française, elle fuit dans le Sud de la France et ne fera plus jamais de cinéma. En 1943, elle est déchue de sa citoyenneté allemande. Après-guerre, Lilian ne retrouvera plus jamais son succès d’antan et ses apparitions de l’époque sur scène prouvent malheureusement que sa grande période est bel et bien terminée. En 1953, elle épouse un agent artistique danois, de qui elle divorcera quatre ans plus tard pour vivre avec une femme. Elle se retire définitivement à Juan-les-Pins où elle ouvre une boutique et loue des bungalows. En 1965, sa carrière d’actrice est récompensée d’un Prix d’Or d’Honneur par le Cinéma Germanique. Miss Harvey s’éteint discrètement le 27 juillet 1968, à Antibes, emportée par une hépatite.

© Philippe PELLETIER

copyright
1924 La malédiction ( der flush ) de Robert Land avec Hans Thimig
Die motorbraut – de Richard Eichberg avec Hans Mierendorff
1925Passion ( liedenschaft / die liedenschaften der Hella von Gilsa ) de Richard Eichberg avec Otto Gebühr
Amour et uniformes ( liebe und trompetenblasen / ein lustige begebenheit aus dem Wien vergangener tage ) de Richard Eichberg avec Harry Liedtke
1926Die kleine von Bummel – de Richard Eichberg avec Hans Brausewetter
Prinzessin Trulala – de Eric Schönfelder avec Hans Junkermann
Petite maman ( vater werden ist nicht schwer… ) de Erich Schönfelder avec Hans Mierendorff
1927La chaste Suzanne ( die keusche Susanne ) de Richard Eichberg avec Willy Fritsch
Eve en pyjama ( ein nacht in London / a knight in London ) de Lupu Pick avec Robert English
Lola n’est pas folle ( die tolle Lola ) de Richard Eichberg avec Harry Halm
Eheferien – de Victor Janson avec Harry Halm
1928Die königin seines herzens – de Johannes Guter avec Ferdinand von Alten
La petite voleuse ( du sollst nicht stehlen ) de Victor Janson avec Dina Gralla
Grain de beauté ( ihr dunkler punkt ) de Johannes Guter avec Willy Fritsch
1929Valse d’amour ( liebeswalzer ) de Wilhelm Thiele avec Willy Fritsch
The love waltz – de Carl Winston avec John Batten
    Version anglaise de « Liebeswalzer »
Quand tu voudras donner ton cœur… ( wenn der einmal dein herz verschenkst ) de Johannes Guter avec Igo Sym
Adieu Mascotte ( das modell vom Montparnasse ) de Wilhelm Thiele avec Oskar Sima
DO Rund um die liebe – de Oskar Kalbus avec Georg Alexander
    Seulement apparition
1930Le cambrioleur ( einbrecher ) de Hanns Schwarz avec Kurt Gerron
La veuve temporaire ( the temporary widow / Hocus Pocus ) de Gustav Ucicky avec Laurence Olivier
Hokuspokus – de Gustav Ucicky avec Otto Wallburg
    Version allemande de « The temporary widow »
Le chemin du paradis ( die drei von der tankstelle ) de Wilhelm Thiele avec Heinz Rühmann
Le chemin du paradis – de Wilhelm Thiele & Max de Vaucorbeil avec Henri Garat
    Version française de « Die drei von der tankstelle »
1931Plus jamais d’amour ( nie wieder liebe ) de Anatole Litvak avec Harry Liedtke
Leap of faith – de Edwin Greenwood avec Edward Chapman
Calais-Douvres – de Jean Boyer avec André Roanne
Le congrès s’amuse ( der kongreß tanzt ) de Erik Charell avec Conrad Veidt
Le congrès s’amuse – de Erik Charell & Jean Boyer avec Robert Arnoux
    Version française de « Der kongreß tanzt »
Le congrès s’amuse ( old Vienna ) de Erik Charell & Carl Winston avec Philipp Manning
    Version anglaise de « Der kongreß tanzt »
Princesse, à vos ordres ! – de Hanns Schwarz & Max de Vaucorbeil avec Henri Garat
1932Quick – de Robert Siodmak avec Hans Albers
Quick – de Robert Siodmak & André Daven avec Jules Berry
    Version française de « Quick »
Un rêve blond ( eine blonder traum ) de Paul Martin avec Willi Forst
Un rêve blond – de Paul Martin & André Daven avec Pierre Brasseur
    Version française de « Eine blonder traum »
A blonde dream / Happy ever after – de Robert Stevenson & Paul Martin avec Jack Hulbert
    Version anglaise de « Eine blonder traum »
La fille et le garçon – de Wilhelm Thiele & Roger Le Bon avec Lucien Baroux
    Version française de « Zwei herzen und ein schlag »
Zwei herzen und ein schlag – de Wilhelm Thiele avec Hermann Blaß
1933Moi et l’impératrice ( ich und die kaiserin / der handschuh der kaiserin / das strumpfband der kaiserin ) de Frederick Hollander avec Conrad Veidt
The only girl / Heart song – de Friedrich Hollander avec Charles Boyer
    Version anglaise de « Ich und die kaiserin »
Moi et l’impératrice – de Friedrich Hollander & Paul Martin avec Charles Boyer
    Version française de « Ich und die kaiserin »
Flirteuse ( my weakness ) de David Butler avec Lew Ayres
La 40CV du roi / La quarante chevaux du roi ( my lips betray ) de John G. Blystone avec John Boles
1934Suzanne, c’est moi ( I am Susan ) de Rowland V. Lee avec Gene Raymond
Rêve à Monte Carlo ( let’s live tonight ) de Victor Schertzinger avec Tullio Carminatti
1935Invitation à la valse ( invitation to the waltz ) de Paul Merzbach avec Carl Esmond
Roses noires ( schwarze rosen ) de Paul Martin avec Jacques Diehl
Roses noires – de Paul Martin & Jean Boyer avec Jean Galland
    Version française de « Schwarze rosen »
Black roses / Did I betray ? – de Paul Martin avec Esmond Knight
    Version anglaise de « Schwarze rosen »
1936Les gais lurons ( glückskinder ) de Paul Martin avec Willy Fritsch
Les gais lurons – de Paul Martin & Jacques Natanson avec Henri Guisol
    Version française de « Glückslinder »
1937Les sept gifles ( sieben ohrfeigen ) de Paul Martin avec Alfred Abel
Fanny Elssler – de Paul Martin avec Walter Werner
1938Capriccio – de Karl Ritter avec Paul Kemp
Dans la vie bleue ( castelli in Aria / ins blaue leben ) de Augusto Genina avec Vittorio De Sica
1939Ménage moderne / Une femme au volant ( frau am steuer ) de Paul Martin avec Willy Fritsch
Miquette / Miquette et sa mère – de Jean Boyer avec André Lefaur
1940Sérénade / Sérénade éternelle – de Jean Boyer avec Louis Jouvet
1949 DO Herrlihe zeiten / Wonderful times – de Günter Neumann & Erik Ode avec William Dieterle
    Seulement apparition
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1965
Fiche créée le 9 février 2006 | Modifiée le 22 mai 2013 | Cette fiche a été vue 9679 fois
PREVIOUSLaurence Harvey || Lilian Harvey || O.E. HasseNEXT