CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Lyne Clevers
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Liliane Bert



Date et Lieu de naissance : 21 novembre 1922 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 8 avril 2015 (Paris, France)
Nom Réel : Liliane Rabu

ACTRICE
Image
1946 L’inspecteur Sergil – de Jacques Daroy avec Paul Meurisse, René Blancard & Louis Florencie
Image
1948 Le colonel Durand – de René Chanas avec Paul Meurisse, Michèle Martin & Louis Seigner
Image
1951 Une fille sur la route – de Jean Stelli avec Georges Guétary, Robert Pizani & Robert Seller
Image
1957 La Tour, prends garde ! – de Georges Lampin avec Jean Marais, Eleonora Rossi Drago & Nadja Tiller

Frais minois et sourire juvénile, Liliane Bert, née Rabu le 21 novembre 1922 à Paris, fit un petit tour sur les écrans du cinéma des années 40 et 50. Un mois après sa naissance, elle est reconnue par son père Louis Egmann. Elle débute pendant la guerre et paraît dans «L’enfant de l’amour» (1944) de Jean Stelli et «Nous ne sommes pas mariés» (1945) de Bernard-Roland, avec Louise Carletti. Puis, dans deux films de Jacques Daroy, «Inspecteur Sergil» (1946) et «Sergil et le dictateur» (1948), tirés des romans de Jacques Rey, elle incarne la ravissante Bijou, qui aide l’impassible Paul Meurisse dans ses enquêtes.

Peu regardante sur le choix de ses rôles, Liliane Bert se laisse aussi entraîner dans une pochade de Maurice Cloche, «Pas un mot à la reine mère» (1946), avec l’inénarrable Suzanne Dehelly, où elle campe la fille d’un roi de la conserve courtisée par un souverain en exil! Continuant de fréquenter les mornes allées du cinéma à la petite semaine, elle tourne «Carré de valets» (1947) pour André Berthomieu, où elle est la petite amie du jeune avocat Jean Desailly. C’est ensuite de Fernandel qu’ elle est la fiancée dans «L’héroïque M. Boniface» (1949). Modeste étalagiste mêlé à un meurtre, Fernandel, héros malgré lui, doit tirer Liliane Bert des griffes de Andrex, qui l’a enlevée pour se venger. L’année suivante, elle donne la réplique à Rellys dans «L’atomique M. Placido» (1949) de Robert Hennion.

Voulant changer d’air et entendre des chansons, Liliane Bert joue dans «Andalousie» (1950) avec Luis Mariano, et dans «Une fille sur la route» (1951), où elle incarne une fraîche auto-stoppeuse, dont les charmes sans apprêts conquièrent le cœur du pauvre Georges Guétary, poursuivi par des fans hystériques. Puis Liliane Bert, qui n’a sans doute pas le choix, continue à tourner sous la direction de réalisateurs routiniers, comme Jean Laviron, auteur d’un mémorable «Légère et court vêtue». Dans «Au diable la vertu» (1952), elle interprète la femme trompée d’un Henri Genès qui essaie de mener une double vie sans éveiller les soupçons de son épouse. Il lui arrive pourtant de nourrir plus d’ambition, et d’incarner, dans des scènes fugaces, des personnages historiques: la femme de Molière, Armande Béjart, dans «Si Versailles m’était conté» (1953) de Sacha Guitry, et la duchesse de Châteauroux, une des maîtresses de Louis XV, dans «La Tour prends garde!» (1957). Elle paraît dans le film de Julien Duvivier, «Voici le temps des assassins» (1955), avec Jean Gabin, et, l’âge venu, joue déjà les mères dans «Le temps des copains» (1963), le film que Robert Guez a tiré de son feuilleton télévisé. Puis elle finit tristement sa carrière dans «Les cousines» (1969), un petit film de Louis Soulanes, où l’horreur le dispute à l’érotisme.

Liliane Bert a aussi tâté de la scène. Elle incarne ainsi, dans le «Topaze» (1945) monté par Alfred Pasquali, Ernestine Muche, la fille du directeur de la pension Muche, dont Topaze-Fernandel est amoureux. On peut aussi l’applaudir, au théâtre Saint-Georges, dans «Histoire de rire» (1954), une pièce d’Armand Salacrou, «Ami ami» (1958), une pièce de boulevard de Barillet et Grédy, avec Daniel Ceccaldi et Maria Mauban, ou encore dans «Mic Mac» (1962), de Jean Meyer. À la télévision, elle apparaît dans un épisode de la série judiciaire «En votre âme et conscience» (1957), et dans un autre du feuilleton populaire animé par Philippe Nicaud, «L’inspecteur Leclerc Enquête» (1962). Puis Liliane Bert abandonne le métier d’actrice pour devenir animatrice sur le petit écran. Elle s’éteint le 8 avril 2015 à Paris.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1942Patricia – de Paul Mesnier avec Louise Carletti
Le voile bleu – de Jean Stelli avec Gaby Morlay
1943Je suis avec toi – de Henri Decoin avec Pierre Fresnay
1944L’enfant et l’amour – de Jean Stelli avec François Périer
1945Nous ne sommes pas mariés – de Bernard-Roland avec Claude Dauphin
1946L’inspecteur Sergil – de Jacques Daroy avec Paul Meurisse
Pas un mot à la reine mère – de Maurice Cloche avec Suzanne Dehelly
CM Face à la vie – de René Chanas avec Raymond Bussières
1947Carré de valets – de André Berthomieu avec Jean Desailly
CM Les drames du Bois de Boulogne – de Jaques Loew avec Pierre Dudan
1948Le colonel Durand – de René Chanas avec Louis Seigner
Sergil et le dictateur – de Jacques Daroy avec Paul Meurisse
1949L’héroïque monsieur Boniface – de Maurice Labro avec Fernandel
L’atomique monsieur Placido – de Robert Hennion avec Rellys
1950Le gang des tractions-arrières – de Jean Loubignac avec Jules Berry
Andalousie – de Robert Vernay avec Luis Mariano
Andalousie ( el sueño Andalucía ) de Luis Lucia avec Carmen Sevilla
    Version espagnole de « Andalousie»
1951Une fille sur la route – de Jean Stelli avec Georges Guétary
1952Au diable la vertu – de Jean Laviron avec Julien Carette
1953Une vie de garçon – de Jean Boyer avec Jean-Marc Thibault
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Fernand Gravey
1954Orient Express ( Orientexpress ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Henri Vidal
Interdit de séjour – de Maurice de Canonge avec Claude Laydu
1955Voici le temps des assassins – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
1957Quelle sacrée soirée / Nuit blanche et rouge à lèvres – de Robert Vernay avec Jean Bretonnière
La Tour, prends garde ! – de Georges Lampin avec Jean Marais
1963Le temps de copains – de Robert Guez avec Henri Tisot
1969Les cousines – de Louis Soulanes avec Robert Lombard
Fiche créée le 21 novembre 2015 | Modifiée le 6 août 2016 | Cette fiche a été vue 1769 fois
PREVIOUSCamille Bert || Liliane Bert || Monique BertNEXT