CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Sabine Azéma
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lina Canalejas



Date et Lieu de naissance : 29 janvier 1932 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 1er septembre 2012 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : Concepción Álvarez Canalejas

ACTRICE
Image
1956 Le petit vagabond (el pequeño ruiseñor) de Antonio del Amo avec Joselito, Luis Induni & Mario Berriatúa
Image
1963 Júrame – de José María Ochoa avec Antonio Riquelme, José Calvo, María Luisa Ponte & Antonio Ozores
Image
1974 La cousine Angélique (la prima Angélica) de Carlos Saura avec Fernando Delgado & José Luis López Vázquez
Image
1985 La cardinale (padre nuestro) de Francisco Regueiro avec Fernando Rey, Francisco Rabal & Victoria Abril

Concepción Álvarez Canalejas dite Lina Canalejas voit le jour le 29 janvier 1932 à Madrid. Issue d’une famille de musiciens par son père Manuel Álvarez Trigo concertiste violoniste, et par son grand-père maternel, Arturo Canalejas, pianiste et compositeur, elle devient très jeune ballerine classique avant d’être engagée dans une troupe de danses populaires qui parcourt l’Espagne, puis elle participe à des comédies musicales où les quelques répliques qu’elle prononce montrent déjà toute sa personnalité anticonformiste. Elle débute au théâtre proprement dit en septembre 1953, dans la Première, à Barcelone, de «La vida en un bloc» de Carlos Llopis, mise en scène par Ismael Merlo. Le théâtre va dès lors garder toute sa préférence même si la jeune femme entame, la même année, une carrière cinématographique avec une comédie très chantante de Carlos Arniches adaptée par Luis Marquina, «Así es Madrid».

La comédienne, dès lors et pendant près de quarante ans, apparaît dans des films qui suivent l’évolution du cinéma espagnol avec des réalisateurs de plus en plus corrosifs. Lina Canalejas est notamment en 1957 la mère célibataire de Joselito dans le premier film du petit chanteur prodige, «Le petit vagabond» (1956), avec Mario Berriatua, en jeune prêtre essayant de réconcilier la jeune femme avec sa famille. En 1961, Fernando Fernán Gómez la dirige dans «La vengeance de Don Mendo», une adaptation de la pièce parodiant les classiques du Siècle d’Or espagnol du grand et prolifique dramaturge Pedro Muñoz Seca fusillé par les «Rouges» au début de la Guerre Civile. Elle retrouve le réalisateur en 1964 pour tourner un film très noir marqué par la misère économique de l’Espagne d’avant le boum touristique, «El mundo sigue» (sorti en 1965 et peu diffusé), d’après le roman naturaliste de Juan Antonio de Zunzunegui; puis pour un drame paysan, «L’étrange voyage», où elle interprète une étonnante Béatrice face à Carlos Larrañaga, animateur de bals populaires transformé en assassin, pour ne citer que ce petit échantillon de la décennie.

À partir des années soixante-dix, Lina Canalejas est aussi des feuilletons et adaptations théâtrales pour la télévision (comme «Teresa de Jesús» en 1984 avec Concha Velasco dans le rôle titre). Elle intéresse également des jeunes réalisateurs comme Carlos Saura pour «Le jardin des délices» (1970) et «La cousine Angélique» (1974); Francisco Reguiero avec qui elle tourne quatre films dont «La Cardinale» (1985) présenté au festival de Cannes (sélection «Un certain regard»), avec Fernando Rey en vieux cardinal; et pour rester dans ce type de scénarios ayant la faveur médiatique, «Dans les ténèbres» (1982) de Pedro Almodovar où elle joue la Sœur Vipère.

Avec une cinquantaine de rôles cinématographique a son actif, Lina Canalejas apparaît une dernière fois pour un petit rôle dans «Niño nadie» (1997) de José Luis Borau. Celle qui fut un temps la compagne du dramaturge et scénariste Juanjo Alonso Millán, et qui n’a pas eu d’enfant, reste entourée de l’affection indéfectible de son frère aîné également acteur, José Canalejas, lui qui se disait simple ouvrier du cinéma et mettait toujours en avant la flamme et le talent de sa comédienne de sœur, qui après neuf ans de lutte contre un cancer, décède à quatre fois vingt ans, dans une résidence de Tres Cantos (banlieue nord-ouest de Madrid), le 1er septembre 2012.

© Caroline HANOTTE

copyright
1953Así es Madrid – de Luis Marquina avec José Isbert
1954Tres huchas para Oriente – de José María Elorrieta avec Antonio Casas
Un día perdido – de José María Forqué avec José Luis López Vázquez
1956Le petit vagabond ( el pequeño ruiseñor ) de Antonio del Amo avec Joselito
El fenómeno – de José María Elorrieta avec Fernando Fernán Gómez
1959El secreto de papá – de José C. Mérida avec Manuel Alexandre
Charlestón – de Tulio Demicheli avec Luis Orduña
1960Opération lèvres rouges ( labios rojos ) de Jesus Franco avec José Canalejas
Mi calle – de Edgar Neville avec Georges Rigaud
1961La vengeance de Don Mendo ( la venganza de Don Mendo ) de Fernando Fernán Gómez avec Paloma Valdés
Mi noche de bodas – de Tulio Demicheli avec Luis Aguilar
Mara – de Miguel Herrero avec Elisa Montés
1962Cena de matrimonios / ¿Qué hace su mujer mientras usted trabaja? – de Alfonso Balcázar avec Arturo de Córdova
La viudita naviera – de Luis Marquina avec Arturo Fernández
Historia de una noche – de Luis Saslavski avec Rafael Bardem
Los derechos de la mujer – de José Luis Sáenz de Heredia avec Mara Cruz
1963Se necesita chico – de Antonio Mercero avec Javier Cebrián
Júrame – de José María Ochoa avec Antonio Riquelme
1964Tiempo de amor – de Julio Diamante avec Agustín González
El extraño viaje / El crimen de Mazarrón – de Fernando Fernán Gómez avec Tota Alba
El mundo sigue – de Fernando Fernán Gómez avec Rafael Calvo Revilla
1967Un millón en la basura – de José María Forqué avec Emilio Laguna
De cuerpo presente – de Antonio Eceiza avec Alfredo Landa
Sor Ye-yé – de Ramón Fernández avec Hilda Aguirre
1970La banda de los tres crisantemos / Tre per uccidere – de Ignacio F. Iquino avec Dean Reed
Le jardin des délices ( el jardín de las delicias ) de Carlos Saura avec Francisco Pierrá
1973La secrétaire ( cebo para una adolescente ) de Francisco Lara Polop avec Philippe Leroy
1974El último proceso en París – de José Canalejas avec Frank Braña
La cousine Angélique ( la prima Angélica ) de Carlos Saura avec Fernando Delgado
Obsession ( obsesión / fascinación ) de Francisco Lara Polop avec Jaime Gamboa
1975Solo ante el streaking – de José Luis Sáenz de Heredia avec Tomás Blanco
Duerme, duerme, mi amor – de Francisco Regueiro avec José Luis López Vázquez
El Love feroz / El Love feroz o Cuando los hijos juegan al amor – de José Luis García Sánchez avec José Sazatornil
1976Emilia... parada y fonda – de Angelino Fons avec Francisco Rabal
1977El ladrido – de Pedro Lazaga avec Juan Luis Galiardo
Marián – de Luis Martínez Cortés avec Xabier Elorriaga
1981Femenino singular – de Juanjo López avec Jesús Enguita
1982Dans le ténèbres ( entre tinieblas ) de Pedro Almodóvar avec Marisa Paredes
1983La mujer del juez – de Francisco Lara Polop avec Manuel Tejada
1985La cardinale ( padre nuestro ) de Francisco Regueiro avec Fernando Rey
1986La nuit de la colère ( la noche de la ira ) de Javier Elorrieta avec Aldo Sambrell
1988Diario de inverno – de Francisco Regueiro avec Victoria Peña
1990Amo tu cama rica – de Emilio Martínez Lázaro avec Javier Bardem
1993Madregilda – de Francisco Regueiro avec José Sacristán
1994Enciende mi pasión – de José Miguel Ganga avec Miguel Bosé
1996Niño nadie – de José Luis Borau avec José María Caffarel
Fiche créée le 5 septembre 2012 | Modifiée le 9 mai 2015 | Cette fiche a été vue 2330 fois
PREVIOUSJosé Canalejas || Lina Canalejas || Raúl CancioNEXT