CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de C. Aubrey Smith
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lizabeth Scott



Date et Lieu de naissance : 29 septembre 1922 (Scranton, Pennsylvanie, USA)
Date et Lieu de décès : 31 janvier 2015 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Emma Matzo

ACTRICE
Image
1946 En marge de l’enquête (dead reckoning) de John Cromwell avec Humphrey Bogart & William Prince
Image
1947 L’homme aux abois (I walk alone) de Byron Haskin avec Burt Lancaster, Kirk Douglas & Wendell Corey
Image
1950 La main qui venge (dark city) de William Dieterle &vec Charlton Heston, Viveca Lindfors & Dean Jagger
Image
1951 Racket (the racket) de John Cromwell avec Robert Mitchum, Robert Ryan & William Conrad

La femme fatale a un visage et un nom, ceux de Lizabeth Scott. Les traits anguleux et la voix rauque, insinuante et mystérieuse, cette prédatrice blonde attire les hommes dans ses pièges raffinés et bâtit à elle seule tout un pan de la mythologie du film noir. Lizabeth Scott voit le jour à Scranton, en Pennsylvanie, le 29 septembre 1922. Sa mère veut qu’elle soit journaliste, mais la jeune Emma se voit plutôt cantatrice, puis actrice. Elle convainc ses parents de la laisser partir pour New-York, où elle suit les cours de la «Alvienne School». Ses professeurs tentent en vain de modifier sa voix éraillée. Puis, c’est la rencontre avec le producteur Hal Wallis, qui voit en elle une nouvelle Lauren Bacall ou une autre Veronica Lake.

Dès lors, Lizabeth Scott symbolise la Femme Fatale des films noirs de cette époque, où un fatum inflexible pèse sur les comparses dérisoires de ces histoires sans issue. Avec son regard lointain et sa séduction interlope, elle est la femme toxique qui corrompt l’existence des hommes, mais qui trouve souvent dans la mort la juste punition de sa perversité. Ainsi, dans «En marge de l’enquête» (1946) de John Cromwell, coiffée d’un béret pareil à celui de Lauren Bacall dans «Le grand sommeil», elle assassine son mari et veut tuer Humphrey Bogart, qui a découvert la vérité, avant de succomber dans l’accident de voiture qu’elle a provoqué. Dans «Pitfall» (1948) de André de Toth, elle séduit Dick Powell, le directeur de la compagnie d’assurances que son amant a escroqué, puis, avec l’aide d’un détective véreux, Raymond Burr, tente de le piéger. C’est Victor Mature, jeune médecin naïf, qu’elle essaie d’attirer dans ses rets et d’utiliser au service de son ambition dans «Bad for each other» (1953) de Irving Rapper.

Les femmes fatales, sœurs de Rita Hayworth, appartiennent à la nuit et hantent un de ces cabarets où monte la voix rauque de Ida Lupino qui, dans «La femme aux cigarettes» (1948) de Jean Negulesco, murmure «One for my baby», cette «torch song» si désabusée. Lizabeth Scott en entonne d’autres dans «L’homme aux abois» (1947) de Byron Haskin, avec Burt Lancaster et Kirk Douglas, «La main qui venge» (1950) de William Dieterle, où elle console Charlton Heston, patron de tripot déchu, ou encore «The racket» (1951) de John Cromwell, où le policier Robert Mitchum la convainc de témoigner contre un dangereux truand, campé par Robert Ryan. Même dans des films mieux inscrits dans la réalité contemporaine, elle incarne encore des personnages antipathiques: dans «La vie facile» (1949) de Jacques Tourneur, elle campe une femme dure et égoïste qui, pour préserver son standing social, pousse son mari malade, Victor Mature, champion de football, à continuer à jouer. Mais Lizabeth Scott oublie parfois de distiller son venin. Dans «La rue de traverse» (1949), un mélo larmoyant de William Dieterle, elle tue par accident l’enfant que sa sœur vient d’avoir et, sachant qu’une grossesse est risquée pour elle, conçoit un enfant avec son beau-frère et l’offre à sa sœur! On la voit dans des westerns comme «La montagne rouge» (1951) de William Dieterle ou «Quatre étranges cavaliers» (1954) de Allan Dwan, où on lui confie des rôles lénifiants. Apparaissant dans quelques séries télévisées au début des années 1960, Lizabeth Scott tourne son dernier film en 1972. Loin des milieux du cinéma, mais investie dans des œuvres de charité, elle se réfugie dans une retraite hautaine, entrecoupée de très rares sorties publiques, et meurt d’une crise cardiaque à Los Angeles, le 31 janvier 2015.

© Jean-Pascal LHARDY

copyright
1945 Le prix du bonheur ( you came along ) de John Farrow avec Robert Cummings
    + chansons
1946L’emprise du crime ( the strange love of Martha Ivers ) de Lewis Milestone avec Van Heflin
En marge de l’enquête ( dead reckoning ) de John Cromwell avec Humphrey Bogart
    + chansons
La furie du désert ( desert fury ) de Lewis Allen avec Burt Lancaster
1947Hollywood en folie ( variety girl ) de George Marshall avec Bing Crosby
    Seulement apparition
L’homme aux abois ( I walk alone ) de Byron Haskin avec Kirk Douglas
    + chansons
1948Sanglante aventure ( pitfall ) de André De Toth avec Dick Powell
1949La tigresse / Trop tard pour pleurer ( too late for tears / killer bait ) de Byron Haskin avec Arthur Kennedy
La vie facile / La vie est un jeu / Chercher la femme ( easy living ) de Jacques Tourneur avec Victor Mature
La rue de traverse ( paid in full ) de William Dieterle avec Robert Cummings
1950La main qui venge ( dark city ) de William Dieterle avec Charlton Heston
    + chansons
Voleuse d’amour ( the company she keeps ) de John Cromwell avec Dennis O’Keefe
1951L’imposture ( two of a kind ) de Henry Levin avec Edmond O’Brien
La montagne rouge ( red mountain ) de William Dieterle avec Alan Ladd
Racket ( the racket ) de John Cromwell avec Robert Mitchum
    + chansons
Le visage volé / Le masque du désir ( a stolen face ) de Terence Fisher avec Paul Henreid
1952Fais-moi peur / Tu trembles carcasse / Martin et Lewis chez les fantômes ( scared stiff ) de George Marshall avec Dean Martin
1953Eternels ennemis ( bad for each other ) de Irving Rapper avec Charlton Heston
1954Quatre étranges cavaliers / Les noces rouges ( Silver Lode ) de Allan Dwan avec John Payne
1956Scotland Yard appelle FBI ( the weapon ) de Val Guest avec Steve Cochran
1957Amour frénétique ( loving you ) de Hal Kanter avec Elvis Presley
1972Retraite mortelle ( Pulp ) de Mike Hodges avec Michael Caine
Fiche créée le 10 février 2015 | Modifiée le 17 février 2015 | Cette fiche a été vue 1391 fois
PREVIOUSHazel Scott || Lizabeth Scott || Margaretta ScottNEXT