CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Ángel de Andrés-López
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lorella De Luca



Date et Lieu de naissance : 17 septembre 1940 (Florence, Italie)
Date et Lieu de décès : 9 janvier 2014 (Rome, Italie)
Nom Réel : Lorella De Luca

ACTRICE
Image
1957 Les mystères de Paris (i misteri di Parigi) de Fernando Cerchio avec Franck Villard & Jacques Castelot
Image
1958 Sous le signe de Rome (nel segno di Roma) de Guido Brignone avec Georges Marchal & Anita Ekberg
Image
1961 Les lanciers noirs (i lancieri neri) de Giacomo Gentilomo avec Mel Ferrer & Yvonne Furneaux
Image
1964 Un pistolet pour Ringo (una pistola per Ringo) de Duccio Tessari avec Giuliano Gemma & Fernando Sancho

La belle italienne Lorella De Luca est née le 17 septembre 1940, à Florence. Elle est découverte à l’âge de quatorze ans par un directeur de cinéma qui sollicita son père pour qu’elle devienne une actrice de cinéma. Après l’accord paternel, Lorella débute au cinéma en 1955, dans «Il Bidone» de Federico Fellini, comme Patrizia, la jeune fille d’un escroc incarné par Broderick Crawford. Dans la foulée, elle suit des cours au prestigieux Centre expérimental de cinématographie de Rome.

L’année suivante, Lorella De Luca apparaît en amourette dans «Pauvres, mais beau» de Dino Risi, au côté de Renato Salvatori. Son apparence fraîche et gracieuse en font la nouvelle favorite du public. Le succès aidant, Dino Risi l’emploi à nouveau dans deux autres volets avec le même rôle dans «Belles mais pauvres» (1957) et «Pauvres millionnaires» (1958). Dès lors, Lorella De Luca, devenue l’un des visages les plus populaires du cinéma italien, se spécialise dans des rôles de jeune fille ingénue, dans une série de comédies à succès comme «Le médecin et le sorcier» (1957), de Mario Monicelli, ou elle donne la réplique à Marcello Mastroianni et Vittorio De Sica. Dans «Domenica è sempre domenica» (1958) de Camillo Mastrocinque, elle est Maria Luisa, une fille simple qui s’inscrit à un jeu télévisé afin de gagner des gains pour payer les dettes du père, dont le vice du jeu a presque ruiné la famille, elle sera la gagnante. En 1959, Guido Brignone étale sa beauté de diva, dans son péplum, «Sous le signe de Rome», en lui offrant le personnage de Bethsabée, qui reprendra le trône de Palmyre en Syrie, après l’assassinat de son père. Henri Zaphiratos signe «Le fils de Taras Boulba » (1963), incarné par Jean-François Poron qui tombe amoureux de Nadia, Lorella De Luca, la fille du roi de Pologne, l’ennemie du chef des cosaques Taras, Vladimir Medar; dans d’inévitables combats Nadia est mortellement blessée et une fin tragique attend également le fils de Taras.

En 1964, Lorella De Luca rencontre le réalisateur Duccio Tessari à qui elle sera liée à la fois professionnellement et dans la vie. Sous sa direction, l’actrice fait une brève mais mémorable incursion dans le western spaghetti, sous le pseudonyme de Hally Hammond. Dans «Un pistolet pour Ringo» (1964), elle est retenue en otage avec son père, par des hors-la-loi mexicains dans leur hacienda, Ringo, Giuliano Gemma, leur viendra en aide; puis dans la suite «Le retour de Ringo» (1965) ou une nouvelle fois Ringo affronte une bande de mexicains dont l’un d’entre eux a séduit son épouse. Dans le thriller «Le papillon sanglant» (1971), elle est la maîtresse d’un journaliste, Giancarlo Sbragia, accusé d’avoir tué à coups de couteau une jeune fille, il est disculpé bien qu’il soit le véritable assassin.

Après son mariage avec Duccio Tessari en janvier 1972, et la naissance de leurs deux filles Federica et Fiorenza, elle ne tourne plus qu’une poignée films, dont «Les durs» (1974) auprès de Lino Ventura, Isaac Hayes et Fred Williamson. Après le décès de son mari en 1994, elle prend définitivement sa retraite. Cette même année, elle apprend qu’elle souffre d’une tumeur au cerveau, mais Lorella continue d’aimer la vie malgré le handicap de cette maladie qui petit à petit la rend aveugle en 2010. Malgré une intervention chirurgicale, elle décède à Rome le 9 janvier 2014. De son domicile de Santa Marinella, une petite ville sur la côte du Latium, Lorella disait «je ne vois plus la mer, mais je sens les odeurs».

© Gary RICHARDSON

copyright
1955Il bidone – de Federico Fellini avec Broderick Crawford
Napoli sole mio ! – de Giorgio Simonelli avec Maurizio Arena
1956Sept romances pour sept sœurs ( sette canzoni per sette sorelle ) de Marino Girolami avec Claudio Villa
Roland, prince vaillant ( Orlando e i paladini di Francia ) de Pietro Francisci avec Rick Battaglia
Pauvres mais beaux ( poveri ma belli ) de Dino Risi avec Renato Salvatori
L’ultima violenza – de Raffaello Matarazzo & Silvio Amadio avec Aldo Silvani
Dinanzi a noi il cielo – de Roberto Savarese avec Renato Baldini
Pères et fils ( padri e figli ) de Mario Monicelli avec Vittorio De Sica
1957Belles mais pauvres / Beaux mais pauvres / Ma sœur et moi ( belle ma povere ) de Dino Risi avec Carlo Giuffrè
Gente felice / Benvenuto onorevole – de Mino Loy avec Giulio Paradisi
Les mystères de Paris ( i misteri di Parigi ) de Fernando Cerchio avec Franck Villard
Le médecin et le sorcier ( il medico e lo stregone ) de Mario Monicelli avec Marcello Mastroianni
L’homme au parapluie blanc ( el hombre del paraguas blanco ) de Joaquín Luis Romero Marchent avec Antonio Riquelme
1958È permesso maresciallo / Tuppe, tuppe maresciallo – de Carlo Ludovico Bragaglia avec Peppino De Filippo
Domenica è sempre domenica – de Camillo Mastrocinque avec Alberto Sordi
Double vie ( il bacio del sole / Don Vesuvio und das haus der strolche ) de Siro Marcellini avec O.W. Fischer
Femmes d’un été ( racconti d’estate ) de Gianni Franciolini avec Michèle Morgan
Poveri milionari – de Dino Risi avec Renato Salvatori
Sous le signe de Rome ( nel segno di Roma / sotto il segno di Roma / la regina del deserto ) de Guido Brignone avec Georges Marchal
Premier amour ( primo amore ) de Mario Camerini avec Raf Mattioli
Le miroir aux alouettes / Côte d’Azur ( Costa Azzura ) de Vittorio Sala avec Franco Fabrizi
1959Agosto, donne mie non vi conosco – de Guido Malatesta avec Gabriele Tinti
Adieu ma chérie ( ciao, ciao, bambina ) de Sergio Grieco avec Antonio Cifariello
La duchessa di Santa Lucia – de Roberto Bianchi Montero avec Raimondo Vianello
Que Rome est belle ( quanto sei bella Roma ) de Marino Girolami avec Ennio Girolami
Il principe fusto – de Maurizio Arena avec Piero Lulli
1960La chasse aux maris ( caccia al marito ) de Marino Girolami avec Pierre Cressoy
Apolytrosis – de Kostas Andritsos avec Spiros Focás
1961Les beautés sur la plage ( bellezze sulla spiaggia ) de Romolo Guerrieri avec Tiberio Murgia
Les lanciers noirs ( i lancieri neri ) de Giacomo Gentilomo avec Mel Ferrer
1962La notte dell’innominato – de Luigi Latini de Marchi avec Fosco Giachetti
Le jour le plus court ( il giorno più corto / il giorno più corto commedia umoristica ) de Sergio Corbucci avec Walter Pidgeon
Shéhérazade – de Pierre Gaspard-Huit avec Gérard Barray
1963Le fils de Tarass Boulba ( Taras Bulba, il cosacco) de Henri Zaphiratos avec Jean-François Poron
1964Les plaisirs dangereux ( una voglia da morire ) de Duccio Tessari avec Raf Vallone
Un pistolet pour Ringo ( una pistola per Ringo ) de Duccio Tessari avec Giuliano Gemma
1965Le retour de Ringo ( il ritorno di Ringo / el retorno de Ringo ) de Duccio Tessari avec Fernando Sancho
Très honorable correspondant ( kiss kiss bang bang ) de Duccio Tessari avec George Martin
1967Per amore… per magia – de Duccio Tessari avec Mischa Auer
1970La mort remonte à hier soir ( la morte risale a ieri sera ) de Duccio Tessari avec Frank Wolff
    Seulement assistante-réalisateur
1971Le papillon sanglant ( una farfalla con le ali insanguinata ) de Duccio Tessari avec Helmut Berger
La patrouille du ciel ( forza G ) de Duccio Tessari avec Riccardo Salvino
    Seulement assistante-réalisateur
1974Les durs ( uomini duri / three though guys / tough guys ) de Duccio Tessari avec Lino Ventura
1975La madama – de Duccio Tessari avec Tom Skerritt
1978L’aube des faux dieux / Le treizième commandement ( das fünfte gebot / l’aba dei falsi / the fifth commandment / il 13 commandamento ) de Duccio Tessari avec Umberto Orsini
1981Un centesimo di secondo – de Duccio Tessari avec Gustavo Thoeni
    Seulement assistante-réalisateur
1988Au bonheur des chiens ( c’era una volta un castello con 40 cani ) de Duccio Tessari avec Peter Ustinov
    Seulement assistante-réalisateur
1993Bonus malus – de Vito Zagarrio avec Claudio Bigagli
Fiche créée le 10 janvier 2014 | Modifiée le 27 août 2018 | Cette fiche a été vue 2231 fois
PREVIOUSCarmen de Lirio || Lorella De Luca || Alberto De MartinoNEXT