CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Renate Müller
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Louis Salou



Date et Lieu de naissance : 23 avril 1902 (Oissel, France)
Date et Lieu de décès : 21 octobre 1948 (Fontenay-aux-Roses, France)
Nom Réel : Louis Vincent Goulven Salou

ACTEUR

D’origine bretonne, Louis Salou naît le 23 avril 1902, à Oissel, petite commune sur les bords de la Seine, en Haute-Normandie. Après ses études, il travaille quelques temps comme fonctionnaire pour les Postes, Télégraphes et Téléphones. Féru de littérature, amoureux de la poésie et des arts en général, il s’intalle à Paris où très vite il devient l’ami de Max Jacob et côtoie les grands artistes de la capitale. À cette époque, il collabore activement à la revue littéraire d’avant-garde «Raison d’être». Egalement passionné de théâtre, le jeune homme intègre la troupe de Georges Pitoëff. Sa voix grave et son allure racée le prédestinent déjà à jouer les grands auteurs tels que Henrik Ibsen ou Luigi Pirandello.

En 1932, Louis Salou fait ses premiers pas, au cinéma aux côtés de Georges Pitoëff, dans le court-métrage «La machine à sous» où il tient le rôle d’un journaliste. Cinq plus tard, il fait une apparition dans «Les nuits blanches de Saint-Pétersbourg» de Jean Dréville. Après une dizaine d’années au sein de la compagnie de Pitoëff, le septième art s’intéresse à ce comédien bourré de classe et de talent. C’est pendant la Seconde Guerre Mondiale que le public découvre l’originalité et la diversité de ses prestations. C’est Christian-Jaque qui lui donne sa chance dans «Premier bal» (1940) puis dans «La symphonie fantastique» (1941) où il joue le directeur de l’opéra agacé par la musique de Berlioz qu’interprète Jean-Louis Barrault. Il est aussi le médecin un peu farfelu du «Boléro» (1941) de Jean Boyer.

Durant les huit années suivantes et plus de trente autres films, Louis Salou va s’imposer comme l’un des plus grands seconds rôles du cinéma français. Malgré une apparence glacée, la diversité de son jeu étonne et déroute parfois, mais chacune de ses apparitions est un vrai régal pour les spectateurs. Pour Georges Lacombe, il incarne un chroniqueur mondain dans «Le journal tombe à cinq heures» (1942) et pour Richard Pottier il est le souffre-douleur de André Gabriello dans «Défense d’aimer» (1942). Par la suite, il joue notamment Monsieur de Montemort, diplomate vieille France, dans «Lettres d’amour» de Claude Autant-Lara avec Odette Joyeux et François Perrier; puis Muller l’usurier louche dans «Monsieur des Lourdines» (1942) de Pierre de Hérain; l’ inspecteur de police très courtois Sorbier dans «Voyage sans espoir» (1943) avec Simone Renant; l’avocat myope et fuyant Uspard dans «Le voyageur sans bagages» (1943) de Jean Anouilh; le Comte de Montray amant de Arletty alias Garance dans «Les enfants du paradis» (1944) de Marcel Carné; le professeur de piano de «Farandole» de André Zwoboda; le rusé commissaire Lacroix dans «Roger la Honte» (1945) et sa suite réalisée par André Cayatte avec Lucien Coëdel dans le rôle-titre; le redoutable officier prussien Fifi aux penchants sadiques assassiné par Micheline Presle dans «Boule de suif » (1945); le prince d’opérette Ernest IV dans «La chartreuse de Parme» (1946) auprès de Gérard Philipe, Maria Casarès et Renée Faure; et le haut dignitaire fasciste Ettore Maglia dans «Les amants de Vérone» 1948) avec Martine Carol et Pierre Brasseur.

Malgré une carrière exemplaire, l’acteur n’en reste pas moins un homme sensible et tourmenté. Pour des raisons secrètes, il n’arrive plus à supporter la vie. Malgré le soutien de son amie, la chanteuse Marianne Oswald, Louis Salou s’empoisonne en absorbant une forte dose de somnifères le 21 octobre 1948 à Fontenay-aux-Roses. Il repose désormais au cimetière parisien de Bagneux.

© Philippe PELLETIER – Source : «Les Excentriques du Cinéma Français» édition Henri Veyrier (1983)

copyright
1932 CM La machine à sous – de Emil Edwin Reinert avec Georges Pitoëff
1937Les nuits blanches de Saint-Pétersbourg – de Jean Dréville avec Gaby Morlay
1940Premier bal – de Christian-Jaque avec Marie Déa
1941Mam’zelle Bonaparte – de Maurice Tourneur avec Edwige Feuillère
Boléro – de Jean Boyer avec Arletty
La symphonie fantastique – de Christian-Jaque avec Renée Saint-Cyr
1942Lettres d’amour – de Claude Autant-Lara avec Odette Joyeux
Le journal tome à cinq heures – de Georges Lacombe avec Gabrielle Dorziat
Défense d’aimer – de Richard Pottier avec Suzy Delair
Huit hommes dans un château – de Richard Pottier avec Gabrielle Fontan
Le bienfaiteur – de Henri Decoin avec Raimu
La vie de bohème – de Marcel L’Herbier avec Gisèle Pascal
Le comte de Monte Cristo – de Robert Vernay avec Michèle Alfa
    Film en 2 parties
    1 : Edmond Dantès
    2 : Le châtiment
La main du diable – de Maurice Tourneur avec Josseline Gaël
Le loup des Malveneur – de Guillaume Radot avec Madeleine Sologne
Mademoiselle Béatrice – de Max de Vaucorbeil avec Louise Carletti
Monsieur des Lourdines – de Pierre de Hérain avec Raymond Rouleau
1943Le voyageur sans bagages / Le voyageur sans bagage – de Jean Anouilh avec Pierre Fresnay
Voyage sans espoir – de Christian-Jaque avec Simone Renant
Bonsoir mesdames, bonsoir messieurs – de Roland Tual avec Julien Carette
1944Les enfants du paradis – de Marcel Carné avec Arletty
    Film en 2 parties
    1 : Le boulevard du crime
    2 : L’homme en blanc
Farandole – de André Zwoboda avec Lise Delamare
Le père Serge – de Lucien Garnier-Raymond avec Arlette Marchal
1945Boule de suif – de Christian-Jaque avec Micheline Presle
Seul dans la nuit – de Christian Stengel avec Sophie Desmarets
Un ami viendra ce soir – de Raymond Bernard avec Paul Bernard
Sylvie et le fantôme – de Claude Autant-Lara avec Jacques Tati
Roger la Honte – de André Cayatte avec Maria Casarès
Adieu chérie – de Raymond Bernard avec Danielle Darrieux
1946Contre-enquête – de Jean Faurez avec Jany Holt
La foire aux chimères – de Pierre Chenal avec Margo Lion
La revanche de Roger la Honte – de André Cayatte avec Simone Valère
La colère des dieux – de Carl Lamac avec Micheline Francey
Les atouts de monsieur Wens – de E.G. de Meyst avec Claudine Dupuis
1947Éternel conflit – de Georges Lampin avec Annabella
La vie en rose – de Jean Faurez avec François Périer
Les requins de Gibraltar – de Emil Edwin Reinert avec Annie Ducaux
Carrefour du crime – de Jean Sacha avec Françoise Christophe
1948La chartreuse de Parme – de Christian-Jaque avec Gérard Philipe
Fabiola – de Alessandro Blasetti avec Michèle Morgan
Les amants de Vérone – de André Cayatte avec Martine Carol
Fiche créée le 10 août 2008 | Modifiée le 5 octobre 2016 | Cette fiche a été vue 4930 fois
PREVIOUSAngela Salloker || Louis Salou || Henri SalvadorNEXT